Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2018

Colloque pragmatisme et religion

Capture d’écran 2018-01-12 à 23.09.26.pngChez John Dewey, théoricien du pragmatisme (ci-contre), l’attitude pragmatique est présentée comme l’opposé de la théorie spectatoriale de la connaissance. Connaître n’est pas voir, comme c’est par exemple le cas dans le cadre d’une compréhension schématique et extrêmement simpliste de la tradition cartésienne (Descartes comparait les idées à des sortes de tableaux), mais agir. Cela conduit à relativiser la notion de vérité, ce qui fut, du coup, le signe principal de reconnaissance de l’appartenance au pragmatisme (cf. Jean Foucart).

Pour en savoir plus sur les enjeux pragmatisme / religion, un beau colloque "Pragmatisme et religion" est organisé à Paris les 25 et 26 janvier 2018 (organisation Oriane Elatri et Romain Mollard), avec notamment un soutien du GSRL.

PDF.

Commentaires

"beau colloque", en effet. Juste deux remarques:
"Pragmatisme" ne se réduit pas au courant initié par dewey, james etc., mais s'entend aussi au sens linguistique de "pragmatique" (Austin, Ducrot...), qui affine notre attention au langage en situation. les "patois de Canaan" en ont le plus grand besoin...
D'autre part, la problématique soulevée est celle du "sujet": est-il, comme ego souverain, seule source de sens et de connaissance (et donc aussi d'expérience de la transcendance) ou bien esil dispersé dans ses "engagements" en diverses situations et enjeux (Charles Larmore), sans unité souveraine, si ce n'est que chacun peut effectuer une traversée de ses esquisses et versions par diverses démarches: analyse d'ordre psy; phénoménologie qui ouvre l'univers de notre "passivité" (Natalie Depraz, Michel Henry, JL Marion...) pour y situer une "donation", une Vie qui n'est pas de notre fait...
L'intérêt du "pragmatisme" est de ne pas circonscrire l'expérience du sens seulement "en situation", pour y marquer la dimension du manque, qui peut générer "appel", "rencontre", "révélation".

Écrit par : gef | 14/01/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.