Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2014

Laïcité en Belgique: le coup de gueule de Fatoumata Sidibe

005072010151453000000sidibe.jpgLes débats autour de la laïcité et de la place du religieux agitent tout l'espace francophone. Le récent discours pugnace d'une députée à Bruxelles nous rappelle qu'il est vivace en Belgique.

 Fatoumata Sidibé argumente ainsi en faveur de la neutralité des agents publics, au motif suivant: "un fonctionnaire est-il un panneau d'affichage religieux?" (lien ici).

Qu'on soit pour ou contre, force et de reconnaître à la députée (présentée ici) un argumentaire fouillé qui nourrit les traditions belges de la laïcité, dont on peut en avoir un aperçu historique dans un livre dirigé par Hervé Hasquin, plusieurs fois réédité (Histoire de la laïcité en Belgique, lien).

Commentaires

En France aussi beaucoup veulent accommoder la laïcité à leur sauce.

Fonctionnement violateur des droits humains par des groupes religieux, y compris l'église catholique : que diriez-vous si les militants des partis politiques endoctrinaient leur progéniture dès la naissance : baptême politique à peine né, catéchisme politique dès compréhension du langage, fréquentation obligatoire des meetings, voire pressions psychologiques et harcèlement moral ( tu vas finir en enfer, damné, exclu), etc...
C'est pourtant bien le modus operandi effectif de tous les groupes religieux pour s'assurer un troupeau de fidèles, non ?

Ce que nous dénoncions dans les régimes communistes se produit tous les jours dans notre pays : des enfants soumis à un bourrage de crâne de superstitions religieuses.
Et un ministre français de dire «  celui qui s'attaque aux religions, s'attaque à la République »...Il foule aux pieds les obligations de sa fonction de ministre républicain qui est d'assurer à tout citoyen les conditions d'une vie émancipée de tout obscurantisme religieux ou idéologique.
En France aussi les politiciens pour caresser l'électeur superstitieux dans le sens du poil renient les principes républicains laïques.

Ces lâches politiciens osent s'attaquer aux roms (car peu nombreux et qui ne votent pas en France), mais s'aplatissent devant les ennemis de la République que sont les grands groupes superstitieux religieux (dont l'hydre superstitieuse qui régentait la société française jusqu'au XXe siècle : église catholique, et nouvelle apparue en France : la pieuvre musulmane).

Ces politiciens se voilent aussi les yeux devant l'état catastrophique de l'instruction publique dans certaines zones où un enseignement serein est empêché par des élèves imprégnés d'obscurantisme religieux.

Ces politiques aussi lâches et démagogues face aux superstitions qui maintiennent un déclin de la Raison, agissent aussi lâchement devant la calamiteuse situation financière de la France : déclin de la Raison plus crise financière et sociale = ?

Écrit par : Al | 13/01/2014

"Il foule aux pieds les obligations de sa fonction de ministre républicain qui est d'assurer à tout citoyen les conditions d'une vie émancipée de tout obscurantisme religieux ou idéologique." Extrait du commentaire de "Al" du 13/01/2014.

La laïcité, dans la conception française du terme, et à l'origine, consiste à respecter et à protéger les différences, la conscience, les convictions et les opinions de chacun(e) pourvu qu'elles ne soient pas attentatoires à l'ordre public, à la bienséance communément admise, et qu'elles s'exercent dans la sphère privée, dont la sphère publique, qui se doit de garder une stricte neutralité, garantit le libre exercice dans ce cadre.

De quel droit la laïcité devrait-elle être au service exclusif d'un pays imaginaire peuplé uniquement d'athées et d'agnostiques ? Là, on est en plein délire...

La laïcité française (je ne parle pas ici de pseudo-laïcité agressive) était conçue au départ pour assurer la paix publique, le vivre ensemble et le respect mutuel à des gens qui pensent différemment dans une même collectivité, elle n'était pas destinée à stigmatiser - ni à promouvoir avec partialité non plus - les convictions religieuses - entre autres - des autres en les traitant d'obscurantistes parce que ça arrange certaines personnes de les traiter de la sorte (animosité personnelle contre le fait religieux, pour telle ou telle raison, avec un petit r initial à raison, je précise). Ce qui n'exonère pas non plus le fanatisme religieux de quelque bord qu'il soit de sa responsabilité dans la persistance et le développement de l'ignorance, qui, c'est bien connu, ne frappe que les autres, jamais soi-même. Comme par hasard.

Quand on lit ce commentaire, on se croirait parfois revenu au temps de Saint-Just et de Robespierre, avec leur culte de la déesse "Raison" ; tout cela déboucha sur la Terreur révolutionnaires des années 1793-1794. Au nom de la chasse au "bourrage de crâne obscurantiste", il faudrait peut-être mettre les gens qui croient en Dieu en prison, tant qu'à faire, pour délit d'absence de "Raison", tant qu'on y est.

Il ne faut pas tout mélanger ; de plus, il existe ce qu'on appelle des NUANCES ; et aussi le discernement et la modération. Ainsi, assimiler systématiquement les termes "religions" (dans la plus large signification du terme) et "superstitions" n'est pas une marque de modération mais une forme d’extrémisme intellectuel, outre la confusion que cela entraîne. Même si en effet il arrive que superstitions et religions recouvrent des champs communs. Mais ça, c'est une autre histoire.

Écrit par : Eric Lisbonne | 14/01/2014

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.