Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2018

"Femmes protestantes" à l'Assemblée du Désert 2018

desert-2014.jpgUn méga rassemblement chrétien, avec 100% de prise de parole féminine? Ce n'est pas si fréquent. C'est cette offre stimulante et prophétique qu'a proposé l'Assemblée du Désert 2018 au Mas Soubeyran (Cévennes) ce premier dimanche de septembre, au tour du thème des "Femmes du Désert". 

Le culte à 10 h 30 a été présidé par Sophie ZENTZ-AMEDRO (pasteure de l’Eglise protestante unie de France, à Orange-Carpentras). L’après-midi, les allocutions historiques ont été apportées par Inès KIRSCHLEGER, maître de conférences à l’université de Toulon, et par Valérie DUVAL-POUJOL, bibliste à l’ELCOA. Le message final a été donné par soeur MIREILLE, prieure des Diaconesses de Reuilly.

Le beau texte proposé par la théologienne Valérie Duval-Poujol est proposé en accès libre sur le site de Réforme (lien).

Commentaires

Sans aucun doute, cette Assemblée du Désert aura été "historique", entièrement "féminine" pour ce qui est des "prises de paroles. Je m'en réjouis profondément, j'applaudis.
Attendons maintenant le jour où, si cela se (re)produit, personne ne le remarquera comme "événement", chacun n'étant attentif qu'au contenu, avec le désir de connaître, par ricochet, s'il ne l'a pas, déjà, validé et apprécié, le travail intellectuel et le témoignage existentiel de ces oratrices, sans, indéfiniment, réinscription de leur identité sexuée dans une "lutte" autre que celle évoquée dans le "beau texte" (effectivement, de Valérie Duval Poujol. C'est alors que l'"égalité" sera acquise sur le fond. Avant de savoir "qui" a parlé, on reviendra sur "elle me dit quoi, cette personne qui déploie sa pensée, sa sensibilité, son appel à penser?". A bientôt? AncheK6

Écrit par : AncheK6 | 10/09/2018

Valérie Duval parle des "infants-schools" anglaises, les "premières écoles maternelles" selon elle. Elle a l'air d'ignorer le travail des conductrices d'Oberlin, telles Sarah Banzet, Louise Scheppler et bien d'autres dont le travail a commencé au cours du 18ème siècle au Ban de la Roche en Alsace.

Écrit par : Patrick B | 10/09/2018

Excellente observation de Patrick B., que Anne Ruolt serait bien placée pour confirmer et étayer cette "omission". mais peut-on tout dire dans une conférence??? AncheK6

Écrit par : AncheK6 | 15/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.