Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2012

Débat créationniste

benoît hébert, sébastien fathSuite à ma note précédente et au commentaire de Bernard B., signalons, à titre documentaire, l'intérêt des deux sites de réflexion suivants, dont l'animateur principal est Benoît Hébert, ci-contre (agrégé de physique, ENS). Ces sites sont Science et foi et Création et évolution.

Ils alimentent un débat nourri sur les relations entre science et foi, et posent un regard informé sur les débats création-évolution en articulant convictions évangéliques et connaissances scientifiques, fort loin des doctrines créationnistes en vogue outre-Atlantique au Creation Museum (Kentucky).

Commentaires

Bonjour, quelles sont les preuves scientifiques de la création par Dieu ? (Je ne parle pas les contre-preuves de la théorie de l'évolution, je parle des preuves de la création. Il me semble que les créationnistes s'attardent plus à essayer de démolir la théorie des autres qu'à prouver la leur.

Écrit par : Marie-Claude | 17/02/2012

Un petit mot juste pour signaler cet ouvrage collectif, paru en 2011 aux Editions Labor et Fides, qui me semble intéressant sur le sujet (je ne sais pas s'il a déjà été signalé sur ce blog) : Et Dieu créa Darwin. Théorie de l'évolution et créationnisme en Suisse aujourd'hui :

http://www.laboretfides.com/?page_id=3&product_id=687058

Écrit par : Bernard Boutter | 22/02/2012

Réponse à Marie-Claude / 17.02.2012 :

Bonjour, poser ainsi la question, c'est, à mon sens en tous cas, reconnaître implicitement qu'elle est sans réponse d'un point de vue "scientifique". C'est comme si on avait déjà décidé de la réponse avant même d'avoir posé la question... La raison en est simple : L'existence de Dieu (ou sa non-existence) ne peuvent se démontrer en ayant recours à des moyens par nature limités, car inclus - quoi que l'on puisse en penser - dans le champ de l'activité humaine. Donc, confirmer - ou infirmer, d'ailleurs - l'existence d'une source illimitée et échappant à toute "définition" en partant d'un champ fini, bon courage... Expliquez-moi comment on peut conceptualiser "quelque chose" qui par essence transcende les concepts humains ! Même si ce "quelque chose" ne serait qu'une invention de notre esprit ! D'ailleurs, penser qu'on peut circonscrire ce qu'on "tente" de désigner est déjà une illusion en soi...

Alors, la "matière" éternelle ? Mais selon quels critères ? Temporels ? Dans les "deux sens" (passé vers futur) ? Et quand bien même, est-ce "prouvé scientifiquement" ? Quelque chose qui surgirait alors du rien sans l'aide de rien sans rien comme but ? Est-ce "prouvé scientifiquement" ?

Finalement, reconnaître nos limitations a au moins le mérite de nous inciter à la prudence objective quant à l'art que nous avons de nous poser des tas de questions... Dont celles-ci : Sommes-nous en mesure d'apporter des réponses cohérentes à des questions qui dès le départ sont peut-être mal posées, car provenant d'une source limitée qui est nous et notre nature (jusqu'à preuve du contraire !) ? D'où provient le fait que l'être humain possède la faculté de se poser à lui-même des questions auxquelles il ne peut seul apporter de réponse satisfaisante (ça se saurait, depuis le "temps") ?

Comme qui dirait, à chacun(e) de nous de (tenter) de voir. La science n'est pas la panacée qui a réponse à tout. La foi "aveugle" non plus, du reste. Ni la philosophie, que je sache. Ce qui nous renvoie inévitablement à notre propre "condition". C'est pourquoi de mon côté j'estime que l'ampleur de ce débat (évolution versus création) confine à la stérilité et au brassage de mots, ce qui revient à verser du néant dans du vide : du point de vue évolutionniste, c'est certitude (souvent) contre certitude ; du point de vue créationniste, c'est certitude contre théorie... Chacun produisant ses preuves "irréfutables" réfutées par la partie adverse, sans fin. Match en 10 puissance 15 rounds et 15 années-lumière (au moins) ... Alors, les goûts et les couleurs... Vanité des vanités...

De mon côté, je suis croyant, chrétien, et je n'ai pas besoin d'un doctorat en physique quantique pour m'aider à "conforter" ma foi. Mais je comprends tout à fait qu'on puisse être d'un autre avis, sans avis, ou d'un avis contraire, au choix... Voilà pourquoi, en conclusion, j'estime que personne (à part nous-mêmes) ne pourra jamais répondre à ce genre de question de départ : Dieu ne peut pas être un sujet d'étude pour la science. A moins que nous nous prenions pour Lui, c'est selon. Et si on estime qu'il n'existe pas, il suffit de ne plus en parler, et le problème est réglé, non ?

Écrit par : Eric LISBONNE | 24/02/2012

Les commentaires sont fermés.