Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2007

Aperçu de la conférence ASCH (Salt Lake City)

medium_salktlake.pngAprès deux jours bien remplis de conférences dans le cadre du congrès de printemps de lAmerican Society for Church History, quels enseignements retirer?

Je ne ferai pas ici de détail, mais quelques impressions à chaud valent mieux que la froideur des compte-rendus rédigés 3 mois après. Voici donc 2 ou 3 échos depuis Salt Lake City.


medium_DSC04345.JPG

 

 Ce matin (samedi 14/04), présentation à l'University of Utah (Salt Lake City) du site piloté par Yale University, qui propose gratuitement, en ligne, tous les écrits du théologien Jonathan Edwards.

 

1/ Les mormons qui accueillaient la conférence ASCH ont remarquablement « assuré ». Ils flirtent certes par moments avec l’apologétique, travers dangereux de ceux qui appartiennent à la religion dominante du lieu (ce travers s’observe aussi parfois en France, les mormons n’en ont pas l’exclusivité).

Mais ils ont surtout montré la vitalité et le sérieux des recherches historiques sur le mormonisme, réalisé une animation scientifique de qualité, et organisé une réception grandiose le vendredi soir, avec un délicieux dîner agrémenté d’un exposé et d’une chorale d’enfants remarquable (voir photo ci-dessous).

medium_DSC04293.JPG

Réception au Joseph Smith memorial hier soir (le 13/04), avec immense chorale d'enfants. 

2/ Nos amis historiens américains me paraissent globalement encore moins ouverts que leurs collègues français à «l’histoire, science sociale». Les travaux de sociologie n’ont jamais été cités par les historiens que j’ai eu l’occasion d’entendre. Et quand j’ai précisé moi-même, ce matin (samedi 14/04) que j’avais publié dans Sociology of Religion (la meilleure revue nord-américaine en la matière), le président de séance m’a redemandé le titre de la revue, qu’il ne connaissait pas...

3/ En revanche, les historiens états-uniens du religieux me paraissent un peu mieux formés que les Français dans le domaine théologique. Le poids des Divinity Schools, sans doute. J’ai trouvé globalement mes collègues états-uniens très compétents, très précis et très attentifs dans leur présentation des infrastructures symboliques des religions -chrétiennes- étudiées (systèmes théologiques, doctrines, rites...).

4/ J’ai par ailleurs apprécié, comme toujours, l’atmosphère très conviviale et égalitaire du colloque. Les américains «mandarinent» moins que les Français, et les pontes se mêlent aux étudiants sans que l’on sente d’écart. C’est agréable. Pour ma part, je ne suis plus un étudiant, mais en tant qu’exotique Français mal situé par la plupart des participants, j’étais sans doute un peu apparenté étudiant dans l’esprit de plusieurs collègues américains. Mais à aucun moment je n’ai senti qu’on me jaugeait ou qu’on me «remettait à ma place» supposée, bien au contraire.

medium_photo.jpg5/ Scoop : Grant Wacker, grand historien du protestantisme américain, auteur notamment d’une remarquable synthèse sur le pentecôtisme publiée chez Harvard University Press, prépare une biographie sur Billy Graham! J’ai longuement discuté avec lui ce matin (nous avons un projet d’organiser un panel sur Billy Graham l’an prochain), et il m’a révélé que Christianity Today et le New York Times avaient déjà préparé la notice nécrologique du grand prédicateur.... Le Monde et La Croix ont-ils fait de même?

6/ Enfin, je ne saurais oublier la qualité des infrastructures universitaires. Le site de l'University of Utah est magnifique, spacieux, commode, propre, bien équipé, accueillant, au pied de montagnes enneigées où se déroulèrent il y a cinq ans les Jeux Olympiques d’Hiver (voir photo ci-dessous).

Visitez quelques campus universtaires américains: vous reviendrez convaincus que les campus français doivent être repensés de fond en comble. Un chantier incontournable pour la, ou le prochain(e) chef de l’Etat.

 

medium_DSC04335.JPG
 
 University of Utah, un site universitaire oxygénant. 

 

Les commentaires sont fermés.