Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2018

Revue du Droit des Religions: l'org. religieuse, une entreprise?

Capture d’écran 2018-05-23 à 23.11.08.pngLa diversité des activités exercées par les organisations religieuses pose la question de l'incursion d’une logique marchande qui alignerait leur fonctionnement sur celui des entreprises ordinaires.

Ce numéro de l'excellente Revue du Droit des Religions (Presses Universitaires de Strasbourg) tente d’analyser dans quelle mesure les organisations religieuses se voient appliquer les règles de concurrence, règles fiscales ou règles sociales régissant les entreprises tout en faisant l’objet d’aménagements préservant leur identité propre.

Lien.

06/05/2018

Saba Mahmood (1961-2018)

Mahmood.jpgAvec le décès de Saba Mahmood, le débat public perd une très brillante intellectuelle, qui apportait, par sa compétence et son intégrité, une grande valeur ajoutée aux travaux sur la religion, le sécularisme et le féminisme.

Professeure d'anthropologie à l'Université de Californie à Berkeley, Saba Mahmood est l'auteure de travaux majeurs, dont Religious Difference in a Secular Age: A Minority Report (Princeton University Press, 2015), où elle parle notamment de son terrain de recherche sur les coptes d'Egypte. Prenant à contrepied les théories qui présentent le sécularisme comme un facteur d'apaisement et la religion comme un vecteur de tension, elle expliquait que c'est la pression du sécularisme qui raviverait en réalité les tensions religieuses.

Elle s'était exprimée, dans Le Monde, sur les caricatures de Mahomet (lien). Anaïs Albert et Fanny Gallot, en 2015, lui ont aussi consacré un excellent article de fond intitulé "Redéfinir le féminisme et l'islam" (lien).

22/04/2018

FUGA MUNDI? Les ZAD et la tradition monastique

Lookout_tower_at_NDDL_ZAD.jpgEn dépit d’une grande diversité, la plupart des «zadistes» se retrouvent dans une commune hostilité au mode de production capitaliste et à la société de consommation, alimentée par les traditions socialistes, communistes, anarchistes ou écologistes du XXe siècle.

Quelques-uns remontent également aux sources vives du socialisme utopique du XIXe siècle et à sa prolifique inventivité en matière de sociétés alternatives.

Mais de manière plus étonnante et certainement déconcertante pour ses protagonistes, on peut aussi en partie inscrire ce mouvement dans la très longue durée des phénomènes de «rejet du monde» dont le monachisme, apparu dans l’Antiquité tardive et qui connut son apogée au cours du Moyen Âge, constitue la référence ultime.

Très bonne analyse du médiéviste Florian Mazel (Rennes II), à lire ici (lien).

13/04/2018

Thèse de doctorat sur les cultes non-reconnus (Droit et Religion)

zarlenga.jpg
Alors que le débat autour de la laïcité a été relancé par le brillant discours du président Emmanuel Macron au Bernardins (cf. note précédente), rappelons qu'au XIXe siècle, le système concordataire a régulièrement discriminé, en France, les "cultes non-reconnus", objets d'une très belle thèse de doctorat soutenue récemment par Franck ZARLENGA.

Jusqu'en 1875, nombreuses furent les amendes ou incarcérations, simplement parce qu'on n'appartenait pas aux cultes reconnus (et financés) par l'Etat.

Franck Zarlenga a obtenu le titre de docteur en Droit (Université Paris Est) le 19 mars 2018 sur le sujet suivant : "Le régime juridique des Cultes non reconnus dans la France concordataire (1801-1905)"

Souhaitons que cette remarquable recherche, dirigée par l'excellent juriste Patrice Rolland (du GSRL), soit rapidement publiée!

Lien.

12/04/2018

Grand discours d'Emmanuel Macron aux Bernardins: le texte

catholicisme,église catholique,les bernardins,conférence des évêques,conférence des évêques de france,emmanuel macron,laïcité,religion,politique et religion,république,séparation des religions et de l'etatLe président français Emmanuel Macron, invité le 9 avril 2018 aux Bernardins par la Conférence des Evêques de France, a livré un discours très brillant sur la laïcité et les relations entre l'Etat et les religions.

Avec élégance, intelligence et profondeur, il a tendu la main aux catholiques (comme il l'a fait dans d'autres cadres aux juifs, musulmans et protestants) à partir d'un schéma de pensée conforme aux pères fondateurs de la loi de 1905, évitant aussi bien l'intolérance laïcarde et la tentation néo-concordataire.

Emmanuel Macron ose affirmer sereinement que les religions, quand elles sont dans leur rôle (respectant la République laïque et le principe de séparation, sans volonté hégémonique) peuvent AUSSI faire du bon boulot, y compris par leur apport spirituel. Beaucoup de Françaises et de Français sont prêts à l'entendre, et Emmanuel Macron tient peut-être là un sésame pour refroidir les tensions identitaires et nourrir le "vivre-ensemble"!

Lire la suite

24/03/2018

Un must: acteurs religieux africains et internet (Emulations)

internet,religion,émulations,sciences sociales,sciences sociales des religions,palema millet-mouity,cesor,frédérick madore,ciram,rosalind i. j. hackett,congo,cameroun,cote d'ivoire,burkina fasoLe numéro 24 de la revue EMULATIONS, revue de sciences sociales, est un chef d'oeuvre.

Autour d'un sujet neuf (Les acteurs religieux africains à l'ère du numérique), les coordinateurs, Pamela Millet-Mouity (CESOR) et Frédérick Madore (CIRAM), auteurs d'un brillant éditorial (lien), ont réussi à nous offrir le résultat, exceptionnel, d'un travail d'équipe (11 auteurs).

Ce numéro est appelé à faire référence!

Peu de références bibliographiques sont oubliées, et de très riches synthèses et études de terrain sur le Congo, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, couronnées par un interview éclairant de Rosalind I. J. Hackett, nous permettent de disposer d'un outil sans pareil pour mieux intégrer dans nos réflexions le facteur internet dans l'étude des mutations religieuses en Afrique.

Lien.

23/03/2018

"L'étonnante croissance des Eglises évangéliques" (France 24)

 

 

07/03/2018

Josepha Faber Boitel, auteure engagée pour le 'vivre-ensemble'

Capture d’écran 2018-03-07 à 07.49.34.pngDocteure en lettres, pédagogue passionnée par son métier de professeure de lettres modernes, chercheuse, plasticienne, auteure, Josepha Faber Boitel a plus d’une corde à son arc (lien).

Très investie sur le terrain dans les enjeux de vivre-ensemble, de partage et de laïcité, elle a signé, aux éditions Farel, un ouvrage roboratif, entre sagesse, art de vivre et spiritualité.

Ce livre est intitulé Retrouver du plaisir à vivre, travailler, partager (2017).

 

Lire la suite sur Regardsprotestants.com (Fil-info Francophonie).

06/03/2018

Quel retour du religieux ? (CEFRELCO)

Capture d’écran 2018-03-06 à 08.42.07.pngGrâce à Sophie Gherardi et Jean-Luc Pouthier, le CEFRELCO continue, avec d'autres, à dynamiser la réflexion sur la religion et la laïcité dans le champ intellectuel français, avec cette année un colloque annoncé autour du thème:

Quel retour du religieux ? politique, identités, quête de sens.

Philippe Portier et Ludovic Bertina, du GSRL, figurent notamment parmi les orateurs.

Ce 6e colloque se tiendra le 3 avril 2018 à Paris (lien).

 

01/03/2018

Beyrouth au XIXe siècle, entre confessionnalisme et laïcité

Chaaya.jpgSaïd Chaaya est historien du Proche-Orient, docteur de l'EPHE. Ses recherches portent sur l'histoire intellectuelle et politique du XIXe siècle dnas le monde arabe, notamment sur la province ottomane de Syrie.

 

Rattaché au GSRL (CNRS/EPHE), il nous propose ici un bel ouvrage intitulé Beyrouth au XIXe siècle, entre confessionnalisme et laïcité, avec huit études rassemblées et... le Syrian Protestant College de Beyrouth en photo de couverture.

 

Lien.

27/02/2018

L'origine religieuse des Droits de l'homme (V.Zuber)

51dNxGpXS0L._SX311_BO1,204,203,200_.jpgAvec le dossier courant de la revue Social Compass présenté hier, voici avec ce nouveau livre de Valentine Zuber un autre remarquable outil pour creuser la relation, complexe, entre religion et droits de l'homme.

Des Droits de l'homme en partie construits sur la relecture d'un héritage religieux, des Droits de l'homme marqués parfois aussi par une forme d'utilisation (néo)religieuse.

 

Valentine Zuber est historienne, directrice d’études à l’École pratique des hautes études à Paris. Elle a publié entre autres "Idées reçues sur la laïcité" (Le Cavalier bleu, 2017) et "Le culte des droits de l’homme" (Gallimard, 2014).

26/02/2018

Religions et droits de l'homme (Social Compass, mars 2018)

scpa_65_1.cover.pngLes religions et les droits de l'homme, même pris séparément, sont au centre d'un intérêt renouvelé tant pour la recherche scientifique que pour le débat public. Leur relations apporte d'autres éléments de complexité qui reflètent, en fait, certaines préoccupations fondamentales concernant l'évolution sociale contemporaine.

Pour lire la suite de cette introduction signée Giuseppe Giordan et Sinisa Zrinscak, il faut lire le très stimulant numéro courant de la revue Social Compass (col 65/1).

Lien.

21/02/2018

A noter, atelier théorique sur la radicalisation (GSRL)

logo-gsrl-header-site.pngA noter sur nos tablettes la prochaine séance du programme GSRL "Etats, Sociétés et diversité culturelle et religieuse" se tiendra le jeudi 15 mars à Ivry de 10h à 13h.

Le groupe accueillera dans une perspective d'atelier théorique M. Olivier Galland, directeur de recherches au CNRS, autour du thème suivant: «Des jeunes radicalisés? Les enseignements d’une enquête».

Lien vers le site du GSRL

11/02/2018

Religion, politique en Asie contemporaine

dd.jpgLe Mardi 13 février 2018 se déroulera une journée d'études de l'Ecole doctorale de l'Université Bordeaux Montaigne, organisée par Eddy Dufourmont, sur le thème:

Séparer le politique et le religieux en Asie contemporaine: les apports récents pour comprendre les inventions et les reconfigurations des paysages religieux

 

On y évoquera notamment les protestantismes évangéliques.

PDF

03/02/2018

Contrat post-doctoral à Bruxelles, appel à candidatures

Capture d’écran 2018-02-02 à 21.39.22.pngCeci est un message à lire absolument quand on a dernière soi une thèse en sciences sociales des religions, et que l'on souhaite un contrat de recherche!

Dans le cadre de l'Université Libre de Bruxelles, un poste de post-doc de deux ans à plein temps est proposé depuis peu aux candidatures, avec pour date limite le 12 février 2018.

Le thème général est: religion in EU politics and policies. Religious freedom and counter-radicalization (Université Libre de Bruxelles, 3/2018 - 3 /2020)

Lien

17/01/2018

Le pape au Chili: entre scandale pédophile et concurrence évangélique

Capture d’écran 2018-01-17 à 09.05.17.pngAu Chili, les scandales pédophiles dans l'église catholique ont une ampleur particulière, pour deux raisons. Ils ont été nombreux, et fortement couverts par la hiérarchie, y compris depuis le début du pontificat François et sa rhétorique de "tolérance zéro", non appliquée (pour l'intant?) sur le terrain chilien.

D'où des manifestations de rue quotidiennes depuis 2015 de la part de catholiques chiliens très en colère. Une de leurs cibles est l'évêque Barros, longtemps ami très proche d'un pédophile récidiviste (Karadima). Cet évêque controversé a été promu par le pape François en 2015, et a même participé à la messe, hier, de demande de pardon, suscitant une indignation massive sur les réseaux sociaux (peu ou pas relayée par des médias français très déférents à l'égard du pape catholique).

On lira avec profit l'excellente expertise (en espagnol) d'Anne Barrett-Doyle, principale spécialiste nord-américaine de ces questions. Elle souligne que la situation changera dans l'Eglise chilienne quand un évêque passera un jour en prison (lien).

Lire aussi Martin Lindhardt, Power in Powerlessness: A Study of Pentecostal Life Worlds in Urban Chile, Brill, 2014. Ce livre documente la progression rapide des évangéliques/pentecôtistes au Chili.

Des évangéliques non dénués de scandales, mais confrontés à des enjeux de pédophilie moins fréquents.

La raison principale pourrait être le mariage des pasteurs: la légitimation de l'activité sexuelle du clergé protestant limiterait les risques de frustration, tandis que l'obligation du célibat augmenterait la prévalence des pathologies de la braguette au sein du clergé catholique, au risque, parfois, du pire.

13/01/2018

Colloque pragmatisme et religion

Capture d’écran 2018-01-12 à 23.09.26.pngChez John Dewey, théoricien du pragmatisme (ci-contre), l’attitude pragmatique est présentée comme l’opposé de la théorie spectatoriale de la connaissance. Connaître n’est pas voir, comme c’est par exemple le cas dans le cadre d’une compréhension schématique et extrêmement simpliste de la tradition cartésienne (Descartes comparait les idées à des sortes de tableaux), mais agir. Cela conduit à relativiser la notion de vérité, ce qui fut, du coup, le signe principal de reconnaissance de l’appartenance au pragmatisme (cf. Jean Foucart).

Pour en savoir plus sur les enjeux pragmatisme / religion, un beau colloque "Pragmatisme et religion" est organisé à Paris les 25 et 26 janvier 2018 (organisation Oriane Elatri et Romain Mollard), avec notamment un soutien du GSRL.

PDF.

20/12/2017

Religions des Parisiens, des dynamiques pérennes de recherche

Les religions des parisiens.jpg

Ma collègue Martine Cohen et moi-même avons dirigé pendant plus de huit ans le programme de recherche  GSRL "Dieu change à Paris, les mutations religieuses et laïques en île-de-France". C'est avec une satisfaction particulière que nous participons hier et aujourd'hui au colloque "Les religions des parisiens", organisé dans le superbe cadre du Petit Palais, à Paris.

Programmé sur trois années (2017, 2018, 2019), ce cycle pérennise et amplifie des dynamiques de recherche auxquelles nous sommes attachés, Martine et moi-même. Alors que notre programme GSRL Dieu Change à Paris touche désormais à sa fin (pour laisser de l'espace à d'autres recherches), l'élan, lui, continue!

Lien vers le programme "Les religions des parisiens".

02/12/2017

Colloque "Les religions des parisiens" (19 et 20 décembre 2017)

Capture d’écran 2017-12-01 à 21.06.52.jpgDessiner le Paris des religions du Moyen Âge à nos jours est un programme ambitieux auquel le comité scientifique de ce colloque s’est attelé depuis 2015. Pour aborder la force de l’inscription des religions dans l’espace parisien, leurs relations avec une capitale politique et intellectuelle, l’évolution des pratiques, les liens entre les différents cultes et avec la laïcité, est apparu pertinent de s’intéresser aux Parisiens et à la manière dont s’articulent, à Paris, la politique des cultes définie par l’État et la religion telle qu’elle est vécue par les communautés et par les citadins.

Lien vers le programme du colloque (PDF)

 

07/10/2017

Alfred Stepan (1936-2017)

580x326.jpg

Un grand chercheur en sciences politiques, spécialiste des relations entre religion et démocratie, s'en est allé. Alfred Stepan était notamment directeur du Centre d’étude de la démocratie, de la tolérance et de la religion (CDTR) à la Columbia University, ainsi que co-directeur de l’Institut pour la religion, culture et vie publique (IRCPL). Fondateur (et président) de l’université d'Europe centrale à Budapest, Prague et Varsovie, ’ancien directeur du Consilium on International and Area Studies à Yal, doyen de la SIPA à l’université Columbia, il a collaboré au fil des années avec plusieurs chercheurs français.

Le Chicago Tribune vient de lui rendre un hommage appuyé (lien).

04/10/2017

Le principe de laïcité dans la tourmente (colloque)

CM Capture 1.jpgA noter ce riche colloque organisé le mardi 17 octobre 2017 par le Centre Thucydide (Université Paris II) et le Centre d'Histoire du XIXe siècle (Université Paris Sorbonne): il s'intitule "Le principe de laïcité dans la tourmente".

Scandé par quatre tables rondes, il revêt une dimension internationale et comparatiste.

PDF du programme ici (PDF).

27/09/2017

53% des Britanniques "sans religion" (2017)

CM Capture 1.jpgLe 4 Septembre 2017, le centre indépendant de recherches sociales British Social Attitudes a révélé les résultats d’un sondage indiquant que 53 % de la population britannique se décrivait comme « sans religion ». Ce sondage a lieu tous les ans depuis 1983. A l’époque, seulement 31 % de la population se déclarait non-croyante. L’Église anglicane est tout particulièrement touchée, puisqu’un petit 15 % du pays indique suivre cette religion, soit moitié moins qu’en 2000, une chute spectaculaire.

Contrairement à ce que qu'affirme l'article de l'Observatoire Pharos, grâce auquel ces données sont répercutées dans l'espace francophone, ces "sans religion" ne sont pas tous des athées. En revanche, la tendance est lourde, et confirme une sécularisation galopante... et un rejet de la religion instituée.

Lien.

23/09/2017

Stratpolitix, un blog sur la géopolitique des religions

fanatisme-religieux-du-xvie-siecle-a-nos-jours.jpgAu lendemain de la soutenance de Chady Hage-Ali, dont l'excellent travail méritera prolongements et publications, signalons le grand intérêt de son blog, intitulé STRATPOLITIX.

Il est consacré à la politique étrangère américaine, aux questions diplomatiques et stratégiques, et à la géopolitique des religions (lien).

Il y évoque notamment ce passionnant ouvrage collectif publié aux Presses Universitaires de l'Artois, et intitulé « Le fanatisme religieux du XVIe siècle à nos jours : étudier, comprendre, prévenir » (2017, 184 p.)

 

Lien.

19/09/2017

Colloque Observatoire International du Religieux

CM Capture 1.jpgA noter aujourd'hui à Paris une journée de colloque dans le cadre de l'Observatoire International du Religieux, porté depuis l'an dernier par les laboratoires CERI et GSRL et soutenu par le Ministère de la Défense dans une optique de meilleure connaissance de la géopolitique des religions aujourd'hui.

Une première séance a lieu le matin (à laquelle participe votre serviteur). Une seconde séance, publique celle-là, se déroule l'après-midi au CERI, avec le programme ici (lien).

Une présentation de l'Observatoire est par ailleurs consultable sur cette page (lien).

16/09/2017

Philippe Portier et Alain Dieckhoff présentent L'Enjeu mondial

 

 

L'enjeu mondial from CERI SciencesPo CNRS on Vimeo.

06/09/2017

Vient de sortir : L'enjeu mondial, religion et politique

gsrl, ceri, presses de sciences po, enjeu mondial, livre, philippe portier, alain dieckhoff, religion, politique, religion et politique, évangéliquesDieu n'est pas mort. Il fait de la politique. Partout dans le monde, le religieux est de retour. Son ascendant se ressent à l'intérieur des États comme sur la scène internationale et ce, jusqu’en Occident, où il semblait promis à une irrémédiable occultation. Le constat, enthousiasmant pour les uns, dérangeant pour les autres, est sans appel : la modernité n’a pas induit la disparition sociale, ni surtout politique, du religieux. Trois phénomènes majeurs le traduisent : la polarisation des sociétés partagées entre effacement et réaffirmation des croyances, la politisation renouvelée des religions, la spiritualisation des politiques. Pour autant, il ne s’agit en aucun cas d’un retour aux temps anciens, quand toute vie sociale était configurée par le religieux.

Fruit d’une coopération entre le Centre de recherches internationales de Sciences Po et le Groupe sociétés, religions, laïcités de l’École pratique des hautes études, cet ouvrage révèle toute la complexité d’un espace contemporain en tension perpétuelle entre sécularisation et réenchantement du monde.

Lien.

02/09/2017

Religions et classes sociales, appel à coms, colloque AFSR 2018

CM Capture 1.jpgOn trouvera ci-joint un appel à communications pour le colloque annuel de l'AFSR (Association française de sciences sociales des religions) qui se tiendra à Paris les 5-6 février 2018 sur le thème "Religion et classes sociales".

Ce projet de colloque est né de la conviction que le renouvellement des approches sur les classes sociales peut contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes religieux tout comme le religieux est susceptible de constituer une perspective heuristique dans l?analyse de la stratification sociale.

 

Lien PDF.

08/07/2017

Journée de l’AFHRC. Transmettre la religion (XIXe-XXIe siècles)

becoming-effective-tool-for-transmission.jpgLe samedi 30 septembre 2017, se tiendra la journée d’études annuelle de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, organisée sous la responsabilité scientifique d’Anne Jusseaume (Centre d’Histoire de Sciences Po), Sarah Scholl (Université de Genève) et Sara Teinturier (EPHE, GSRL – Université de Montréal) et qui porte sur Transmettre la religion. Écoles, familles et États (XIXe-XXIe siècles).


À l’heure où sont dénoncées à la fois la «sainte ignorance» des croyants et la visibilité renouvelée de la religion, cette journée d’études se propose d’interroger les modalités et les contenus de la transmission religieuse dans les sociétés contemporaines et de voir comment ils participent à la construction des identités individuelles et collectives.Cliquer ici pour lire la suite (lien).

07/07/2017

Belgique: le rapport ORELA sur religions et laïcité vient de sortir

image_10.jpgL'Observatoire des Religions et de la Laïcité (ORELA) de l'Université libre de Bruxelles fait paraître son cinquième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en Belgique, portant sur l'année 2016.

Fort de plus de 80 pages, ce rapport propose des commentaires et analyses relatifs à ce qui a fait l'actualité des religions et de la laïcité en Belgique l'an dernier, à la lumière des terribles attentats de Bruxelles du 22 mars. Il aborde le domaine des rapports entre religion et société comme celui des relations entre l'Etat et les cultes, et ce dans un contexte marqué de forte médiatisation du religieux, d'une omniprésence de l’islam (et surtout des peurs relatives à l'islam) tant dans les médias que dans le débat public, et de controverses sur des questions éthiques, entre sécularisation de la société et reconquête de l’espace public par le religieux.

Lire la suite ici (lien).

26/06/2017

Religion, coopération et conflit dans des sociétés diversifiées (SISR)

Campus_long.jpg

Le rôle des religions dans les conflits a été le sujet d’une récente attention médiatique et académique, alors que l’implication des religions dans la construction de la paix a reçu comparativement moins d’attention. Cette conférence analyse les multiples façons par lesquelles les religions peuvent contribuer à favoriser la coopération et les conflits dans différentes sociétés. Elles peuvent être une source de tension et de conflit comme elles peuvent être une ressource dans la résolution de tensions sociales. De plus, la coopération et le conflit, à un niveau social, peuvent eux-mêmes avoir d’importants impacts sur l’émergence ou la diminution de la diversité et de la vitalité religieuses.

La 34e conférence de la Société Internationale de Sociologie des Religions (SISR), basée à Lausanne, se tiendra du 4 au 7 juillet 2017 pour sonder ces enjeux.

Lien.