Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2009

Du catholicisme au protestantisme évangélique

9782755403015.jpgAvec l’essor d’une culture du choix personnel, les passages d’une église à une autre sont devenus légion. Mais cette routinisation a eu un effet contradictoire: plus les transferts sont nombreux, plus ils se banalisent, donc moins on en parle.

 

Ce n’est pas toujours vrai cependant, comme l’illustre l’ouvrage récemment publié par Charles-Eric de Saint Germain, ancien catholique devenu protestant évangélique.


N’étant aucunement théologien, je me garderai ici de le résumer, tout comme j’éviterai de me prononcer sur le fond du texte, qui s’inscrit dans un débat doctrinal et ecclésiologique qu’il appartient à chacun d’évaluer par lui-même.

En revanche, du point de vue de l’historien (un peu sociologue aussi) je voudrais souligner trois aspects originaux de ce livre intéressant et fouillé (342 pages), préfacé par le dogmaticien Henri BLocher, et intitulé Un évangélique parle aux catholiques.



9782755403015.jpg1/ Ce livre d’un transfuge du catholicisme devenu protestant évangélique, est publié…. Par une maison d’édition notoirement catholique!!!
Inimaginable il y a 25 ans, une réalité aujourd’hui. J’ignore si une maison d’édition évangélique aurait le cran de faire pareil, à savoir publier l’argumentaire d’un ancien évangélique devenu catholique…. Peut-être que oui, peut-être que non.

Quoiqu’il en soit, le geste fait par les éditions François Xavier de Guibert est un signe des temps: désormais, les identités religieuses en compétition ne se font plus la guerre, en tout cas en France.

Le passage d’une église à l’autre n’est plus vécu comme une offense, une traîtrise, mais comme une démarche respectable, et même publiable, même si on ne l’approuve pas.



9782747569149FS.gif2/ Ce livre émane d’un philosophe, agrégé, normalien, déjà auteur de plusieurs ouvrages universitaires, ancien catholique fervent…. Pas tout à fait le profil journalistique du converti évangélique type, trop souvent caricaturé en adepte de l’expérience émotionnelle.

 

De quoi inviter à s’interroger sur l’argumentation de fond développée ici, sur la base de lectures théologiques approfondies et d’une bonne connaissance de l’histoire du christianisme: qu'on les juge valables ou non, et si les raisons qui peuvent pousser à rejoindre le protestantisme évangélique étaient moins simplistes qu’on l’imagine parfois ?

 


images-1.jpeg3/ Ce livre rouvre une tradition qu’on croyait un peu oubliée: celle de la controverse théologique fouillée, de la disputatio.

Un «religieusement correct» tantôt vaillant, tantôt paresseux, avait eu tendance à bromurer la controverse depuis les années 1960. Depuis le pasteur Pierre Fath, originaire du catholicisme, qui avait répondu en 1957 à un livre de Louis Bouyer (catholique venu du protestantisme), on n’avait pas lu, dans ce registre, un livre d’une telle qualité!


Dans cet ouvrage intitulé Du catholicisme romain au christianisme évangélique, réponse au r.p. Louis Bouyer (Paris, Berger Levrault, 1957) Pierre Fath affirmait avec force arguments qu’"il est temps de cesser de penser (...) qu’hors de l’église catholique et romaine, il n’y a pas d’église véritable, mais seulement des sectes condamnées à s’enfermer dans un fanatisme étroit et intolérant, ou à se dissoudre dans l’anarchie” (p.240).



images.jpegLouis Bouyer (ci-contre), deux ans plus tôt, avait écrit un ouvrage marquant, aux éditions du Cerf, d’une qualité tout à fait comparable, qui illustrait le parcours inverse, suivant son titre: Du protestantisme à l’Eglise (catholique).

Car si des catholiques deviennent protestants hier et aujourd'hui, l'inverse est tout aussi vrai!


Si l’on excepte quelques ouvrages traduits venus de l’horizon américain, il a fallu attendre 50 ans pour retrouver, en France, une publication qui se replace au niveau de qualité intellectuelle des échanges publiés entre Pierre Fath et Louis Bouyer: c’est dire tout l’intérêt que catholiques et protestants trouveront à lire le livre de Charles-Eric de Saint-Germain publié à la fin 2008, symptôme d'un temps nouveau:

 

Une ère sécularisée et pluraliste où les "bonnes manières" entre églises sont suffisamment entrées dans les moeurs pour qu'on puisse dépasser les vieux "Yalta" oecuméniques (rendus nécessaires, à l'époque, par l'héritage d'intolérance violente qu'avaient laissé les anciennes luttes confessionnelles), et retrouver, sur un mode plus apaisé qu'il y a 50 ans, le sens du débat de fond entre les confessions chrétiennes.

Commentaires

Bonjour !
J'apprécie toujours autant votre blog et vos réflexions...
J'ai écrit sur mon blog un article qui touche un peu à vos domaines de prédilection, sur les symboles religieux notamment aux Etats-Unis.
J'ai alors pensé à vous pour me commenter ma note de blog, afin de voir ce que vous en pensez et bien sûr la corriger ou la compléter, si cela vous est possible et souhaitable !
J'en serais honoré, votre point de vue étant avisé !
Bonne continuation !
Cordialement,
Note en question visible sur :
http://etudiantass.hautetfort.com/archive/2009/02/15/obama-thaumaturge.html

Écrit par : Flo | 15/02/2009

Réponse à Flo
Merci pour le lien vers votre note, fort intéressante. N'étant pas sémiologue, je ne vais pas me risquer à la commenter en détail.
Je dirais simplement que votre parallèle (qui n'est pas équivalence) Obama-Royal-Sarkozy appelle des prolongements. On touche en effet de front l'ambiguité entre une référence royale ancienne (roi thaumaturge) et une nouvelle insistance sur la démocratie de proximité, au risque du voyeurisme. Ceci invite aussi à sonder l'écart entre l'image donnée (proximité, compassion) et les contenus politiques (pas toujours en accord).

Écrit par : SF | 16/02/2009

Merci beaucoup !

Écrit par : Flo | 19/02/2009

Bonjour!
Il y a un éditeur évangélique (états-unien il faut dire) qui a récemment publié un ouvrage d'un ancien évangélique réputé devenu catholique, Francis J.Beckwith (Return to Rome: Confessions of an Evangelical Catholic, Brazos, 2009).

Merci pour votre blog très instructif,
Steve R.

Écrit par : Steve Robitaille | 20/02/2009

Merci beaucoup Steve Robitaille
Pour cette référence utile. Mon objet était plutôt de pointer la littérature de transfert en langue française et dans le contexte français, mais il est toujours intéressant d'élargir à la spère internationale, notamment anglophone.
En langue anglaise, il y aurait plusieurs autres titres à mentionner, dont "Rome Sweet Home", qui raconte le chemin vers le catholicisme d'ex-protestants et évangéliques:
http://www.amazon.fr/Rome-Sweet-Home-Journey-Catholicism/dp/0898704782

Écrit par : SF | 21/02/2009

Un autre récit de conversion du Protestantisme à l'Eglise mérite d'être lu : "L'Apologia pro vita sua" de John Henry Newman.

Il est actuellement publié par une maison d'édition tout-à-fait catholique, Ad Solem, mais celle-ci n'hésite pas néanmoins à publier des auteurs anglicans tels que Catherine Pickstock ou John Milbank (préfacé par un dominicain).

Je crois que le parcours de Newman devrait parler à tous, par sa recherche exigente de la vérité.

D'abord converti en 1816 à l'évangélicalisme par l'intermédiaire du révérend Walter Mayers, marqué par l'enseignement de Thomas Scott, et imbibé de croyances calvinistes (notamment celle de la persévérance finale), Newman se rapprocha à partir de 1822, de la tendance high Church de l'Eglise anglicane. En 1833 il s'engagea dans le mouvement tractarien (dont il fut le leader), avant de rompre et de gagner l'Eglise Catholique en 1845.

L'Apologia est en quelque sorte une défense de soi-même que Newman adressa à ses détracteurs anglicans, qui l'accusaient d'avoir retardé sa confession pour mieux servir les intérêts de Rome, jouant au maximum de son influence sur ses disciples.

C'est un véritable dialogue qui s'instaure. Un dialogue de conscience et de vérité.

Écrit par : Blaise | 05/04/2009

J'ai écrit "confession". Evidemment, il faut lire "conversion".

Écrit par : Blaise | 05/04/2009

Habitant à Lyon, où M. de Saint Germain était connu dans toute la communauté catholique bourgeoise comme un excellent prof de philo des Maristes, je peux vous dire que l'annonce de sa conversion a secoué plus d'une personne !

Pour beaucoup de catholiques, le protestantisme n'a pas grand-intérêt, et l'évangélisme s'apparente plus à une secte bizarre qu'à autre chose. C'est bien dommage, car le dialogue n'existe pas, et c'est fermer les yeux sur un phénomène mondial majeur.

Écrit par : Jovanovic | 19/06/2009

catholique de naissance, j'ai toujours prié Dieu (avec le Notre Père) un peu le je vous salue Marie -par obligation- ma mère me disait que Marie était pour les femmes (???). Bref, il y a 10 ans env. je suis allée avec une amie protestante dans son église évangéliste, après deux années de réflexion j'ai été baptisée (une deuxième fois) étant déjà chrétienne je n'ai pas compris mais j'ai suivie.

Après qqes années je me suis aperçue que les épouses des frères responsables parlaient pd le culte, il fallait donner la dîme (10%) chaque mois. Une de mes connaissances faisait son chèque chaque dimanche devant les autres. J'ai été déçue de plusieurs autres choses aussi. Je sais que ce sont des humains avec leurs défauts mais je n'ai pas pu rester.

J'ai donc quitté l'église et j'ai été bien pd qqes années, je priais seule et lisait les versets "qui me plaisaient le plus", je pleurais en priant pour le miens.

Je sais maintenant qu'il me manque le contact avec des frères et soeurs en Christ mais j'ai peur.

Écrit par : millie | 31/12/2011

Les commentaires sont fermés.