01/11/2007

Une megachurch baptiste virtuelle qui ‘pète un cable’

bf255400363fa3bb463b7cc79c4fcaad.jpgInternautes attention. Pour ceux qui n’aiment pas l’humour parodique «tout schuss» (au risque du mauvais goût), ou ceux qui n’aiment pas qu’on se moque des protestants évangéliques, inutile d’aller plus loin.

Pour les autres, et si vous êtes un peu anglophones, cliquez ci-dessous.


A vos risques et périls, jetez-donc un œil sur le site http://www.landoverbaptist.org/. Il s’agit d’une parodie de site baptiste états-unien ultra-conservateur, qui se moque point par point en les exagérant, du jargon, des shibboleths propres à certains milieux évangéliques américains.

6db784164c979299320b547072f57b34.jpg

On a imaginé pour cela une église baptiste virtuelle, une megachurch états-unienne dans ce qu’il y a de plus conservateur. «Unsaved not welcomed» (si vous n’êtes pas sauvés, vous n’êtes pas les bienvenus), proclame la bannière…
En ce moment, on trouve pas mal de références à Halloween, fête d’origine païenne qui suscite beaucoup de réserves chez la plupart des chrétiens américains, particulièrement s’ils se rattachent au protestantisme évangélique et au catholicisme.

Mais au trouve aussi parodiés, plus généralement, la posture contreculturelle, l'accentuation parfois obsessive sur les questions liées au genre et à la sexualité, la tendance au merchandizing, et un vieux fonds d'anti-catholicisme, toutes orientations qui marquent, à des degrés très divers, bien des cercles protestants américains.

Ce site m’inspire trois commentaires :

007583d55de674a9cbb66e38a9022c66.jpg1/ Il y a de fortes chances qu’en France, un tel site tomberait sous le coup d’une des multiples lois d’inspiration communautariste dont nous avons le secret depuis quelques temps, et qui ‘protègent’ (?) tel ou tel groupe contre la diffamation, surtout si le groupe s’affiche comme une ‘minorité’ (Sarkozy, lui, on peut lui taper dessus sans problèmes).

Les Etats-Unis restent quand à eux, malgré certaines évolutions inquiétantes, une terre de liberté d’expression où chrétiens comme anti-chrétiens peuvent délirer, atteindre des sommets dans la parodie vindicative, sans se faire inquiéter (tant qu’on n’appelle pas ouvertement à la violence).

53dbbebb67ccc9f975a6c57bc9c80280.jpg2/ Tout en étant très incisif, n'hésitant pas à franchir les frontières du mauvais goût, ce site révèle malgré tout une connaissance assez fine, voire très fine, de la rhétorique et des dadas évangéliques conservateurs.

A partir de là qu’en conclure si on se reconnaît soi-même comme public visé? En imaginant les réactions des protestants évangéliques à ce site, de deux choses l’une: ou bien ils appliquent le précepte des pères du Désert, à savoir «heureux celui qui sait se moquer de lui-même, il ne risque jamais de s’ennuyer», où bien ils y verront une attaque de Satan, qui, suivant sa nature, part d’un contenu saint pour le déformer et lui faire dire le contraire de ce qu’il veut dire…

0147d382c3a74946b2909edb79db6160.gif3/ Ce site sulfureux et inventif illustre à mes yeux la vitalité du débat américain autour de la religion.

Contrairement à ce qu’on croit, ce débat est beaucoup plus franc, incisif et animé aux Etats-Unis qu’en France. Dans notre pays, le quasi-dogme qui veut que «toutes les religions se valent» et que l’interreligieux et l’œcuménisme, il n’y a que ça de bon, empêche souvent le vrai débat.

Il y a certes les vitupérations antireligieuses très approximatives (mais vendeuses) d’un Michel Onfray ou le créneau anticlérical traditionnel du Canard Enchaîné ou de Charlie Hebdo, mais c’est sommaire, généralement mal informé, confiné à des marges bien balisées.

Cherchez un site francophone de la qualité et de l'ampleur de celui-ci qui s’attaque avec humour au catholicisme de Benoît XVI, ou au judaïsme, ou au protestantisme…. Vous ne trouverez pas (ou si vous trouvez, je publie sur ce blog un mea culpa!).

Aux Etats-Unis, le débat est bien plus étoffé, signe de la vitalité d’une société civile où l’on n’a pas peur du conflit d’idée.

Commentaires

Je suis toujours admiratif de la liberté de ton et d'expression que l'on trouve dans d'autres contrées. Il me semble que cette liberté conduit parfois à une saine remise en question. Cette remise en question est nécessaire dans le christianisme, le judaïsme et l'islam. Et plus particulièrement leurs branches les plus jeunes ou les plus dynamiques. Parfois pour celles ci la fin justifie les moyens et du coup on en arrive à des dérives, et la critique extérieure peut être un bon garde fou. Parfois cette critique n'a pour objectif que la malveillance, je pense alors qu'il suffit de laisser passer, tout ce qui est trop caricatural se discrédite.

Écrit par : Jono | 01/11/2007

Excellent ! Il y a une chose que l’on peut regretter amèrement dans ces cas là, c’est de ne pas connaître assez l'english !

Écrit par : alberto | 02/11/2007

trés bien,surtout quand on s'intéresse au débat religieux us

Écrit par : romain | 03/11/2007

Pas certain que je communiquerai cet url à bien des frères et sœurs...

La question sur: "peut-on rire de tout?" est sur une frontière peu large.
Bien sur c'est à prendre au 2e degré, et sans être "soupe au lait", c'est quand même parfois plus que limite, à mon avis.

Écrit par : Yann | 06/11/2007

En tant que Baptiste non-évangélique, ce qui me choque, ce n'est pas qu'on prenne en dérision lesdits Evangéliques: ils en ont vu d'autres et ne sont pas au bout de leurs peines à cet égard. La visibilité grandissante des conséquences de leurs contre-témoignages ne peut, après tout, leur faire que le plus grand bien. En revanche, je suis triste que l'on prenne en dérision des vérités fondammentales du Christianisme; pire encore, que l'on s'en prenne au Christ, comme par exemple en mettant ce qui est supposé être Son éphigie... sur un string.

Écrit par : Frédéric Maret | 08/11/2007

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.