Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2016

Burkinigate: réaction de Pierre Joxe, l'humour d'une conscience libre

pierre-joxe-hier-a-nimes_449633_510x255.jpgL'ancien garde des sceaux Pierre Joxe est un homme d'Etat et une conscience républicaine.

Laïque et protestant, il est intervenu avec pertinence dans le grand documentaire "Protestants de France" (2016), dont on attend la sortie en DVD (lien). Devant l'hystérie ambiante autour du contrôle vestimentaire des femmes sur la plage (jusqu'à l'arrêt salutaire du Conseil d'Etat il y a deux jours) et les confusions entre préférence personnelle et droit applicable à tous, il a choisi de réagir avec humour et recul. Au-dessus de la médiocrité générale du débat et contre les peurs liberticides, son texte, envoyé à Médiapart, est un bijou. Merci Pierre Joxe.

Lien.

Commentaires

Ah oui, Pierre Joxe, le "protestant" maçon du Grand Orient, la loge qui voulait faire nationaliser les écoles privées en 1984 (entre autres méfaits) ! Merci bien ! (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/07/01016-20121207ARTFIG00492-le-nouveau-pouvoir-des-francs-macons.php)
Quant à Médiapart, je n'ai aucune sympathie pour ce journal et encore moins pour son patron qui déroule le tapis rouge devant les Frères musulmans et autres islamistes.
Quant à l'"hystérie", je trouve que certains termes condamnant les débats actuels sur le beurkini sont réellement excessifs. Avons-nous oublié que la France est meurtrie par les attentats successifs provoqués par des musulmans (même si "tous les musulmans ne sont pas terroristes"). Il s'agit d'une provocation supplémentaire parmi d'autres qui finit par excéder les Français qui en ont marre de voir l'islam - "religion de paix" comme chacun sait - s'exhiber partout et leur pourrir la vie.

Écrit par : Patrick B | 28/08/2016

Vos propos ont-ils pour but de nourrir la haine? Vous n'aimeriez pas qu'on parle des protestants évangéliques de la manière très caricaturale dont vous traitez les musulmans.

Je vous rappelle aussi qu'il importe de distinguer entre son opinion et le droit. On peut ne pas avoir de bonne opinion du burkini et de l'accent disproportionné porté sur l'exigence de pudeur féminine, tout en défendant le DROIT de s'habiller comme on veut en République.

Concernant les musulmans de France, non seulement ils ne s'exhibent pas partout, mais souvent ils se cachent aujourd'hui, et sont l'objet d'une stigmatisation croissante et parfois alarmante (affaire du restaurant Le CENACLE, aujourd'hui même), qui devrait inquiéter tous ceux qui pensent qu'un musulman a autant de valeur qu'un chrétien, un juif ou un athée.

On a le droit d'être en désaccord avec l'islam, voire de ne pas aimer cette religion. Mais ce n'est pas en diffusant propos caricaturaux et haineux qu'on réduira l'influence musulmane, AU CONTRAIRE.
Les minorités discriminées ont toujours eu tendance, historiquement, à se renforcer et se durcir.

La liberté ne se divise pas. Elle est pour tous, ou elle n'est pas. Je refuse l'indignation sélective, plaie de notre pays. Mes valeurs me poussent à parler quand des chrétiens sont discriminés, quand des juifs sont discriminés, quand des athées sont discriminés, et quand des musulmans sont discriminés.

Écrit par : SF | 28/08/2016

Pour anecdote, aujourd'hui-même et sans l'avoir cherché, j'ai rencontré une vieille dame que je n'ai plus vu depuis longtemps. En voyant notre petite-fille de quelques mois, elle a lâché "ah, quels temps difficiles ils auront à affronter !" Je lui ai répondu qu'autrefois aussi les gens devaient affronter des temps difficiles. Je faisais allusion à la guerre de 39-45, mais elle m'a répondu : "il est vrai que nous avions déjà des guerres de religion".
Et voilà, je n'ai ni entamé ce sujet, ni poursuivi dans cette voie. Je constate simplement que les gens ne sont pas idiots et je ne pense pas qu'elle lise des journaux d'extrême-droite, mais il y a cette crainte diffuse d'une "guerre de religion" à venir et qui ne se fera pas entre catholiques et protestants ! Et croyez-moi bien que je le déplore.
Pour revenir à votre propos, je n'ai nulle envie de "nourrir la haine". Par contre, à force de mettre les problèmes sous le boisseau, en accusant toujours les mêmes de racisme et d'islamophobie (une certaine presse s'en est fait la spécialité), en ayant toujours des décideurs politiques (nationaux ou locaux) qui achètent la "paix sociale", nous aurons, comme disait Churchill, le déshonneur et la guerre.
J'aimerais beaucoup me tromper, mais les faits m'ont souvent donné raison.
Par ailleurs, il y a des journalistes musulmans pratiquement inconnus de la presse et des plateaux de télévision. Ce sont précisément eux qui tirent la sonnette d'alarme, mais on ne les écoute pas. Je pense entre autres à Fatiha Daoudi, ou à Kamel Daoud qui fait l'objet d'une fatwa le condamnant à mort.
Alors, la haine existe bel et bien, mais elle n'est pas de mon côté.

Écrit par : Patrick B | 28/08/2016

La second commentaire de PB est intéressant, notamment sur le silence (imposé?) aux intellectuels musulmans critiques.

Plus largement nous risquons maintenant d'aller vers une intoxication médiatique et idéologique avec cette affaire casuistique du burkini ni ceci ni cela, indéfiniment. Chantal Delsol a raison en évoquant surtout le "vide" de sens à l'origine de ces comblements absurdes de sens, soit par l'enregimentement (vestimentaire ou non, visible ou non), soit, et surtout, profondément spirituel et intellectuel.
Ce dont il s'agit c'est de l'"espace de pensée libre", non d'une libre pensée proclamée, figée en ses stéréotypes, mais de la pensée exigeante, capable de se critiquer elle-même (sur fond d'informations justes) plutôt que de travailler uniquement à ses consolidations idéologiques, sécuritaires à plus d'un titre.

Dans l'affaire du refus de servir deux femmes voilées, j'observe que la présence d'esprit nécessaire à l'enregistrement a bien fonctionné! Les deux clientes connaissaient-elles ce restaurateur au comportement ignoble ou s'agissait-il d'un réel événement? Mise en scène révélatrice d'une indignité morale du restaurateur ou fait d'altercation spontanée qui révèle le fond d'une attitude nuisible et condamnable sur tous plans de la question?

Écrit par : AncheK6 | 30/08/2016

Voici en guise de contribution, un article de Fatiha Boudjahlat "Burkini, Tremblay… Décryptez les 7 pièges que nous tendent les islamistes" : https://www.7x7.press/burkini-tremblay-decryptez-les-7-pieges-que-nous-tendent-les-islamistes

Écrit par : Patrick B | 01/09/2016

Les commentaires sont fermés.