15/02/2014

Voile enlevé, voile remis: l'itinéraire de Ruba Qewar, trois fois convertie

Unknown.jpeg

Présentée en catégorie vedette sur de nombreux sites pro-chrétiens, la vidéo de la jeune musulmane qui enlève son voile en direct (cf. blognote du 12 février 2014) comporte une suite.... 

La néo-chrétienne en question, nommée Ruba Qewar, est en effet retournée à l'islam, et a fièrement remis son voile.

Elle milite même pour l'islam sur un site internet très complet, et explique sa reconversion à l'islam en vidéo, en demandant pardon, au passage, aux chrétiens qu'elle aurait déçus. Une illustration frappante de la figure du (multi)converti comme mode majeur du CROIRE aujourd'hui!

Décryptage.


 

Sur la présentation vidéo de la "conversion" où Ruba Qewar "quitte l'islam en direct" (sic), avec effets visuels et propos choc destinés à susciter l'émotion, rien n'est dit sur l'arrière-plan de cette convertie d'une éducation supérieure (université), au parcours transnational (Europe, Etats-Unis, Jordanie). 

 

  • Conversion n°1 : du christianisme évangélique à l'islam

Ce qu'on ignore en particulier, c'est que cette femme, née au Danemark en 1981, est issue d'une famille CHRETIENNE.

Unknown-2.jpegJordanienne expatriée,  fille et petite-fille de pasteur (!), Ruba Qewar a passé sa jeunesse et le début de son âge adulte en tant que chrétienne, en milieu protestant évangélique.

C'est alors qu'à la suite de circonstances qu'elle raconte sur ce site (lien), elle se convertit une première fois à l'islam au cours de l'année 2005.

Les sites internet musulmans jubilent: voici une "missionnaire jordanienne convertie à l'islam" (lien).

 

  •  Conversion n°2 : de l'islam au christianisme évangélique

Mais ce n'est pas tout. Après cinq ans de vie musulmane, marquée en particulier par le port du foulard, elle change d'avis.

Ruba Qewar, christianEn fin de compte, l'islam, ce n'est pas pour elle! Plus tard, elle dira avoir agi par "ignorance" et "stupidité". Mais sur le coup, elle choisit Jésus-Christ et argumente sur une base théologique. Le grand virage s'effectue en 2010.

Et comme cette convertie n'a pas sa langue dans poche, elle s'affiche, y compris dans cette vidéo choc diffusée par la chaîne satellitaire Al Hayat où elle suscite l'attendrissement de dizaines de milliers d'internautes chrétiens, touchés par son geste solennel où elle se déleste du foulard et renonce à la "prison" de tissu qu'elle assimile à l'islam. 

 

C'est la conversion n°2, dont cette fois-ci les sites internet chrétiens font leurs choux gras. Une brebis perdue de l'islam ramenée au bercail chrétien, et avec éclat, cela vaut bien un bon succès Youtube! Beaucoup s'imaginent alors que l'histoire s'arrête là.

 

  • Conversion n°3 :  de l'évangélisme à l'islam

Finie l'épopée spirituelle? Que nenni!

Unknown-1.jpegNotre pèlerine de la foi recommence à s'interroger, après un an de conversion évangélique. Elle se sent mal à l'aise, décalée, en vient à pointer un "lavage de cerveau" et ressasse les souvenirs de la foi musulmane, qui bientôt l'envahissent au point que peu à peu, elle se tourne à nouveau vers "Allah" et la "vraie religion", dit-elle, à savoir l'islam! Elle explique aussi avoir été instrumentalisée, en vue d'une conquête missionnaire où elle est exploitée comme un pion, rien de plus.

Dépressive, anxieuse, elle se replonge dans le Coran. Y trouve des réponses. Son environnement social, dans le même temps, évolue. Elle remet le voile en juin 2011

Et voilà Ruba Qewar à nouveau musulmane, et musulmane militante, au point d'alimenter un luxueux site internet entièrement voué à la controverse avec le christianisme. Dans la vidéo ci-dessus, elle explique son second retour à l'islam tout en présentant ses regrets aux chrétiens dont elle a quitté la religion.

Le but: prouver que l'islam triomphe de tout, même des hésitations et voltes-faces les plus tourmentées. Chrétienne, puis musulmane, puis chrétienne, puis musulmane, tout cela dans un parcours de vie féminin de seulement 33 ans.

 

islam,christianisme,controverse,youtube,révolution numérique,ruba qewar,jordanie,conversion,individu,femme et religion,évangéliquesNomadisme spirituel dans l'air du temps?

Zapping religieux? Nomadisme spirituel? Consumérisme de la conversion? Méfions nous des catégories, mais reconnaissons qu'il y a là un "signe des temps", de ce XXIe siècle où le marché des offres de sens suscite de plus en plus d'appropriations personnelles, au risque des revirements et changements qui donnent.... le tournis.

Au-delà de cette histoire singulière, on retiendra aussi autre chose: pour étudier la compétition religieuse aujourd'hui, le continent numérique (et ses chaînes Youtube) constitue une ressource majeure, à condition de savoir contextualiser les supports (vidéos) pour reconstituer, derrière le choc des slogans, l'épaisseur des récits de vie et la complexité des événements.

 

Merci aux commentateurs Amin et Achemel, qui m'ont alerté sur la sinuosité de cet itinéraire spirituel.

Commentaires

Je pense que cette histoire (je connaissais Ruba Qewar et sa conversion au christianisme depuis plusieurs années déjà, j'ignorais qu'elle était retournée à l'islam entretemps, vu comme cette personne a l'air instable je ne serais pas surpris qu'elle fasse encore plusieurs fois l'aller-retour à l'avenir) illustre surtout un sérieux problème dans les milieux missionnaires en général, à la fois chrétiens et musulmans (et autres) : les convertis (surtout les plus "prestigieux" : ex-imam ou prêtre/pasteur, fils/fille d'imam/pasteur, etc) sont exhibés comme des "trophées de guerre", sans aucun respect pour leurs émotions et leur vie privée. Ruba dit clairement qu'une des principales raisons de son dernier retour à l'islam n'a rien a voir avec des convictions théologiques, mais qu'il s'agit tout simplement de l'impression d'avoir été exploitée comme un simple "pion" dans une "bataille prosélyte". Elle prétend aujourd'hui que toute son implication passée dans l’œuvre missionnaire chrétienne n'était que le fruit de la pression d'autres, notamment que la vidéo que vous avec publiée dans laquelle elle enlève son voile sur le plateau d'Al-Hayat n'était qu'une mise en scène des réalisateurs dans laquelle elle n'a pas eu son mot à dire ; je doute que ce soit entièrement vrai, si elle fait tout ce qu'on lui dit de faire alors qu'elle n'en a aucune envie c'est tout de même problématique et je ne pense pas qu'Al-Hayat serait allé jusqu'à la forcer à quoi que ce soit, mais cela traduit en tout cas un réel dégoût d'avoir été "utilisée". Son animosité à l'égard de son passé chrétien et l'emploi de termes forts comme "lavage de cerveau" pour de simples conversations avec des personnes de convictions différentes, le montre aussi ; pour avoir lu son témoignage précédent sur son site alors qu'elle était chrétienne je peux témoigner que les raisons qu'elle indiquait alors pour sa conversion était toutes autres (et qu'elle était loin d'avoir à l'égard de l'islam la rancœur qu'elle a aujourd'hui à l'égard du christianisme).

Donc, même si en tant que chrétien je crois que le salut ne se trouve qu'en Christ crucifié et que j'espère bien sûr vivement que Ruba fera un jour cette expérience (que je ne suis pas certain qu'elle ait déjà faite), je lui souhaite à présent surtout la paix et la tranquillité, de pouvoir reconstruire sa personnalité manifestement fragile et vivre sa vie religieuse, quelle qu'elle soit, loin des caméras et en ne communiquant que dans la mesure où elle-même le souhaite.

Écrit par : Un étudiant défend sa foi | 15/02/2014

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.