Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2011

Comprendre les logiques sociales de la Mission Evangélique Tzigane

mission evangélique tzigane,gens du voyage,picardie,aurélie marcotte,régis laurent,julia peyron,geipeLa Mission Evangélique Tzigane (MET) défraie la chronique cette semaine en Picardie. Le journal L'Union y a consacré un gros article signé Aurélie Marcotte.

La raison? Un conflit autour d'une aire d'accueil près de la ville de Laon (Aisne).

Ces conflits, récurrents, renvoient aux spécificités générales des gens du voyage, mais aussi, plus particulièrement, aux problématiques liées au besoin de rassemblement cultuel périodique de la MET.


Pour comprendre l'originalité de cette Mission Evangélique Tzigane (qui comprendrait entre 70.000 et plus de 100.000 fidèles selon les estimations), je voudrais renvoyer à deux travaux de référence.

D'abord, une passionnante thèse de doctorat:

Régis Laurent, «Sociologie d’une entreprise de conversion. Analyse de la genèse et du processus de routinisation de la Mission Evangélique Tzigane de France» (doctorat 2008 sous la dir. De Bruno Péquignot)

A noter que Régis Laurent a publié en 2010 une étude consultable en PDF sur la revue électronique du laboratoire Migrinter. Elle s'intitule: "Les Missions Tsiganes Itinérantes (MTI) : Un service de prestation sociale totale ou une nouvelle frontière?"

Ensuite, les travaux en cours de Julia Peyron, doctorante à l'Université de Bordeaux III.

Outre une présentation biographique sur le site du GEIPE, on trouvera sur le même site un article illustré, intitulé Le prosélytisme au sein des populations pentecôtistes tziganes en France.

Par ailleurs, on consultera aussi avec grand profit une étude publiée en 2010 dans le même numéro de la revue électronique du laboratoire Migrinter, téléchargeable en PDF sur le site de la MSH Université de Poitiers.

Voici son titre : Le pentecôtisme, nouveau facteur de mobilité pour les populations tziganes?

Les commentaires sont fermés.