Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2006

Résolution 1701: l'immense soulagement

medium_images.7.jpgJ'ai soutenu, dans ce blog, la riposte militaire d'Israël face à l'agression dont ce pays a été victime de la part de l'organisation terroriste Hezbollah, et je ne regrette pas cette position. Solidaire de la ligne de La paix maintenant, mouvement qui plaide pour un réglement pacifique de la question israélo-palestienne et souhaite un Etat palestinien viable et paisible, j'ai jugé qu'il était lâche et inconséquent de critiquer trop vite dans ce cas précis la réponse défensive d'Israël, dans la mesure où elle était légitime. Cela revenait aussi à tomber dans le piège de l'agresseur: le Hezbollah a en effet joué délibérément la stratégie du pire (y compris en utilisant les pauvres civils libanais comme boucliers humains) en espérant mobiliser l'opinion internationale en sa faveur. Cela dit, l'enlisement du conflit, les bavures de Tsahal et surtout la tragédie d'un peuple libanais saigné à blanc imposaient une sortie de crise. Vive la résolution ONU 1701!


Cette résolution tout juste adoptée ne réglera pas tout. Mais elle a l'immense mérite d'être appuyée, et par Israël, et par le Liban. Elle va permettre de réaliser ce que le Liban aurait dû effectuer depuis longtemps, à savoir le désarmement effectif des milices du Hezbollah. Ce faisant, la mise en oeuvre de cette résolution rendra à la fois service à la cause israélienne (en sécurisant les villes et villages du Nord d'Israël), à la cause libanaise, qui voit enfin poindre une solution quant à l'Etat dans l'Etat que constitue depuis trop longtemps le Hezbollah, et enfin à la cause palestinienne. Les Palestiniens ont tout à perdre à se compromettre avec une organisation terroriste soutenue par l'Iran et la dictature syrienne. On ne sortira jamais du marasme israélo-palestinien par la logique du pire, de l'extinction de l'autre. C'est par une logique du "gagnant-gagnant" qu'un jour peut-être, "la paix maintenant" ne se limitera plus à un voeu pieux.

Commentaires

Cher ami, Je me réjouis avec vous de la résolution 1701 des Nations Unies, alors que je n'avais pas partagé votre analyse précédente sur le soutien au Liban - analyse que j'avais trouvée trop favorable au gouvernement israélien. Je pense, en effet, que la situation est beaucoup plus complexe que d'attribuer à Israel le beau rôle, alors qu'il porte, lui aussi, une lourde responsabilité dans ce conflit du Moyen-Orient (non seulement au Liban, mais aussi à Gaza et en Cisjordanie). Aujourd'hui, malgré tout (et en espérant que les choses aillent dans le sens de la paix),je reste prudent et attentif, car rien n'est réglé. Déjà, Israël se réserve de juger de l'avenir et veut garder les mains libres. Désarmer le hezbollah me semble une vue de l'esprit, à moins de vouloir "remettre ça" !
Au temps de la guerre au Vietnam et de l'Algérie, je me souviens qu'on répondait (et j'en étais à l'époque) à ceux qui voulaient en découdre jusqu'au bout avec le Vietmin ou le FLN : "Il faut négocier avec ceux avec lesquels on se bat!" Je pense qu'aujourd'hui, il en est de même. Seul, le dialogue avec toutes les parties en conflit a des des chances de trouver une issue pacifique.
Amicalement,
Pierre Curie

Écrit par : Pierre Curie | 14/08/2006

Je vous rejoins sur l'accueil que vous faites à cette résolution alors que vos perspectives sur le conflit initial sont différentes. Cette résolution était le "pas minimum" vers une situation plus constructive et plus pacifiste; mais en même temps, vouloir désarmer le Hezbollah en envoyant une force armée peut laisser perplexe. Loin de moi l'idée de dénoncer une supercherie dans la motivation de cette résolution, mais je pense qu'on peut s'interroger.
Dans le premier point de cette résolution, il est dit que le Conseil de Sécurité "lance un appel en faveur d'une cessation totale des hostilités fondée, en particulier, sur la cessation immédiate par le Hezbollah de toutes les attaques et la cessation immédiate par Israël de toutes les offensives militaires". Je trouve personnellement dommage que ce point de la résolution ne donne pas plus de précisions concernant les lieux géographiques des attaques du Hezbollah et des offensives israëliennes. A priori, on est d'accord pour dire que le Hezbollah se ferait sévèrement taper sur les doigts s'il cessait ses attaques sur Israël pour s'en prendre (simple hypothèse) à d'autres intérêts. La "cessation de toutes les attaques" sans plus de précision, c'est la "cessation de toutes les attaques" point-barre. Pourquoi donc n'en serait-il pas de même pour Israël quand on l'appelle à cesser immédiatement "toutes les offensives militaires", sans plus de précision? On serait en droit de considérer qu'on parle là aussi de "toutes les offensives militaires" quelqu'elles soient. Seulement, on n'est pas dupe, et on sait bien que personne n'élèvera la voix contre la continuation des activités meurtrières menées en Palestine (cf le raid de mercredi matin à Khan Younès). Tout ce que je veux dire par là, c'est que manifestement, le gouvernement d'Israël est pris dans un délirium de la guerre à tout va; je ne prend pas la défense du Hezbollah, l'agressivité n'entraîne que l'agressivité, et donc j'estime que le Hezbollah a une part de responsabilité dans la catastrophe qui a touché les civils par la suite. Mais je rejoins le point de vue que Jean Baubérot exrpime sur son blog: l'offensive israëlienne n'a rien d'une "riposte" (cf son texte du 22/07/2006 intitulé "Cléricalisme medical et laïcité")
Alors, oui, mille fois oui à la résolution 1701 si elle nous permet d'aller enfin vers un réel et durable apaisement du brasier; mais l'attitude de l'armée israëlienne (entre autres) nous permet d'émettre de sérieux doutes sur l'effectivité à venir de cette résolution. Je rejoins particulièrement Mr Curie quand il dit rester "prudent et attentitf, car rien n'est réglé".
Cordialement,

bruno

(PS: mes excuses pour les fautes de frappe s'il y en a)

Écrit par : bruno | 18/08/2006

Réponse à MM Pierre Curie et Bruno,

Merci pour ces éclairages. Et je partage, oui, ce souci de double apaisement. Je n'ai pas aimé la manière brutalissime dont Tsahal a géré sa riposte, et je trouve Olmert peu compétent à son poste. Mais je constate aussi que nous avons un désaccord sur le fond. Cela dit, je peux me tromper, comme vous, et il faut rester modeste sur ces questions complexes, dont les racines remontent, au bas mot, à 50 ans!

Pour ma part, je ne mets pas sur le même plan le Hezbollah et Israël. J'aimerais vous y voir, avec un pays de la taille de deux départements français, bombardé sporadiquement depuis des années, à l'aveugle, par une organisation armée juqu'aux dents par deux Etats extrémistes!
Rien ne le justifie, et certainement pas la cause palestinienne, dont les leaders chiites du Hezbollah se moquent comme de leur dernière jellabah.
Je crains que vous ne tombiez tout droit dans le piège rhétorique du Hezbollah, qui se prétend une sorte d'armée de libération de la Palestine, alors qu'il défend en réalité tout autre chose, à l'image d'Action directe qui se prétendait aussi dépositaire des droits des prolétaires opprimés...
J'ai la conviction que même si la question palestinienne était réglée, une milice terroriste comme celle du Hezbollah continuerait à nuire. Du reste, ce n'est pas un hasard si le Hezbollah a toujours cherché à torpiller les avancées de paix. Ils n'ont aucun intérêt à un réglement pacifique qui leur enlèverait leur justification morale, leur soutien populaire, et leurs arsenaux.
Pour ma part, si mon coeur a saigné à la vue des pertes civiles du Liban, je crois que cette riposte armée virulente de Tsahal était justifiée, sinon dans la manière (trop aveugle), du moins dans l'ampleur et la fermeté. Et je maintiens le terme "riposte" (très lourde certes), qu'il est un peu facile, depuis notre pacifique hexagone, de critiquer. Si on envoyait de temps à autre des missiles sur Lille et Roubaix, j'aimerais voir les réactions...
Côté libanais, j'ai entendu ici et là qu'au fond, le gouvernement libanais n'est pas si catastrophé que cela par ce qui s'est passé, car cela lui permet enfin de reprendre souveraineté sur un Sud qui lui échappait depuis 40 ans. Réduire le potentiel de nuisance des miliciens du Hezbollah, ce n'est pas créer le chaos ou irakiser le Liban, c'est exactement le contraire.
Autre désaccord, je ne crois pas que la politique israélienne soit systématiquement assimilable à celle de Bush et des Etats-Unis. Il y certes des convergences, que j'ai d'ailleurs analysées dans un des mes livres sous l'angle religieux (dans "Militants de la Bible", et dans un article d'"Hérodote"). Mais s'imaginer qu'Israël ne fait qu'appliquer une politique décidée à Washington est ridicule. Il faut se méfier de ces thèses complotistes.
Enfin, je termine en pointant l'essentiel, sur lequel je vous rejoins : je suis depuis toujours convaincu qu'un Etat palestinien dans les frontières de 1967 (ou à peu de choses près) constitue la meilleure des réponses aux violences. Mais on n'atteindra pas cet objectif on réduisant les Palestiniens au statut de Victimes perpétuelles. Le deal conclu à l'époque d'Ehud Barak, sous l'égide de Bill Clinton, était très très intéressant pour les Palestiniens. Ils l'ont refusé (fatale erreur d'Arafat), et ont choisi une logique de surenchère qui a conduit au chaos, au surarmement du Hezbollah, et au triomphe des faucons en Israël. La porte de sortie n'est pas simple à trouver, mais ni l'angélisme, ni le complotisme, ni le discours victimiste n'aideront. Espérons que l'ONU saura appliquer sa résolution 1701 avec "résolution", justement. L'accord trouvé en Israël et au Liban autour de cette résolution est encourageant. Un premier pas?

Écrit par : sfath | 18/08/2006

J'ai lu avec beaucoup d'attention vos réserves à mon commentaire. Je me permets (si ce n'est pas trop abuser de votre patience) de poursuivre.Etes-vous aussi d'accord avec :
1) la rupture à 4 jours de la résolution 1701 de la trêve par l'armée d'Israël aujourd'hui dans la Bekaa ? (Certes, j'ai entendu que vous ne mettiez pas à égalité Israel et le Hezbllah). Mais est-ce bien "convenable" ,cette rupture de la trêve ?
2) l'arrestation aujourd'hui aussi par Israël du vice-président du gouvernement palestinien ? (après celle de parlementaires palestiniens et du président de l'assemblée nationale palestinienne ? (je n'ignore pas qu'ils sont membres du Hamas palestinien...légalement élus, me semble-t-il !)
Personnellement, je n'ai pas de particulière sympathie pour le Hezbollah libanais; mais je suis bien obligé de constater le "fait" qu'après ce que vous appelez la "riposte" légitime d'Israël, une très forte proportion de libanais (chrétiens compris) se retrouvent désormais soutenir le Hezbollah après les actes "inconsidérés" (c'est une litote) de Tsahal pendant ce mois de guerre au Liban.
Par ailleurs, je ne me retrouve pas, non plus, dans les "thèses complotistes", mais je dois reconnaître avec un grand nombre d'observateurs que les USA de G.W Bush appuient très fortement l'action et la politique d'Israël (livraison d'armes des plus sphistiquées, financements....) et que les pressions d'Israël sur le gouvernement américain ne peuvent pas être ignorées. Même si Israël a son autonomie, il n'empêche que les USA utilisent la politique israélienne pour leur "domination" sur le Moyen-Orient.
Je pourrais aussi discuter ce que vous appelez "l'erreur fatale d'Arafat" et du "deal" de E.Barak...Mais cela nous mènerait trop loin.
Avez-vous lu dans le Monde du 18 aout l'article d'Etienne Balibar et Jean-Marc Lévy Leblond : "Guerre en Orient ou paix en Méditeeranée" ?
Amicalement, Pierre Curie

Écrit par : Pierre Curie | 19/08/2006

Réponse à Pierre Curie sur Israël (2)

Merci pour ces compléments. On ne va pas continuer indéfiniment cette discussion, mais vos précisions méritent que j'y réponde, ce que je fais brièvement. Comme je n'ai rien d'un inconditionnel d'Israël, je n'ai aucun mal à partager avec vous une même déception face à ces dérapages que vous citez dans les points 1 et 2 (violation de la trêve, arrestations intempestives d'élus du peuple palestinien). D'accord aussi avec le constat d'affinités avec les Etats-Unis (avec "utilisation", mais à double sens). Que ces affinités puissent être parfois très contreproductives est l'évidence. La construction du mur qui enclôt Gaza (en "bouffant" au passage quelques parcelles de terre palestinienne), avec l'aval implicite des USA, est une aberration, et une honte. Encore une fois, le but à atteindre est bien un Etat palestinien viable, et Israël devrait comprendre que ce n'est pas par le déni de droit qu'on y arrivera.

Mais c'est aussi ce que devraient comprendre les Libanais. On ne peut pas se limiter à se scandaliser des dénis de droit quand c'est Israël qui les commet, et ne rien dire de vigoureux quand ce sont certains de ses voisins qui les commettent.

Si le gouvernement libanais avait eu le courage de désarmer le Hezbollah, comme l'ONU le lui demandait expressément depuis deux ans, on n'en serait pas là aujourd'hui. Je le répète, et à l'inverse des conclusions erronnées de la dernière commission du COE (Conseil Oecuménique des Eglises), il ne faut pas prendre pour argent comptant le discours du Hezbollah et de ses sympathisants, qui veut faire penser que ces milices sont là à cause du problème palestinien. C'est un mensonge que beaucoup gobent, parfois par naïveté, par peur, par ignorance du Moyen-Orient, ou enfin par mauvaise conscience occidentale. Mais la vérité c'est que ces milices sont là pour les mêmes raisons que le FLNC est en Corse, l'ETA au Pays Basque, ou le Ku Klux Klan aux Etats-Unis. En-dehors du terrain politique (où le Hezbollah a une légitimité que je ne conteste pas), l'existence de ces milices surarmées répond essentiellement à une logique clientèliste, mafieuse, instrumentalisée en partie par des intérêts étrangers (Syrie, Iran), et qui se fiche pas mal de la condition réelle des Palestiniens sunnites.
Voilà pourquoi le désarmement des milices chiites du Hezbollah est non seulement légitime, mais indispensable. L'ONU parviendra-t-elle a réaliser ce qu'Israël a tenté de commencer?? Je ne suis pas très optimiste...

NB : RAPPEL / l'ancêtre du Hezbollah (la milice Amal) a massacré lâchement 58 soldats français venus en maintien de la paix, le 23 octobre 1983, ce qui semble expliquer certaines réticences françaises aujourd'hui pour envoyer plus d'hommes au Sud Liban. Ces soldats ont-ils été tués pour servir la cause palestinienne?
Ils ont été tués par une organisation terroriste qui s'achète le soutien populaire en faisant régner la peur, voilà la vérité, et ce avec l'alibi d'un discours pro-palestinien démagogique, de façade. Dommage que beaucoup d'intellectuels (y compris chrétiens) s'y laissent prendre, de la même manière que dans les années 1950, beaucoup d'intellectuels (y compris chrétiens) se laissaient tromper par les discours staliniens...

Écrit par : sfath | 23/08/2006

Cher ami, En effet, il convient de mettre un terme à cet échange. Je partage pas mal de vos analyses, mais vous comprendrez que je sois, malgré tout, plus nuancé sur d'autres. L'essentiel, n'est-il pas que d'une manière ou d'une autre, le ciel s'éclaircisse rapidement au Moyen-Orient ? même si pour ma part, je demeure sceptique..
Amicalement,
Pierre Curie

Écrit par : Pierre Curie | 23/08/2006

Les commentaires sont fermés.