Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2008

De la religion en Amérique: lecture de Denis Lacorne

images-1.jpegDirecteur de recherches au CERI Sciences Po Paris, Denis Lacorne est aujourd'hui un des plus éminents spécialistes des Etats-Unis.

Auteur de nombreux ouvrages réputés pour leur clarté et leur rigueur, il a signé au seuil de cette année 2008 un livre très remarqué, primé en juin par le Sénat: De la religion en Amérique (Paris, Gallimard, 2007).


Je ne suis pas systématiquement d'accord avec l'auteur (qui oublie le débat sur la religion civile), mais c'est peu de dire que je me suis ré-ga-lé à lire cette superbe somme, fruit de cinq ans de travail.

Chapeau! Une référence érudite et très utile, qui comble un vide.

On apprend beaucoup sur les Etats-Unis... mais aussi sur la France, et sur les pérégrinations de la laïcité (inventée par les Américains bien avant nous autres, souligne l'auteur).

images.jpegIl n'est sans doute pas meilleure période, en ces temps de tension électorale américaine, pour lire ce beau volume.

Après l'avoir fait moi-même, puis en avoir discuté avec l'auteur le mois dernier, je vous propose, en guise d'apéritif et d'épice, la fiche de lecture ci-dessous, à télécharger en un clic.

De la religion en Amérique, fiche SF.pdf

Commentaires

Merci pour votre blog en général et en particulier pour nous signaler ce livre aussi utile que les vôtres.
Après avoir lu votre fiche de lecture : est-ce que le fait que André Siegfried était protestant militant ne peut pas lui avoir fait trouver dommage que les USA perdent leur caractère religieux (mythique) des origines ? Même chez des protestants français libéraux (comme Siegfried) ou toujours un peu critiques à l'égard des USA et de leurs divers protestantismes, j'ai souvent rencontré une fierté et une fascination à leur égard, peut-être une nostalgie naturelle chez des ultra-minoritaires qui ont parfois le sentiment très net de la supériorité de leur confession sur les autres. D'où un dépit d'être obligé d'admettre que ce "paradis" là aussi est perdu.

Écrit par : Alain Arnoux | 18/10/2008

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.