Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2017

Denis Grozdanovitch et l'art difficile de ne presque rien faire

001318009.jpgDenis Grozdanovitch n'aime pas marcher au rytme du troupeau. Il flâne, part dans des sentiers de traverse, se déconnecte, apprécie de ne rien faire, résiste au "bougisme" (cf. le titre d'un livre de Taguieff).

Il ose déclarer que "les sports de lʼextrême sont une des choses les plus pathétiques de notre époque" en raison d'une frénésie de performance qui ne fait profiter de rien (cf. Armel Le Cléac'h, recordman du Vendée Globe, "absolument tragique").

Mine de rien, ce qu'il prône a valeur de rareté par les temps qui courent (c'est le cas de le dire). Et pour les chercheurs, gravement menacés de ne plus avoir le temps ni de lire, ni de penser loin du bruit, ses appels à ralentir sont essentiels.

A lire!! Au calme.

Lien.

Les commentaires sont fermés.