Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : blasphème

Enfer ou paradis: une expo sur la caricature religieuse à Genève (MIR)

LH41_PAS_caricatures_01.jpgDu point de vue des sciences sociales des religions, la caricature peut être perçue comme un "analyseur", c'est-à-dire qu'au travers elle, on peut mieux comprendre des enjeux comme le rapport au sacré, la relation à l'institution, à l'autorité, la représentation du divin.

Du point de vue du grand public, la caricature, c'est aussi un raccourci savoureux, qui sait dire, d'un trait ou deux, ce que de longs discours échouent à exprimer.

Régulièrement au devant de la scène médiatique, la caricature religieuse est l'objet, au Musée International de la Réforme, d'une belle exposition intitulée "Enfer ou paradis: aux sources de la caricature". Ouverte il y a quelques semaines, accessible jusqu'au 16 février 2014, elle vaut bien le détour par Genève (lien).

Lire la suite

14/12/2013 | Lien permanent

Débat autour du dimanche: le précieux recul d'une synthèse historique

dimanche-histoire-europe-occidentale-1600-1830-1276473-616x0.jpgAlors que la presse généraliste et spécialisée revient très régulièrement sur cet "empoisonnant dossier" du travail du dimanche (cf. Les Echos), il est bon de se donner le recul de l'historien pour réévaluer, sur la longue durée, ce que représente, dans une culture européenne imprégnée de christianisme, le repos dominical (premier jour de la semaine, chômé).

Nul n'est plus qualifié pour cela que l'historien Alain Cabantous (professeur émérite à l'Université Paris I). Notamment auteur d'une Histoire du blasphème en Occident, il a publié cette année Le dimanche, une histoire (Europe occidentale), 1600-1830, aux éditions du Seuil (2013).

Recension ici dans le mensuel Sciences Humaines.

Lire la suite

13/12/2013 | Lien permanent

Etat des lieux de la répression anti-blasphème dans le monde (RSF)

blasphème, liberté dexpression, liberté religieuse, liberté, RSF, Benoît HervieuVenant de cette ONG, c'est une première bienvenue: Reporters Sans Frontières (RSF) a publié en ce mois de décembre 2013 un rapport très instructif intitulé "Blasphème : l'information sacrifiée sur l'autel de la religion". Coordonné par Benoît Hervieu, il propose un précieux état des lieux à l'échelle mondiale et montre que 94 des 198 Etats de la planète punissent par la loi le blasphème, l'apostasie ou la diffamation des religions.

Signe d'un "abus de religion"? Sans aucun doute. Signe aussi parfois d'une entrave à la religion (notamment lorsqu'on souhaite en changer). Signe enfin d'une instrumentalisation de la religion par des régimes politiques autoritaires. Rapport complet téléchargeable ici (lien).

Lire la suite

Pour la liberté d’expression (affaire Redeker)

medium_redeker_robert.2.jpg«Le droit de l'intolérance est donc absurde et barbare: c'est le droit des tigres, et il est bien horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger, et nous nous sommes exterminés pour des paragraphes.»

(Voltaire, Traité sur la Tolérance)

Jamais je ne pourrais signer un brûlot comme celui qu’a publié Robert Redeker sur l’islam dans Le Figaro du 19 septembre 2006. Et il est normal qu’on lui réponde et qu’on le réfute là où il dérape, comme on en a le droit pour tout texte polémique.

 

Jamais non plus je ne pourrais signer les charges virulentes (et souvent d’une navrante imbécilité) de Michel Onfray contre les monothéismes.

 

Petit rappel, Onfray écrivait, dans son Traité d’athéologie (2005), que «les trois monothéismes, animés par une même pulsion de mort généalogique, partagent une série de mépris identiques : haine de la raison et de l'intelligence; haine de la liberté; haine de tous les livres au nom d'un seul; haine de la vie; haine de la sexualité, des femmes et du plaisir; haine du féminin; haine des corps, des désirs, des pulsions».

 

A lire cette litanie, une chose est sûre, l’athéisme à la façon d’Onfray ne génère ni la nuance, ni la sérénité, ni la bienveillance pour les milliards de monothéistes qui ne pensent pas comme lui…

 

 

Droit d'expression des mécréants et des imprécateurs


 

Pourtant, il est de notre devoir à tous de défendre avec la dernière énergie le droit d’expression des mécréants et des imprécateurs.

C’est pourquoi il faut s’inquiéter aujourd’hui de ce qui arrive à Redeker, obligé de se cacher par peur d’un coup de couteau ou de fusil, comme il fallait s’inquiéter hier des manifestations violentes contre les caricatures de Mohamet, ou avant-hier des pressions injustifiées de la conférence des évêques de France pour faire interdire il y a un an et demi par le Tribunal de Grande Instance de Paris une publicité qui détournait le tableau La Cène de Léonard de Vinci (en remplaçant Jésus et ses disciples par des femmes).

 

On doit avoir le droit de critiquer ou parodier Jésus, Mahomet ou Bouddha, quitte même à aller jusqu’à cette «pointe extrême de la liberté d’expression», qui consiste à blasphémer.

 

Si Redeker juge le Coran intrinsèquement violent ou si Madonna choisit de se crucifier sur scène pour mieux vendre ses disques, eh bien qu’ils ou elles le fassent et l’assument, car leur liberté est la garante de la liberté des autres, y compris des croyants. Leur irrespect fera mal, réjouira certains et décevra beaucoup d’autres, il fera du débat sur la tolérance une plaie vive, mais ce sont là les risques de la liberté.

 

La liberté d’expression est pour tous,

ou bien elle n’est pas!

 

Les menaces de mort contre Robert Redeker sont inadmissibles.

Elles menacent de mort non seulement Redeker, mais notre République. En République, les idées, débats, critiques ont vocation à s’entrechoquer sans censure, dans la limite des lois communes. Le délit de blasphème a été définitivement (?) aboli en France avec les lois sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Certains, apeurés peut-être par le raffut des menaces de mort, parlent de le rétablir.

 

Un député UMP, Jean-Marc Roubaud, a même déposé en mars 2006 une proposition de loi dans ce sens (n°2895), qui vise à "interdire les propos et les actes injurieux contre toutes les religions".

Le MRAP, entend-on ici et là, ne serait pas contre….

Au Royaume-Uni, Tony Blair a tenté il y a moins d’un an une opération similaire, contrée de justesse suite à une mobilisation d’artistes et d’intellectuels, dont le magnifique Mr Bean, l’acteur Rowan Atkinson.

 

Il faut tenir ferme, ne rien céder faces aux "tigres" de l'intolérance meurtrière, refuser de céder à l'intimidation. Si les Redeker, Onfray et consors scandalisent, qu’on leur réponde avec des idées, pas avec des couteaux ou des baillons législatifs. Après avoir commencé par Voltaire, je lui laisse encore le mot de la fin, comme viatique républicain et laïque:

 

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites,
mais je me battrai jusqu'à la mort
pour que vous ayez le droit de le dire."

 

 

Le contraire des fanatiques prêt à tuer, et se tuer, pour éteindre ce droit.

Lire la suite

Blasphème, l'éternel retour

blasphème, le monde, islam, charlie hebdo, islamophobie, liberté dexpression, stéphanie le bars, jean boulègue, laïcitéA lire l'excellente synthèse publiée aujourd'hui par Stéphanie Le Bars dans le quotidien Le Monde sur le blasphème, un thème qui fait la "Une" à la suite du digest de navet vidéo islamophobe diffusé depuis juillet sur Youtube, et des nouvelles caricatures publiées aujourd'hui par Charlie Hebdo

On complètera très utilement cette lecture par la consultation du meilleur livre publié à ce jour sur l'histoire récente des débats médiatico-judiciaires en France autour du blasphème: celui de l'historien Jean Boulègue, Le blasphème en procès (1984-2009), aux éditions Nova.

Lire la suite

19/09/2012 | Lien permanent

Laïcité inch'Allah, ou blasphémateurs au pilori?

blasphème,jean boulègue,nadia el fani,dalaï lama,laïcité,liberté dexpression,tunisie,islamismeFeu Jean Boulègue, dans la magistrale étude qu'il a consacrée au débat juridique et social autour du blasphème dans la France laïque, l'avait prévu: en dépit d'une jurisprudence finalement favorable au respect intangible de la liberté d'expression (même si celle-ci salit et profane la religion), le débat n'est pas clôt, et les chasseurs de blasphémateurs ne désarment pas.

Ce débat a encore rebondi très récemment autour de plusieurs affaires.

Dans l'édition numérique de L'Express de cette semaine, on lira par exemple l'interview de Nadia El Fani, auteure d'un documentaire intitulé Laïcité Inch'Allah.

 

"Je suis accusée de blasphème"

Le sujet "sensible" de son documentaire, et la manière dont elle le traite, lui valent aujourd'hui des menaces de mort de la part d'islamistes tunisiens, tandis que son père a été averti publiquement qu'il pourrait bien être égorgé. A la question de savoir si elle retournera dans la Tunisie nouvelle, post-Ben Ali, elle répond:

"Je suis accusée de blasphème, d'atteinte aux bonnes moeurs et d'atteinte à un rituel religieux. Donc on peut très bien me confisquer mon passeport à mon arrivée sur place".

 

blasphème,jean boulègue,nadia el fani,dalaï lama,laïcité,liberté dexpression,tunisie,islamismeSur un autre front, notons par ailleurs qu'un site internet catholique conservateur (qui ne représente pas tous ces derniers) a publié ce mois-ci une dénonciation au vitriol de deux oeuvres blasphématoires contre le christianisme.

Le titre de ce libelle: "Blasphèmes publics, la responsabilité de l'Etat". Après avoir dénoncé l'offense faite, estime-t-on, aux chrétiens, on demande ni plus ni moins à l'Etat d'intervenir.... contre les blasphémateurs, appelant par ailleurs "d'autres chrétiens de sensibilités spirituelles différentes" à réagir, en-dehors des cercles catholiques.

Cette invitation musclée à sévir contre le "blasphème public" irait-elle jusqu'à tendre la main, par exemple, aux islamistes qui veulent la peau de cette autre "blasphématrice" (sic) que serait Nadia El Fani? Ou nos amis catholiques conservateurs souhaitent-ils seulement faire punir, par l'Etat, le blasphème anti-chrétien?

Il serait intéressant d'en savoir plus...

La question n'est pas de dire si les oeuvres en question sont offensantes, répugnantes, nulles... ou subversives. L'objectif est d'interdire le blasphème, soi-disant pour respecter les chrétiens (à qui on ne demande pas toujours leur avis).... sans se rendre compte que l'interdiction générale du blasphème a une portée liberticide qui va bien plus loin, risquant d'empêcher, à l'avenir, non seulement les provocations gratuites et pitoyables, mais aussi des oeuvres fortes, des discours structurés, des opinions controversées, des critiques essentielles, des documentaires engagés....

 

Interdiction du blasphème, nouveau Droit de l'Homme?

images.jpegA l'échelle internationale, on notera enfin qu'un congrès religieux mondial à Montréal a carrément demandé, le 17 septembre 2011, que l'interdiction du blasphème soit inscrite parmi les Droits de l'Homme.

Ce qui correspond à une stratégie déployée, depuis des années, par plusieurs grandes religions, à commencer par des représentants musulmans... et catholiques.

Le refus du blasphème, un Droit de l'Homme... Rien de moins! Nadia El Fani, prend garde à toi... Et le Dalaï Lama, présent à la conférence, n'a pas été le dernier à en faire la demande, s'attirant la sympathie de l'internationale des anti-blasphémateurs.

 

Alors, haro sur les blasphémateurs au nom d'une laïcité à l'aspartame, une laïcité dalaï-lamocompatible?

Ou laïcité qui laisse s'exprimer et vivre ensemble le mystique, le prêcheur,  l'athée et le blasphémateur?

Nul doute que le débat national et international sur le blasphème constitue aujourd'hui un analyseur crucial des enjeux laïques de demain, c'est pourquoi on lira et relira l'ouvrage essentiel ci-dessous, qui décrypte le débat franco-français:

blasphème,jean boulègue,nadia el fani,dalaï lama,laïcité,liberté dexpression,tunisie,islamisme

Lire la suite

Blasphème à Paris: rendez-vous le 6 janvier 2011

plantu_42.jpgLes habitués de ce blog connaissent déjà les travaux de l'historien Jean Boulègue au sujet de la question du blasphème.

Cet enjeu, qui permet d'analyser les reconfigurations de la laïcité, sera évoqué lors de la troisième réunion de l'année 2010-2011 du programme GSRL Dieu Change à Paris.

La rencontre, ouverte à tous, aura lieu le 6 janvier 2011: cliquer ici pour avoir plus ample information. VENEZ NOMBREUX!

Le sujet est passionnant, et sera brillamment traité par l'auteur, qu'on se le dise!

Lire la suite

06/12/2010 | Lien permanent

L'historien Jean Boulègue nous a quittés

jean boulègue,liberté dexpression,laïcité,catherine coroller,dieu change à paris,afriqueIl est des nouvelles qu'on refuse d'entendre, des pertes qu'on n'envisage pas d'accepter. Le décès soudain de l'historien Jean Boulègue est de celles-là.

 

Historien africaniste, professeur émérite à l'Université de Panthéon Sorbonne (Paris I), Jean Boulègue s'en est allé sans crier gare le 14 mars 2011 et je ne m'en remets pas.

 

Africaniste

Spécialiste d'histoire de l'Afrique, en particulier de l'histoire médiévale et moderne des grands empires africains de l'ouest (cf. ses ouvrages, Les anciens royaumes wolof (Sénégal), Le Grand Jolof (XIIIe - XVIe siècle), Jean Boulègue m'avait beaucoup marqué par son enseignement, lorsque j'effectuais ma Licence d'histoire en 1989-90.

Doué d'une érudition considérable et d'un très grand souci de l'administration de la preuve, il savait conjuguer rigueur, minutie patiente et curiosité intellectuelle, suscitant sans tapage (l'homme était discret) l'admiration de plusieurs de ses étudiants, dont, avec d'autres, je faisais partie.

 

jean boulègue,liberté dexpression,laïcité,catherine coroller,dieu change à paris,afriqueLaïcité et liberté d'expression

Nous avions repris contact il y a plus de deux ans sur d'autres thématiques. Car Jean Boulègue était aussi un citoyen épris de laïcité et de liberté d'expression. Son livre Le blasphème en procès (Paris, Nova édition, 2009), notamment bien recensé dans Libération par Catherine Coroller, avait fait l'objet, dans le programme GSRL Dieu change à Paris, d'une séance passionnante, où Jean Boulègue avait démontré, une fois de plus, son intégrité intellectuelle et son art de "faire l'Histoire".

Pour diverses raisons, liées tantôt à de petites lâchetés, tantôt aux contraintes de temps de plus en plus irrespirables sur les chercheurs (qui ne trouvent plus le moyen de lire les travaux des autres, surtout si ces travaux ne "payent" pas en matière de carrière), tantôt au brouillage croissant du débat intellectuel sur la laïcité, son livre, pourtant remarquable et salué comme tel par plusieurs, n'avait pas suscité beaucoup d'écho parmi certains spécialistes dont il attendait la réaction.

Cela l'avait affecté, il me m'avait dit, mais il ne s'en formalisait pas, attendant avec sagesse et patience l'oeuvre du temps (qui finit toujours par valoriser les vrais bons livres).

 

Projets inachevés

Il espérait continuer à s'investir dans les futurs débats sur la laïcité, et préparait une étude minutieuse (comme à son habitude), sur l'enjeu de la conversion et de la liberté religieuse au Maghreb, dont le résultat aurait été sans nul doute passionnant.

Nous avions prévu d'en parler, d'échanger des textes. Depuis le début de cette année 2011, suite à la réunion "Dieu change à Paris", nous avions poursuivi un dialogue régulier, dîné ensemble... Il ne lui aura pas été permis de conduire jusqu'au bout ces projets, qui lui tenaient tant à coeur.

 

Je n'ai pas pu pas me rendre aux obsèques (18 mars 2011), mais j'adresse à son épouse et sa famille toutes mes condoléances.

Lire la suite

Nouveau livre sur les persécutions contre les chrétiens

pourquoi_on_tue_adv.JPGAprès celui de Raphaël Delpard, recensé sur ce blog, on vient de me signaler la parution d'un nouveau livre sur la persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde, signé par Alexandre Del Valle.

Ne l'ayant pas lu ni même feuilleté, je me garderai de le commenter.

Ce livre est présenté sur le portail catholique Aide à l'Eglise en Détresse (AED), mais pas sur le portail de Portes Ouvertes (l'équivalent protestant en matière de défense de la liberté religieuse).

Cette nouvelle parution indique une tendance à laquelle les chercheurs devraient être attentifs: après des années 1990 très marquées par la sensibilisation à l'islamophobie, il semblerait que les persécutions ou discriminations contre les chrétiens, longtemps peu évoquées, suscitent à leur tour aujourd'hui une prise de conscience croissante, bien qu'à géométrie variable.

Lire la suite

01/07/2011 | Lien permanent

Condamnée à mort pour blasphème

asia bibi,pakistan,liberté religieuse,le monde,anne-isabelle tollet,blasphème,jean boulègueTraité à plusieurs reprises dans ce blog, le thème du blasphème, cher à feu Jean Boulègue qui l'avait si bien étudié, revient sur le devant de la scène avec un copieux article du quotidien français Le Monde, en ce 1er juin 2011.

Il revient sur une affaire déjà évoquée (aussi) dans ce blog, à savoir la terrifiante histoire d'Asia Bibi, jeune mère de famille chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème.

Lire la suite

01/06/2011 | Lien permanent

Page : 1 2 3