25/07/2011

Massacre en Norvège: l'oeuvre d'un antifondamentaliste

2143921.jpg

Lors des deux premiers jours qui ont suivi le carnage perpétré vendredi 22 juillet 2011, en Norvège, par un militant d'extrême droite, Anders Behring Breivik (ci-contre), les médias, notamment français, ont répété, sur la base des très fragiles "fuites" venues de la police norvégienne, qu'il s'agissait d'un "fondamentaliste chrétien".

Ah bon? Sans doute n'est-il pas inutile de passer par un bref décryptage et une mise au point.


Le fondamentalisme est un terme piégé.

Dans les médias, il en est venu à désigner, aujourd'hui, toutes les formes de radicalité religieuse (hindoue, chrétienne, musulmane, juive etc.) qui mettent en avant une appropriation personnelle ultra-structurante de la foi, au risque de dérapages intolérants voire persécuteurs. Il dénote, dans tous les cas, une très forte intensité dans l'expression individuelle du croire.

1231936465.jpgL'historien du protestantisme rappellera, quant à lui, que le mot "fondamentalisme" a historiquement désigné un type spécifique de radicalité, au sein des Eglises protestantes, qui vise à revenir aux "fondamentaux" de la foi (Trinité, divinité du Christ, résurrection, etc...), face à l'offensive du Libéralisme théologique.

Il a notamment été décrypté en 2003 dans un numéro thématique du Monde des Religions que l'on peut consulter en ligne (cliquer ici).

 

Qu'on prenne la définition 1 (médiatique) ou la définition 2 (spécialisée) du "fondamentalisme", comment se situe Anders Behring Breivik?


 Un assassin qui défend le christianisme comme culture héritée

La réponse ne tombe pas du ciel. Elle peut nous être apportée par une lecture des compte-rendus qui commencent à nous parvenir de ses abondants écrits théoriques.

Sur la question religieuse, voici en particulier ce qu'écrivait l'assassin dans le manifeste idéologique de 1500 pages qu'il a longtemps laissé accessible sur internet  (je traduis, à partir d'un texte fourni en anglais sur le site CP): 

"Pour ma part, et pour beaucoup d'autres gens comme moi, je n'ai pas nécessairement une relation personnelle avec Jésus-Christ et avec Dieu. En revanche, nous croyons en un christianisme comme plate-forme morale, sociale, identitaire et culturelle. C'est ce qui fait de nous des chrétiens"

(Anders Behring Breivik, p.1307 de son manifeste, publié sur internet).

 

(extrait original en anglais : “If you have a personal relationship with Jesus Christ and God then you are a religious Christian. Myself and many more like me do not necessarily have a personal relationship with Jesus Christ and God. We do however believe in Christianity as a cultural, social, identity and moral platform. This makes us Christian.”)

 

Le commentaire du site d'information (de tendance protestante évangélique) qui propose cet extrait est intéressant: pour ce site, Anders Behring Breivik "nie la vraie foi en Christ".

En clair, il est à l'opposé de la foi personnelle classiquement défendue par les protestants évangéliques (qu'on associe parfois, dans les médias, au "fondamentalisme" en général).

 

Religion par héritage des "racines" contre religion par conversion

facho.jpgQue les protestants évangéliques le renient ne signifie pas qu'il n'y ait pas de lien, même lointain... Mais force est de constater que la définition donnée par l'assassin de ce qu'il pense être un chrétien est très opposée à la manière dont les évangéliques et fondamentalistes protestants voient le sujet.

En résumé, l'assassin du plus grand massacre jamais perpétré en Europe du Nord par un individu isolé est certainement un membre de la "fachosphère", comme l'évoque le quotidien Le Monde.

 

Mais est-il ce "fondamentaliste chrétien" décrit un peu vite dans les médias? Soulignons, d'une part, qu'il n'est pas membre d'une Eglise protestante évangélique (que cette dernière soit de tendance fondamentaliste ou pas). Ensuite, au vu des textes de l'assassin lui-même, il est bon de préciser ces trois points:

1/ L'assassin se démarque d'une appropriation personnelle intense du divin (recherchée par les fondamentalistes) au profit d'une définition culturelle et ancestrale du christianisme (rejetée par les fondamentalistes au nom du primat de la conversion)

2/ Il exalte le passé religieusement, ethniquement et culturellement homogène de la Norvège et de son Eglise nationale (approche combattue par les religions de conversion et les fondamentalismes actuels, notamment les pentecôtismes, présents en Norvège et fortement multiculturels)

anders behring breivik,norvège,fondamentalisme,protestantisme,évangéliques,luthéranisme,le monde des religions3/ Il fonde son discours sur une approche initiatique, ésotérique syncrétique (appartenance aux Chevaliers du Temple, entre autres...), aux antipodes du conversionnisme fondé sur un Texte partagé que  les fondamentalistes religieux prônent aujourd'hui

 

En résumé, la vision religieuse du luthérien Anders Behring Breivik se centre sur un christianisme comme héritage culturel (paradigme constantinien -pour parler comme le théolien catholique George Weigel- des Eglises nationales "de multitude", qui encadrent une population homogène), tandis que les fondamentalismes protestants se centrent sur un christianisme comme identité personnelle (paradigme post-constantinien d'Eglises de convertis, souvent multiculturelles dans les faits).

 

anders behring breivik,norvège, Constantin, George Weigel,fondamentalisme,protestantisme,évangéliques,luthéranisme,le monde des religionsBreivik l'ultranationaliste est attaché à l'Eglise nationale de son pays, la Norske Kirke, de confession protestante luthérienne, comme 85% des Norvégiens (officiellement membres de l'Eglise luthérienne de Norvège).

Et les raisons de fond son islamophobie pathologique (qui motivent explicitement les massacres qu'il a commis) éloignent aussi son univers mental des 2% de fidèles des Eglises évangéliques et pentecôtistes de Norvège. Car que reproche-t-il notamment aux musulmans? D'introduire de la diversité ethnique et religieuse, de saper le ciment norvégien commun, et de favoriser le multiculturalisme.

Ces reproches sont transposables de la même manière à la petite minorité fervente d'évangéliques et de pentecôtistes présents en Norvège, dont l'une des caractéristiques majeures est qu'elles sont largement multiculturelles (ce que Breivik déteste par-dessus tout).

 

En clair, l'assassin d'Oslo n'est pas le "fondamentaliste chrétien" décrit dans les médias.

L'univers religieux de ce sinistre membre de la "fachosphère" scandinave, dont la santé mentale reste à prouver, est même à l'opposé du fondamentalisme, rejetant les recompositions religieuses et culturelles contemporaines (musulmanes ou évangéliques) au nom d'un culte morbide des racines, poussé jusqu'à la folie meurtrière.

 


Commentaires

Merci beaucoup pour cet article avec cette mise au point importante.
Une fois de plus, de nombreux journalistes commettent deux erreurs :
- ils répètent bêtement des affirmations non vérifiées,
- ils ne maîtrisent pas le sujet.

Écrit par : Patrick B | 26/07/2011

Il est parfaitement exact que Breivik n'est pas un fondamentaliste tel que les médias veulent le présenter. Il se démarque des milieux évangéliques norvégiens et vice-versa.
Le discours de Breivik sur la religion reste toutefois complexe : il est lui-même converti depuis l'âge de 15 ans, alors qu'il a grandi dans une famille "séculière" (comprendre non pratiquante); dans son manifeste 2083, il justifie clairement le recours à la violence en s'appuyant sur de nombreuses références bibliques et mâtine son discours d'une teinte messianique ; il considère qu'il faut instaurer un état basé sur le christianisme ; last but not least, il souhaite ardemment le retour des Eglises protestantes (trop libérales, trop rationalistes et trop "déconstructivistes") vers une Eglise catholique fantasmée, traditionnaliste, autoritaire, emmenée par un Pape-chevalier missionnaire et messianique qui remettrait la croisade au goût du jour!!!!
Bref, un ultranationalisme pan-européen, chrétien sans être confessionnel. Le terme "fondamentaliste" n'est pas pertinent dans ce cas mais j'ai le sentiment qu'il y a cependant des éléments de proximité, avec la ré-exploitation d'éléments rhétoriques ou symboliques, toutes proportions gardées.

Écrit par : Fred | 27/07/2011

Antifondamentaliste, c'est vrai je pense. Mais en revanche, on pourrait parler d'intégriste, il me semble. Intégriste, car branché tradition, racines etc. ?

Écrit par : andré | 27/07/2011

Merci beaucoup à Fred pour ces éléments complémentaires, très pertinents, qui complètent l'analyse. Et merci aussi à André pour sa suggestion terminologique. Je pense qu'en effet, nous avons là une hypothèse qui tient la route. S'il faut rattacher la vision religieuse de Breivik à une tendance, ce serait plutôt celle de l'intégrisme, au sens d'une survalorisastion antimoderne des "racines chrétiennes" et des traditions ancestrales.

Écrit par : SF | 27/07/2011

Peux t'on dans cette affaire parler de xénophobie, au même titre qu'Hitler? En quoi la dimension religieuse change la donne ?

Écrit par : A.D.V. | 27/07/2011

"Branché traditions, racines etc", oui, et ce sont des traditions (et des racines) fantasmées : comme toujours chez les intégristes.
Comme toujours aussi chez eux : a) la référence chrétienne est le camouflage d'une idéologie séculière paranoïde ; b) il y a une phobie envers les Eglises réelles, accusées de "trahison" parce qu'elles incarnent tout autre chose que cette idéologie.

Écrit par : PP | 27/07/2011

L'absence de culture religieuse de l'immense majorité des journalistes est évidente. On parle réguliérement dans la presse, à la radio ou à la télévision de messe pour des cérémonies anglicanes,luthériennes ou évangéliques. De même toutes les personnalités de famille parpaillote même ceux qui sont ouvertement athées sont présentées comme des protestants (rigoureux ou austéres of course ). Beaucoup d''hommes et de femmes de gauche ou de droite ont eu une éducation catholique, mais on ne parle jamais du catholique Georges Marchais ou du catholique Pierre Mauroy ou François Fillon !

Écrit par : PAT | 30/07/2011

Monsieur Fath vous faîtes une très grave erreur en écrivant :

"l'assassin du plus grand massacre jamais perpétré en Europe du Nord par un individu isolé est certainement un membre de la "fachosphère", comme l'évoque le quotidien Le Monde."

Les journalistes écrivent une chose, puis l'exact opposé quelques mois plus tard, sans que cela ne gêne quiconque. Or de votre part, je m'attendais à infiniment plus de circonspection qu'une réaction à chaud reprenant les yeux fermés ce que dit la presse généraliste.

Par exemple vous n'avez absolument pas réagi au fait que Breivk est :
- un franc-maçon (vous connaissez des francs-maçons dans la "fachosphère" ?)
- très pro-israëlien (la "fachosphère" est souvent décrite comme un repère d'antisémites)
- favorable aux "droits" des homosexuels (pas très "chrétien fondamentaliste", tout cela).

De plus ses victimes sont des Norvégiens de souche, blonds aux yeux bleus (on aurait imaginé un membre de la "fachosphère" attaquant des mosquées, des squatts de sans-papier afro-maghrébins, etc).

Dernier point, les jeunes victimes étaient des membres du Parti travailliste norvégien, manifestant la veille en faveur du boycott d'Israël. Ce Breivik est un bien "drôle" de "facho", qui vient en Europe faire le travail du Mossad en assassinant des jeunes qui critiquent la politique de l'état d'Israël. Je pense que votre erreur d'appréciation, monsieur Fath, est que vous fûtes trop prompt à "défendre la boutique" des chrétiens évangéliques européens, sans voir le contexte général.

Ici en Europe, les chrétiens évangéliques sont souvent dépeints par la presse du genre Le Monde sous les traits de véritables "fous de Dieu", dangereux, pareil que le Hamas ou le Hezbollah mais brandissant la Bible à la place du Coran. Les médias français sont très anti-chrétiens et colportent énormément ces ragots, d'où la noblesse de votre lutte Mr Fath de montrer la réalité des choses.

Votre logiciel de compréhension, Mr Fath, est donc de dire que les chrétiens évangéliques sont en fait des gens normaux, pas des terroristes en puissance. C'est pourquoi quand les médias accusent Breivik d'être un chrétien fondamentaliste, votre réponse (ci-dessus) est de dire : non il n'a rien à voir avec nous, ce n'est qu'un chrétien "culturel" (il partagerait ce que vous appelez "une définition culturelle et ancestrale du christianisme").

Or la réalité est que BREIVIK N'EST PAS CHRÉTIEN, c'est un franc-maçon sioniste dont les positions politiques ne sont absolument pas extrêmiste (son geste meurtrier par contre l'est, évidemment). Ses idées rejoignent plutôt celles des apostats, athées, hédonistes etc qui sont celles du plus grand nombre en Europe.

Car si on regarde de près, même si c'est dérangeant, il faut admettre qu'une majorité d'Européens partagent ce vague humanisme issu historiquement de la franc-maçonnerie, sont favorable au mariage gay, défendent plutôt Israël comme rempart avancé contre l'immigration-invasion de l'Europe par les musulmans venus des pays pauvres, etc.

Etre chrétien Mr Fath (mais vous le savez sans doute) c'est tout autre chose.

C'est considérer que la pleine explication du sens de la vie vient de Dieu, et non pas de l'Homme lui-même comme le prétendent les humanistes. Etre chrétien c'est refuser les transgressions anthropologiques tels que le mariage "gay" qui offense Dieu. Etre chrétien c'est refuser le terrorisme d'Etat tel que celui d'Israël contre des populations civiles innocentes (quoiqu'on pense du Hamas). Etre chrétien c'est manifester de la charité aux immigrés déracinés qui croient (par erreur) pouvoir venir vivre clandestinement en Europe.

Donc répétons-le, Breivik N'EST PAS CHRÉTIEN.

Samuel

Écrit par : L'Etendard | 31/07/2011

Le plus drôle, c'est que la presse nous a servi un "fondamentaliste", alors que le fou furieux a plutôt le profil d'un hybride entre un réac wagnérien et un lecteur de Télérama (pro-gay) Hahaha (car vaut mieux rire que pleurer)

Écrit par : FrançoisF | 31/07/2011

Réponse à "L'Etendard"

Merci pour ces précisions. Certaines ne manquent pas de sel ni de pertinence, y compris l'accent sur les référents séculiers et bien-pensants de Mr Breivik, qui ont été minorés par la presse, en tout cas dans un premier temps. Mais vous allez trop loin sur plusieurs points.

-D'abord, vous confondez mon point de vue d'analyse, qui est celui du chercheur soucieux de rappeler la différence entre "fondamentalisme" et "extrémisme terroriste", et un point de vue pro-domo.
Je ne "défend pas la boutique", et dans ce blog, j'analyse en chercheur laïque. Je ne m'inscris pas dans un "nous" qui confond objet d'étude et analyse distanciée. Que, par ailleurs, je puisse être chrétien, etc..., certes, et c'est mon droit comme n'importe quel chercheur, mais ce n'est pas parce que j'ai une appartenance confessionnelle que mon travail CNRS s'y soumet. J'ai même l'obligation professionnelle de l'éviter, ce à quoi je me plie, par élémentaire déontologie.

-Ensuite, vous semblez oublier qu'on peut parfaitement être franc-maçon et fascisant, en tout cas de nos jours, même s'il est vrai que les fascismes n'ont généralement pas aimé par le passé la franc-maçonnerie, qu'ils ont combattue. De même, il existe de nombreux franc-maçons qui se réclament aussi du christianisme. Après, on peut évidemment défendre une définition plus "serrée" du christianisme, qui excluerait l'appartenance franc-maçonne, mais pour l'historien, le sociologue et le journaliste, qui ne "sonde pas les coeurs" mais enregistre les affiliations, franc-maçonnerie et appartenance chrétienne ne sont pas nécessairement antithétiques. Toutes les loges franc-maçonnes de France, par exemple, comportent des catholiques, et parfois aussi des protestants ou même des orthodoxes.

Écrit par : SF | 01/08/2011

Dont acte sur le point de vue pro-domo et "défendre la boutique", je me suis exprimé maladroitement. Mon intention n'était nullement de vous imputer une quelconque partialité dans votre activité de recherche au CNRS. Premièrement je ne suis pas qualifié pour porter ce genre de jugement, de plus je trouve au contraire très bien que vous "affichiez la couleur" en tant que chrétien. D'autant que ceux qui n'affichent rien cachent parfois des croyances occultes (on en revient sans le vouloir à la franc-maçonnerie...).

Écrit par : L'Etendard | 03/08/2011

Merci à vous Monsieur Fath pour votre réponse pertinente. Il n'y a rien à rajouter. Toutefois, je ne suis pas d'accord non plus avec "L'Etendard" quand il déclare que l'auteur des attentats est "pro-israélien". Je ne sais si l'Etendard a prit le temps de lire le protocole d'idées de Breivik mais il ne cache pas sa haine contre les Juifs. Je cite:

"Si le NSDAP [National-Sozialiste deutsche Arbeiter Partei, le parti nazi] avait été isolationniste au lieu d'être impérialiste (expansionniste) et s'était borné à déporter les Juifs (vers un Sion libéré et sans musulmans) au lieu de les massacrer, l'idéologie de haine anti-européenne connue sous le nom de multiculturalisme n'aurait jamais été institutionnalisée en Europe occidentale, parce que jamais les marxistes ne se seraient autant radicalisés. "

"Dans tous les cas, vous devez vous instruire et comprendre la différence. Les conservateurs et les soit-disant nazis d'aujourd'hui font preuve d'ignorance du fait qu'ils sont totalement obsédés par les Juifs. Il n'y a pas de problème juif en Europe occidentale (à l'exception du Royaume-Uni et de la France) car nous avons seulement un million de Juifs en Europe de l'Ouest. De ce million 800.000 vivent en France et au Royaume-Uni. Les États-Unis par contre qui ont plus six millions de Juifs (600% de plus que l'Europe) ont effectivement un sérieux problème juif."

Alors Breivik "pro-israélien"? Si c'est le cas, il a une drôle de manière de l'exprimer. Breivik est un sociopathe qui est passé à l'acte. Il n'aime personne.

Écrit par : Olivier Peel | 03/08/2011

On ne pourra pas réfléchir sérieusement à la violence contemporaine si l'on refuse de voir objectivement celles de ses causes qui sont religieuses.
Je crois, par exemple, que dans les efforts pour sortir de l'impasse israélo-palestinienne, il n'est pas raisonnable de nier les soubassements théologiques qui font de ce conflit une simple relance d'une "guerre" vieille de 3000 ans et prétendument "voulue par Dieu".
Il faut par ailleurs abandonner l'amalgame qui fait confondre systématiquement l'islamophobie avec la xénophobie, le racisme et la haine des musulmans.
Je suis de ceux qui pensent que l'islamisation de l'Europe constitue bien réellement une menace sur les libertés et sur la laïcité, et que c'est la réalité théologique de l'islam (la conception qu'on y a de Dieu) qui doit être examinée sérieusement.
Je ne sous-estime pas pour autant le rôle des institutions chrétiennes dans la croyance en une "bonne" violence qui aurait été voulue par Dieu "pour de bonnes raisons". C'est pourquoi j'ai publié un texte intitulé "Massacre d'Oslo : l'Eglise catholique responsable". Je vous invite à le lire ici :
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/massacre-d-oslo-l-eglise-98101

Écrit par : Pierre Régnier | 03/08/2011

Très intéressante analyse

En voici une autre qui conteste les termes fondamentaliste chrétien : http://religion.info/french/articles/article_540.shtml

Cet individu est un sinistre mélange idéologique, il n'est pas certain qu'il faille y rechercher une cohérence enterme d'analyse de sa "pensée"
Il semble accumuler un fatras d'ideologies extrêmes.
De ce que j'ai compris de son approche de la religion, je la qualifierais de neo maurrassienne : pour ce type le christianisme est d'abord un élément d'une pseudo unité perdue...

Écrit par : James | 03/08/2011

Bonsoir Monsieur Fath,

Brillante analyse. Merci de ces rappels intéressants.
Juste une question vous dites qu'il y a des protestants chez les franc-maçons français? (des catho je veux bien puisque la plupart sont athées) Cela me fascine puisque je pensais qu'ils étaient dans un combat contre la religion...Avez-vous un exemple ?
Bien amicalement.
-Gilles

Écrit par : gilles | 04/08/2011

Les exemples pourraient être assez nombreux.... En voici un récent: le Grand Maître du Grand Orient de France entre 2008 et 2010, Pierre Lambicchi (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Lambicchi) est protestant! Un gros dossier intitulé "Franc-maçons et protestants" a fait la "une" du journal protestant "Réforme", en mars 2010. On en trouve notamment un résumé ici : http://www.jlturbet.net/article-francs-ma-ons-et-protestants-a-la-une-de-l-habdomadaire-reforme-47312328.html
Voir aussi cette intéressante notice du Musée protestant virtuel: http://www.museeprotestant.org/Pages/Notices.php?noticeid=734&scatid=80&lev=1&Lget=FR
On y lit en particulier ceci, en conclusion:
"On constate que les protestants demeurent sur-représentés dans la maçonnerie française ; on y trouve des pasteurs, des professeurs de théologie, des responsables d'associations protestantes ; certains courants des Églises protestantes, notamment évangéliques, lui manifestent par contre une hostilité plus ou moins vive".

Écrit par : SF | 04/08/2011

Merci pour cette analyse.

Il me semble cependant qu'il faudrait l'affiner en prenant en compte une certaine tendance évangélique plus ou moins fondamentaliste qui manifeste une islamophobie certaine et un grand attachement aux "racines chrétiennes" des sociétés européennes et Nord Américaines.
J'argumenterai pour ma part sue cette dernière est en contradiction idéologique avec le courrant évangélique du protestantisme attaché à la liberté de conscience et de religion et insistant sur la conversion. Pourtant, d'un point de vue sociologique, je ne peux que constater cette tendance rampante...

Pour ce qui est du lien protestantisme évangélique / franc-maçonnerie, un article témoignage avait été publié dans les Cahiers de l'Ecole Pastorale : http://www2.ecolepastorale.com/cahiers/ArticlesOnline?&num_art=88.

Écrit par : PdM | 10/08/2011

Bonsoir à tous,
Ce norvégien, qui a perpétré cet acte abominable, me remémore les quelques citations suivantes, que j'offre à tous afin de nourrir par la même occasion notre réflexion collective :
- Ainsi donc, c'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. MATTHIEU 7 : 20
- Même si tu broyais l'insensé dans un mortier avec un pilon comme on pile le grain, tu ne parviendrais pas à en détacher sa sottise. PROVERBES 27 : 22
- Mieux vaut tomber sur une ourse à qui l'on vient de ravir ses petits que de rencontrer un insensé pris d'un accès de folie. PROVERBES 17 : 12
- Tout mensonge vit de la part de vérité qu'il contient. (QUID ?)
- L'homme parvient toujours à trouver de bonnes raisons de croire n'importe quelle absurdité, pourvu que ça l'arrange... On peut toujours l'amener à penser que le noir est blanc, que le vice est la vertu, que la folie est sagesse et que l'éternité ne dure qu'un instant... JOHN ADAMS (1735 / 1826, 1er Vice-Président et 2ème Président des États-Unis d'Amérique).
Peu importent donc l'étiquette ou le vocable dont on peut affubler le profil de cet homme, car le produit de son comportement reste de toute manière un acte inqualifiable et innommable.

Écrit par : Eric LISBONNE | 19/08/2011

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.