Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

Journée mondiale des réfugiés (2013)

4184_vignette_dilem-lampedusa.jpg

Commentaires

bjr,
Avec les "migrants", catégorie anthropologiquement complexe, quelque chose de profond s'est inversé dans l'humanité: autrefois, et longtemps, invasions et guerres faisaient essentiellement du tort aux sédentaires, terre brulée de partout. maintenant les "migrants", avec leurs fluxs et leurs filières, leurs Odyssées de radeaux de la Méduse sont les victimes permanentes, en nombre croissants.
L'esclavage, pire encore, consistait à imposer la sédentarité à demeure et au profit des exploitateurs, à des peuples qui se satisfaisaient de leurs lieux de vie et de référence. Forçage de lieu et de mémoire.
Abraham partait "vers lui". Les migrants partent "de nuit", et souvent vers la nuit.
L'"espace", forme a priori de notre sensibilité, disait Kant, en un tout autre sens il est vrai.
gef

Écrit par : gef | 20/06/2013

Oui effectivement, sur la longue durée, le rôle social du nomade a glissé d'une posture dominante (et menaçante) à une posture beaucoup plus fragilisée, sur fond du triomphe apparent des sédentaires.
Ces derniers ont-ils pour autant gagné la partie?
Dans les nouveaux "territoires circulatoires" de ce monde globalisé où le numérique renforce les liens transnationaux, les nomades et migrants n'ont pas dit leur dernier mot...
A suivre...

Écrit par : SF | 24/06/2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.