Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2008

Sectes : nouveau chantier pour la MIVILUDES

CM Capture 1.jpgLe champ de la lutte contre les sectes est vaste: mais il ne demande qu’à s’élargir encore!
Notre société y pourvoit.

Même un magazine comme Voici presse la sonnette d’alarme dans le numéro de cette semaine.


L’objet de l’alerte? La téléréalité.


Nicolas Santolaria signe ici un article édifiant sur Jérémie Assous (en médaillon ci-dessus), avocat spécialisé dans les victimes des émissions de téléralité à la mode. Il est devenu, dixit, «le cauchemar des producteurs de téléralité».

Le titre de l'article de Voici est explicite: "L'avocat qui fait trembler la Réal-TV" (N.Santolaria, p.62-63)

 Son argumentaire est simple: pour lui, ces producteurs ont menti pendant des années, en faisant croire que les candidats de téléréalité ne travaillent pas, ce qui serait d’après-lui archi faux.

 

Industrie peu scrupuleuse

Ses arguments semblent convainquants.
Depuis 2003, on commence en effet à connaître les ficelles (très grossières) de l’industrie de téléréalité, avec ses scénarios arrangés, ses trucages à gogo, ses accroches racoleuses et ses contrats abusifs qui laissent bon nombre de candidats sur le carreau une fois les paillettes rangées au vestiaire.
Jérémie Assous s’est forgé, dans la défense d’ex-candidats grugés, une cause intéressante.

Plus d’une centaine de victimes se presseraient dans son cabinet, et d’après Voici, ce n’est qu’un début!!


9782130540922.jpg Vous me direz, il ne faut pas croire ce qu’on lit dans Voici…
Oui mais.
Oui mais, parce que Voici est bien renseigné dans le domaine du tape-à-l’œil médiatique.

Oui mais, parce que l’auteur de l’article, Nicolas Santolaria (qui a écrit dans Technikart), est tout sauf un imbécile: il a même codirigé avec Laurent Tremel un remarquable ouvrage aux Presses Universitaires de France (PUF) sur les formes sociales et les faux-semblants du jeu télévisé aujourd’hui.

Oui mais, car le dossier de Voici est repris en écho ailleurs (ou réciproquement), y compris dans le très sérieux hebdomadaire Le Point.


Ces éléments invitent donc à se pencher d’un peu plus près sur ce dossier, d’autant plus qu’il rejoint une problématique sociétale brûlante (quoiqu’un peu tiédissante): les sectes.

CM Capture 2.jpg

 

Dérives sectaires dans la téléréalité

Explication : le cœur de l’argumentaire de Jérémie Assous est le suivant, cité par Nicolas Santolaria:

«Ces émissions utilisent des méthodes comparables à celles des sectes (…) Dans Secret Story, les candidats devaient pouvoir réciter à n’importe quel moment les dix commandements de la Voix. Et pour obtenir les séquences souhaitées, la prod distribue de l’alcool à volonté, rationne la nourriture et installe un système de « punitions/récompenses » dans le but de soumettre totalement les participants. Privés de sommeil, beaucoup tombent en dépression quand ils sortent de là».


La comparaison avec les sectes fait peut-être sourire. Moi, elle ne me fait pas rire, et je la prendrais volontiers au sérieux.

Je suggère à la MIVILUDES (ou plutôt, à la structure qui devrait lui succéder) un nouveau chantier d’investigation: TF1 (qui a diffusé Secret Story en 2007 et le refera en cette année 2008) et autres chaînes qui font du profit sur la base de méthodes présumées sectaires!

Commentaires

Ne reste plus à TF1 qu'à invoquer la liberté de conscience, à subventionner les colloques du Cesnur et nous y sommes.

Écrit par : Charles Chasson | 23/06/2008

Abuser de la faiblesse et de la crédulité de personnes fragiles : on est en plein dedans !

Et pour la pression financière sur les "adeptes", on a les numéros surtaxés (très !) pour voter (!!!) pour le candidat à garder ou sortir.

Décidément, tout concorde.

Écrit par : Frédéric | 24/06/2008

Ah, ce bon Charles Chasson, toujours la bonne réflexion là où on l'attend...
Quand vous dites, Mr Fath: "La comparaison avec les sectes fait peut-être sourire. Moi, elle ne me fait pas rire, et je la prendrais volontiers au sérieux.", est-ce que vous voulez dire que cette comparaison peut faire rire dans le sens qu'il est peu crédible d'affirmer sérieusement que "les sectes" mettent toutes en oeuvre les "méthodes" décrites par cet avocat dans les émissions de télé-réalité, ou qu'il est peu sérieux d'affirmer que les émissions de télé-réalité mettent toutes en oeuvre des "méthodes" dont personne n'ignore plus qu'elles sont le "moteur" des "sectes"? Autrement dit, le "modèle" dans cette comparaison en matière de "méthodes" peu scrupuleuses, ce sont "les sectes" ou "les émissions de tv-réalité"? Juste pour être sûr. Et puis quant à faire, essayons de nous montrer concrets: c'est qui "les sectes"? Les Témoins de Jéhovah, chers à Mr Chasson, lequel a pu expérimenter les méthodes de "dressage", de "laminage", de "destabilisation mentale", de "sujétion psychologique", de "prosélytisme captieux" très à la mode nous dit-on dans "les sectes"? Merci d'avance.

Écrit par : pascal | 01/07/2008

Cher Pascal,

Ce n'est pas parce que tu as lu quelques commentaires de ma part, que par miracle, tu connais et comprend ma position sur les dérives sectaires et particulièrement sur l'idée de "manipulation mentale", à vrai dire, c'est plutôt l'inverse, ceux qui me lisent vraiment sur les forums, mailing-list, etc que je fréquente, savent que je n'accorde guère de crédit à cette théorie.

Je considère que ce n'est pas parce qu'on a décelé une manipulation dans un groupe, même à un fort degré, qu'on a prouvé son efficacité, pire que les véritables manipulations dont l'efficacité n'est pas sujet à débat, tel que "la théorie de l'engagement", sont curieusement boudées par "l'intelligentsia" antisecte, à mon grand déplaisir.

Si la lutte antisecte a amené son lot regrettable de discrimination et stigmatisation (reste aussi à en mesurer l'ampleur d'ailleurs car comparé ce phénomène à la chasse aux sorcières est tout aussi risible que de parler de plus de 500.000 français en danger face aux sectes), ce n'est pas pour autant que comme par miracle, le problème de la manipulation et de la liberté de l'individu dans un groupe restreint ou large s'en trouve évaporé.

Dans ce cadre l'article de Sébastien est vivifiant, en réduisant le champ de ce qu'est une "secte" ou une dérive sectaire on en arrive à se divertir pendant des années et tous en coeur avec des méthodes de manipulation et conditionnement qui sur les mêmes chaînes de télévision mais dans d'autres émisssions on condamne.

Je trouve l'attitude figé des deux camps assez simpliste.

Pour les uns, ce ne sont que quelques mouvements en rupture avec le modèle ambiant qui auraient l'apanage de la manipulation avec une efficacité redoutable et machiavélique et ce en niant toute volonté de l'adepte qui ne serait qu'un jouet alors qu'il peut choisir de se soumettre (reste donc à savoir si volonté rime avec liberté), oubliant de leur champ d'étude la société en général et ses grands corps constitués ainsi que les nombreuses manipulations que l'on subit pour par exemple "consommer plus" dans un monde fini, et qui semblent assez efficaces vu l'impasse dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

De l'autre, on inverse simplement la chaussette, et on voit le motif des uns reproduit à l'envers, les mouvements incriminés ne présenteraient aucun danger (avec des nuances mais certains sont allés jusqu'à aller défendre la secte criminelle Aum pour se ridiculiser définitivement), ni même manipulation, car la manipulation mentale est inefficace, MAIS dans le même temps, ces mêmes personnes parlent de "pensée unique" instillée par les médias, et donc reconnaissent par là qu'une certaine manipulation de masse existe et qu'elle est très efficace. En clair seuls les mouvements incriminés seraient exempt de manipulation et de danger, la société par contre, serait un peuple de mouton, qui discriminerait ces mouvements à la sauce "chasse aux sorcières" dont la société est au fond une secte dangereuse.

J'espère et je pense qu'il y a une troisième voie à ces deux courants que j'ai volontairement caricaturé, tant il y a des nuances suivant les personnes avec qui on discute, néanmoins il est évident que dans les deux camps, on aimerait qu'il n'y ait pas de troisième voie, et chaque voix un peu discordante, est et doit être mis dans le camp d'en face pour simplifier le problème, car l'esprit humain a ce besoin de simplification, vivre dans l'incertitude semble intenable pour beaucoup. J'espère donc que ton attaque n'est pas de cet ordre, mais vient d'un manque de temps dans la lecture de mes propos.

Écrit par : Charles Chasson | 02/07/2008

On va dire ça comme ça. Manque de temps dans la lecture de vos propos. Elargissons le débat, vous avez raison. Mais j'aimerais tout de même bien avoir une réponse de Mr Fath. Car au fond, en qualifiant certaines méthodes - jugées condamnables - de "sectaires", ne fait-on pas directement référence aux "sectes" en disant cela? Et comme personne ne peut dire comme deux et deux font quatre ce qu'est une "secte", on revient sans le dire à la liste des "sectes" annexée au rapport parlementaire de 1995. On aurait donc d'un côté des mouvements - "les sectes" - qui auraient fait de ces méthodes la base de leur fonctionnement, et à côté de ces "modèles de manipulation" on trouverait, ici ou là, des "dérives" du même ordre, bien que n'étant pas que le fait de "sectes ad hoc". Autrement dit, ces "dérives" seraient "sectaires" non du fait qu'elles ne concerneraient QUE "les sectes", mais du fait qu'il s'agirait de la caractéristique première du "phénomène sectaire", c'est-à-dire de tous les mouvements que la miviludes, organe officiel de l'Etat, et avec elle l'unadfi, pointent du doigt dans leurs discours. Difficile en effet de détacher de l'entité "secte" des "dérives" qu'on continue à dire "sectaires", même si la miviludes, en théorie, mais en théorie seulement, veut bien les traquer ailleurs que dans des "sectes", c'est-à-dire ailleurs que dans des mouvements minoritaires qui se présentent "religieux" ou "spirituel". Pourquoi au fond "sectaire"? C'est là-dessus que j'aimerais bien entendre Mr Fath.

Écrit par : pascal | 02/07/2008

D'ailleurs, on n'aura jamais autant parlé de "manipulation" (dans toutes les acceptions possibles de ce mot) que depuis que le débat sur "les sectes" à pris corps dans la société française (mais pas seulement française), comme si avant l'apparition des "nouvelles sectes" (c'est ainsi que les nomme l'unadfi) on vivait dans un monde où les rapports humains étaient exempts de toutes ascendances de ce type. Difficile à présent de dissocier "secte" et "manipulation mentale". Le concept de "dérive sectaire" n'est que le dernier avatar en date de cet état de fait.

Écrit par : pascal | 02/07/2008

Réponse à Pascal

Puisqu'il faut que je précise mon propos, je soulignerai que les "dérives sectaires" touchent, de mon point de vue, tous les milieux sociaux.
Dès lors que l'on essaie, par des méthodes de coercition douce, de conditionner les gens en les empêchant de prendre du recul, il peut y avoir dérive.
Les religions ont leur part du problème, c'est évident, mais il me semble qu'il ne faudrait pas dédouaner non plus certains acteurs de notre société de consommation.
Sans forcément revenir à Marcuse ("L'homme unidimentionnel") et à l'école de Franckfort, disons qu'il y a eu toute une veine critique des abus manipulateurs de la société de consommation, dans les années 50-60....
Avec l'effondrement du marxisme, cette tradition se fait peu entendre aujourd'hui, et il me semble qu'on manque un peu de vigilance face aux multiples manières dont certains pourvoyeurs de profit (publicitaire, audiovisuel, etc...) cherchent à abuser des gens, quitte à les abrutir sans en avoir l'air, pour leur seul intérêt.

Écrit par : SF | 03/07/2008

Merci pour votre réponse. Je vais m'en satisfaire, bien que ma question portait moins sur les méthodes de "conditionnement" que sur l'expression "dérive sectaire". Et sur ce lien, qu'on voudrait quasi "naturel", entre "secte" et "manipulation mentale" (qu'on l'appelle comme on veut, "sujétion psychologique", "emprise", ou que sais-je encore). On connaît le contexte qui a entouré l'apparition du concept de "dérive sectaire": la situation d'un Etat - la France - qui, par l'une de ses "missions interministérielles", s'était donné pour finalité de poursuivre un objet - "la secte" - juridiquement insaisissable. On a donc dit adieu à la mils pour dire bonjour à la miviludes. Depuis lors, le problème demeure non plus quant à la définition de la "secte", mais de la "dérive sectaire". Et ce problème semble aussi insoluble que le premier qu'on a cherché à fuir en passant d'une "lutte contre les sectes" à une "lutte et une vigilance contre les dérives sectaires". Et maintenant que tout le monde s'est saisi de cette expression "dérive sectaire", qu'elle est devenue l'une de ces expressions tarte à la crème que l'on s'envoie à la figure sans s'économiser, on a oublié de s'interroger sur sa validité. Pourquoi "sectaire"? Et qu'est-ce qui différencie une "dérive" quelconque d'une "dérive" précisément "sectaire"? L'entité "secte", entendu comme un mode - historique - d'expression et d'organisation du sentiment religieux, aurait-elle inauguré un type de "déviance" tout particulier, un type de "déviance" lié à des méthodes dites de "manipulation mentale"? Pour moi les choses sont claires; nul besoin de se creuser la tête bien longtemps: la "dérive sectaire", pour la miviludes et ses associés, c'est d'abord et avant tout - sinon exclusivement - une affaire de "secte". Une "dérive sectaire", c'est tout bêtement "la dérive d'une secte", quelle que soit la "dérive" en question: dès lors qu'elle est le fait d'un mouvement réputé être une "secte" (donc quelque chose pour ces gens d'éminemment répréhensible), on est dans le domaine d'activité de la miviludes. Autrement dit, l'expression "dérive sectaire" est l'une de ces trouvailles byzantines auxquelles ont recourt les fins stratèges de la "lutte contre les sectes" afin d'éviter que le combat qu'ils mènent au niveau institutionnel ne soit entravé par quelque difficulté d'ordre juridique ou administratif. Ainsi aujourd'hui dit-on lutter contre des "dérives sectaires" plutôt que contre des "sectes", quand bien même il n'est pas besoin de chercher bien loin (il n'y a qu'à lire les publications de la miviludes) pour comprendre qu'on a jamais quitté le domaine de la "lutte contre les sectes". Mais bon, désormais tout le monde est convaincu qu'il existe des "dérives" typiquement "sectaires", "inhérentes" au "phénomène" lui-même. Même si en théorie on veut bien les chercher ailleurs que dans "les sectes". La loi About-Picard illustre parfaitement cette hypocrisie. Mais peut-être dirons-nous bientôt adieu à la miviludes, et pour les mêmes raisons qui ont conduit à la disparition de la mils. Mais on peut être sûr que la "dérive sectaire" n'aura pas fini pour autant sa carrière, et à commencer dans les esprits et les propos des fameux "parlementaires anti-sectes" qui, à n'en pas douter, seront les premiers à monter au créneau pour défendre la miviludes.

Écrit par : pascal | 04/07/2008

Cher Pascal

Les glissements sémantiques mériteraient de longs débats... Mais est-ce si utile de se focaliser sur ce débat franco-français que sont les sectes ?...
Une fronde antireligieuse qui trouve matière à rendre acceptable leurs idées en recourant à tous les travers auxquels les sciences juridiques ont essayés de remédier depuis leur fondement.
La France s'isole et se ridiculise devant les démocraties modernes et libérales; et c'est affligeant !!
Car, bien entendu, les dérives ne sont pas l'apanage de quelques groupes religieux minoritaires. Quand on ose ouvrir un site "antisecte" on est effrayé par la haine et la bêtise des arguments souvent proposés. Alors, on se dit que peut-être les dérives existent aussi chez ceux qui se sont autoproclamés les CROISES ANTISECTES. Car, à y regarder de plus près, on a presque l'impression de se retrouver devant une nouvelle INQUISITION.
Quand on regarde comment fonctionnaient les auditions des commissions parlementaires, la comparaison n'est pas si outrancière!
"On ne dialogue pas avec les mouvements sectaires" affirmait le député Fenec. Donc on n'écoute pas leur défense étant connu que le Grand Inquisiteur a déjà décelé les stigmates du mal sur la peau de l'accusé....
Alors, cher Pascal, gageons que notre beau pays retrouve un peu de bon sens avant un retour au Moyen-âge auquel personne n'aspire vraiment.

Écrit par : nathan andiran | 27/08/2008

Bonjour,
Je cherche des infos sur le groupe "Sanctuary" du pasteur Michel Genton. Les adeptes ne croient pas au canon des 66 livres de la Bible, ils y sont très opposés. D'autre part, ils croient que Caïn est le fruit d'une union entre Eve et le serpent. Leurs doctrines sont floues et tenues secrètes.
Avez-vous des infos à ce sujet ?
Merci

Écrit par : daniel | 28/09/2008

Réponse à Daniel
Désolé mais j'ignore tout de ce mouvement!
Je vais essayer de me renseigner à son sujet.
J'ai vu qu'ils ont droit à une copieuse notice par l'encyclopédie Wikipedia... C'est déjà ça (j'aime bien Wikipedia) mais c'est fort insuffisant pour cerner le mouvement.

Écrit par : SF | 28/09/2008

Ouai! Ces sectes c'est du n'importe quoi! Pourtant il faut faire gaffe de ne pas tomber dans l'extrême opposée qui est bien meublé par les anti-sectes.
Il y a un article intéressant à ce sujet: "Les ennemis des 'sectes'" du sociologue italien, Massimo Introvigne (voir http://www.sectes-infos.net/Ennemi_Sectes.htm )
Quoi qu'on pense, il existe des libertés fondamentales qu'il serait judicieux de garder à l'esprit (couvert par l'Article 9 ci-dessous. Oublier cela est la porte ouverte à tous les abus et la fin de la démocratie.

1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites.

2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publique, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.

Écrit par : Tiko | 24/11/2011

On parle de "sectes" et de "manipulations". Toutes deux ont une connotation fortement négative. Pourquoi est-ce ainsi? Dans le domaine des relations humaines, la manipulation est l’art d’influencer autrui par des moyens détournés, afin de l'amener à adopter un certain comportement. Le but étant généralement d’obtenir quelque chose du manipulé. Or cela est loin d'être l'apanage des "sectes". En fait, on le retrouve dans absolument tous les secteurs de la vie.

J'ai pensé faire profiter le lecteur de ce lien qui donne quelques informations sur les stratégies et techniques employées pour la manipulation de l’opinion publique et de la société - http://infokiosques.net/imprimersans2.php?id_article=290

Écrit par : Charlie | 09/12/2011

Tout à fait d'accord avec toi! On trouve des manipulations absolument partout et bien sûr aussi dans le domaine des croyances. Et c'est là que c'est le plus vicieux surtout quand le gouvernement s'en mêlent. Pourtant, ce n'est pas le boulot du gouvernement ni d'aucune autorité à son service d'interférer avec les croyances des gens. Cela est présenté comme étant un problème et par conséquent il y a lieur d'interfèrer. Et pour faire passer la pilule, on parle de danger pour des personnes vulnérables. Des organismes "spécialisés" donnent quelques avis tordus, des médias irrefléchis brodent la dessus des histoires d'horreur et certains parlementaires interpellent le gouvernement pour "savoir" ce qu'il fait pour lutter contre "ce grâve danger". Le terrain a été préparé pour le législateur qui s'amène avec de nouvelles propositions de loi qui empiètent un peu plus sur les libertés.

Ce mécanisme est un vrai réflexe de Pavlov. À croire que les hommes sont des animaux. Mais il est vrai que ceux qui pronent ces mesures en sont convaincu. Mais pour les autres, ceux qui se posent des questions, ils peuvent se renseigner sur ce que sont vraiment ces groups et en apprendre un peu plus sur leur compte. Quantités de sites internet existent sur le sujet tel http://sectes.eu/liens-religieux.html et bien d'autres. Il suffit de regarder
et de se faire sa propre opinion.

Écrit par : Henri | 12/12/2011

Bonjour,
Que vouliez vous savoir au sujet du Sanctuary ?

Écrit par : Sandrine | 27/03/2015

Les commentaires sont fermés.