Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2013

Le paradoxe du pape François

François.jpgLe nouveau pape catholique appartient à l'ordre des Jésuites, reconnu pour l'exceptionnelle maîtrise intellectuelle de ses membres, mais aussi pour... son fameux quatrième voeu, adressé à Dieu comme ceci: "En outre je promets spéciale obéissance au souverain pontife en ce qui concerne les missions, selon ce qui est contenu dans les mêmes Lettres apostoliques et les Constitutions"

Ce voeu d'obéissance spéciale au pape est traditionnellement compris comme un renforcement de l'autorité papale. Pourtant, une longue analyse parue sur le principal site de news des protestants évangéliques anglophones, le Christian Post, rappelle aussi au détour d'une phrase que le nouveau pape a choisi de s'appeler "François", en référence à François d'Assise, "la personnalité la plus critique à l'égard du pape avant Martin Luther"... (lien). Entre le 4e voeu de soumission au pape des jésuites et la méfiance de François d'Assise pour les fastes romains, un paradoxe intéressant se dessine

Un paradoxe à longue portée et un défi pour le nouveau pontife, dans une Europe déchristianisée qui renacle devant les autorités dogmatiques, mais n'en a pas fini avec la quête spirituelle. 

Les commentaires sont fermés.