Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2006

Floyd Landis et les mennonites

medium_Landis.jpgCeux qui me connaissent bien savent que je suis un vieux mordu de cyclisme. Moins névrosé sur le sujet qu’à l’époque de mes vingt ans, je continue néanmoins à souscrire à un rite immuable : à la fin de chaque mois de juillet, je m’achète une revue qui retrace par le menu le Tour de France de l’année.

Cette fois-ci, j’ai dû me forcer. En achetant le Vélo magazine n° 433 d’août 2006, j’ai presqu’eu l’impression de faire l’aumône, pour renflouer un numéro voué au bide complet. Il faut dire que jamais un titre de magazine cycliste n’aura été aussi lamentablement raté. Montrant un Floyd Landis radieux et à son avantage, Vélo Magazine titre «Le tour à visage humain de Floyd Landis». Les hormones de synthèse décelées dans les urines (échantillons A et B) de Floyd Landis ont-elle visage humain?


Permettez-moi d’en douter. Mais pas de chance, Vélo Magazine est sorti juste avant l’affaire de dopage qui éclabousse aujourd’hui Landis. Du coup, le contenu est largement «hors sujet», ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas quelques belles perles!

Du point de vue des sciences sociales des religions, je vous livre ici une perle de choix: la manière dont l’arrière-plan mennonite de Landis est évoqué. Les mennonites constituent une famille protestante très ancienne, qui remonte au début du XVIe siècle.

8dd95641631fad6520cbb873b801e6d1.jpgEtudié par Jean Séguy et Neal Blough, le mennonisme se caractérise par le souci d’une vie évangélique pacifique, communautaire et fraternelle.

Ce courant protestant s'est signalé, à ses origines anabaptistes, par quelques excès millénaristes, mais aujourd’hui, les mennonites sont connus pour leur modération, leur engagement pour la cause de la paix, et leurs activités humanitaires et caritatives, qui ont été étudiées dans le contexte français par Michel Paret (diplôme à l’EPHE).

Voilà maintenant comment Gilles Comte décrit l’arrière-plan mennonite de Landis, en page 5 du magazine.

«Floyd Landis a gagné le Tour. Et pourtant, il n’aurait jamais dû. D’abord, c’est son passé qui aurait dû le conduire ailleurs, ou bien nulle part. Landis est un mennonite. Rien de grave. C’est juste que sa famille appartient à une communauté religieuse qui ferait des amish une bande de joyeux fêtards. Pour faire simple, tout est proscrit chez les mennonites, de la télévision à l’aspirateur, en passant par n’importe quel objet lié à la société de consommation, et non au dénuement et à la spiritualité ».

Gilles Comte a-t-il trop lu tonton Auguste? En tout cas, l’image archaïque et sévère qu’il donne de la religiosité mennonite a de quoi faire frémir le moins positiviste des modernes. En gros, Landis a échappé à l’enfer d’un cercle obscurantiste et illuminé où «tout est proscrit», pour s’épanouir par le vélo et devenir, je cite, un «dieu humain» (page 25 du même magazine).

Désolé Monsieur Comte, mais la vérité est ailleurs. Même s’ils cultivent une lecture critique de la société de consommation, les mennonites sont en réalité beaucoup moins antimondains que la généralisation caricaturale donnée ici. Une solide majorité d’entre-eux regarde la télévision, passe l’aspirateur et aime faire la fête. Le sociologue Jean Séguy, invité à plusieurs festins mennonites, en sait quelque chose ! A l’inverse aussi de ce qui est écrit, les Amish ne sont pas moins sévères, mais beaucoup plus sévères et stricts que les mennonites.

Bref, même si le milieu mennonite de Landis était effectivement rigoriste, trop sans doute pour le jeune Floyd, le portrait global donné ici de mennonites où «tout est proscrit» est faux. Disgrâce supplémentaire pour ce pauvre Gilles Comte, l’autre versant de sa belle histoire prométhéenne ne tient pas mieux la route. Landis, un «dieu humain» ? Le voilà pointé du doigt pour dopage, et en passe de perdre son titre de vainqueur du Tour de France. Conclusion: contrôlé positif à la testostérone, Landis n’est pas un héros parce qu’il aurait quitté l’enfer de je ne sais quel fanatisme religieux. Bien au contraire, il n’est plus un héros parce qu’il a trop oublié ses leçons de catéchisme…

Commentaires

Merci Sébastien pour cette précision. Je suis bien d'accord avec vous quand a votre description des mennonites francais. Mais comme tout mouvement évangélique, il est difficile de généraliser.

Le 25 janvier dernier, Le Figaro publiait un article intéressant sur la minuscule minorité mennonite de Belize. On y apprenait, par exemple, que le dialecte "germanique" PlattDeutsch y été toujours utilisé. La comparaison avec les Amish, m'a donc semblé assez proche de la réalité pour ce groupuscule.

Mais comme j'ai dit, pour la France, les mennonites n'ont rien avoir avec ce que décrit ce journaliste.

Cordialement, Tim

Écrit par : Tim | 22/08/2006

Cher Tim,
que le Deitsh (ou Plattdeutsch) soit utilisé par des Mennonites d'Amérique centrale ne justifie en rien le portrait désolant (faux, et donc indigne de quelqu'un qui se dit journaliste) brossé par M. Comte.
D'autant qu'aux Etats-Unis, comme on 'en doute, il y a Mennonites et Mennonites. Certaines communautés sont trsè proches des Amish (dans la pratique et géographiquement), mais elles sont toujours plus ouvertes et moins rigoristes.
Bien cordialement,
Frédéric Maret.

Écrit par : Frédéric Maret | 03/10/2006

Les commentaires sont fermés.