Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2013

Cecile Kyenge Kashetu, une ministre italienne "nouvelle vague"

480194_453102398107329_2030935544_n.pngPeu réputée pour son accueil des migrants venus d'Afrique, l'Italie apparaît, de ce point de vue, "en retard" sur son voisin français. C'est pourquoi l'arrivée d'une "Italienne nouvelle vague" au gouvernement d'Enrico Letta constitue un événément.

Nommée Cecile Kyenge Kashetu, chargée de l'intégration, recrutée pour ses compétences reconnues, ex-députée à Modène (2004), cette perle rare de 49 ans est la première ministère italienne dont les origines se rattachent à l'Afrique subsaharienne, à savoir le Congo RDC.

Après le footballeur Mario Balotelli, l'Italie découvrirait sa "Barack Obama congolaise"? C'est en tout cas ce que titre le site Afrik.com.


Les médias ne se sont pas étendus sur son arrière-plan confessionnel (on sait qu'elle a fait une partie de ses études à l'Université catholique du Sacré Coeur). Arrivée du Congo RDC en Italie comme réfugiée à l'âge de 19 ans, elle a gravi tous les échelons, dans un contexte très difficile où les populations migrantes d'origine africaine sont la plupart du temps très mal reçues.

Un seul exemple: bien que diplômée d'ophtalmologie, Cécile Kyenge Kashetu n'a jamais pu travailler en hôpital, le droit du sang l'empêchant longtemps d'acquérir la nationalité italienne (qu'elle a fini par obtenir après mariage avec un Italien). Plaider pour le droit du sol (de règle en France) plutôt pour que le droit du sang (qui sacralise le pool génétique d'un périmètre territorial) sera l'un de ses combats prioritaires. Vaste programme, défi difficile!


droit du sang,droit du sol,congo,congo rdc,italie,europe,interculturalité,racisme,mario balotelli,diaspora,immigration,réfugiés,cécile kyenge kashetuRacisme assumé et public de députés italiens

Ce qui s'est confirmé lors de la première apparition de Cécile Kyenge dans l'hémicycle italien, où un ahurissant florilège de commentaires racistes, de la part de parlementaires (!!!) s'est déversé sur la député: «singe congolais, Kyenge zulu, négresse, vilaine petite noire et même ministre bonga-bonga…» (lien). De toute évidence, le racisme en Italie ne trouve pas seulement large tribune dans les stades de football, mais se banalise partout.

Mais il en faut plus pour décourager Cecile Kyenge, qui voit là confirmation de l'utilité de sa tâche de ministre: l'enjeu de l"intégration n'est pas mince!

Vu plus globalement, sa trajectoire témoigne, à sa manière, de la vitalité des diasporas congolaises: pour illustrer celle-ci à partir du Congo RDC, rappelons que selon une enquête Pew Forum 2012 déjà citée dans ce blog (Faith on the Move), une vaste diaspora de 1,100.000 congolais RDC se déploie aujourd'hui dans le monde, et notamment en Europe.

Where migrants from Congo do go.jpg

L'Italie ne fait pas partie des deux premières destinations d'émigration congolaise en Europe
(qui sont la France et la Belgique)

 

Puissante et structurée, "territoire circulatoire" qui véhicule capital social et ressources symboliques, cette diaspora congolaise n'a pas fini de faire parler d'elle, et de rafraîchir la vieille Europe avec son dynamisme, sa jeunesse et ses hybridations nouvelles.

Commentaires

Nous on a eu Kofi Yagmane pour notre malheur, je crains pour l'Italie.... Notre malheur, ça n'a pas spécialement été Yagmane mais la politique qu'il a défendu, comme ses camarades de gauche, cherchant un nouvel électorat dans l'immigration.
Les mots de certains députés italiens sont horribles mais cela ne doit pas empêcher de s'interroger sur cette nomination et sur la politique immigrationniste que pourrait adopter l'Italie... Par contre, si cette dame maintient la politique actuelle, n'ouvre pas plus les portes... ou même si elle restreint les conditions d'entrée en Italie alors je la verrais favorablement.

Écrit par : Françou | 03/05/2013

J'ajoute aussi que le cas Balotelli est un exemple d'une immigration mal vécue du côté de l'étranger qui ne sait pas trop ce qu'il est, entre deux cultures.... Alors si c'est pour faciliter la venue de plus d'étrangers et avoir encore plus de confusions de ce genre ou même moindre... Enfin, à propos de la nationalité, le droit du sang me paraît la seule solution sérieuse quand un pays veut garder son identité: cela lui permet d'expulser même après une génération quand on ne veut pas respecter la culture locale ou les lois... Si elle touche à ces fondations je ne la sens pas trop bien...

Écrit par : Françou | 03/05/2013

Mario Balotelli est caractériel, c'est vrai. Mais son cas n'est pas une généralité.
Beaucoup d'enfants adoptés, venus d'autres horizons, révèlent de formidables qualités.
Ajoutons que le racisme endémique en Italie (bien plus fort qu'en France, quoiqu'il soit plus faible qu'en Grèce, qui bat des records dans ce domaine) n'aide pas.

Quant au droit du sang, c'est une impasse. L'Europe ne fait plus d'enfants. Même en Italie, le renouvellement des générations ne se fait plus. Le droit du sang conduira, s'il est maintenu, à des sociétés d'apartheid soft, ingérables. Alors que le droit du sol permet d'ouvrir la citoyenneté aux nouvelles forces vives, jeunes et entreprenantes, qui viennent de l'immigration.
Qu'on le veille ou non, l'immigration est l'avenir de l'Europe. Reste à la gérer comme il faut, ce qui n'est pas simple. Pour ma part, je crois qu'il faut combiner exigence et générosité, plutôt que paternalisme et frilosité.

Quant à Kofi Yamgnane, je suis en partie d'accord avec vous. Il a été un "token immigré", ou "l'Africain de service", recruté non pour compétence (même s'il a des compétences), mais pour faire bien sur la photo. La gauche française est très forte pour ce genre de choses. Hélàs. Mais depuis, nombre de compétences issues de l'immigration ont rendu service au pays. Y compris dans les gouvernements Sarkozy.

En ce qui concerne Cecile Kyenge, je crois qu'il serait très injuste d'imaginer qu'elle a été recrutée "pour faire bien sur la photo". Elle est compétente, c'est une bosseuse, elle mérite sa place. Ne la jugeons donc pas sur sa couleur de peau mais sur ses capacités. C'est pourquoi d'ailleurs je n'ai pas titré ma blognote avec un slogan du style "première femme ministre noire", mais ministre "nouvelle vague". Et je suis certain que Cecile Kyenge est la première à souhaiter qu'on la présente en fonction de ses compétences plutôt que de ses origines ou la pigmentation de sa peau.
La République, c'est ça. Nos origines ne nous définissent pas. C'est notre travail, notre engagement et nos valeurs qui font de nous les membres d'une même destinée politique. Vive la République!

Écrit par : SF | 04/05/2013

Il n'y a pas de racisme en France, je n'en connais en tous cas pas... Il y a de l'agacement devant le comportement de beaucoup d'étrangers ou devant l'immigration, c'est autre chose... sauf si la définition du racisme donnée par les médias devient la seule...
Pour la république, ce n'est pas un pays, je suis Français et ensuite seulement républicain... mais même en reprenant la définition de la république qu'on trouve en France (diversité, diversité, diversité), l'Italie est une autre république et on ne peut dire que ce qui est "républicain" ici l'est là-bas.... d'autant que les républicains de droite ne sont certainement pas d'accords avec ceux de gauche sur la définition de la république... la seule chose qui rassemble les Français c'est la France finalement...
Les compétences des immigrés qui nous ont été utiles ne pèsent pas lourd face au coût de l'immigration...
Je préfère être dans un pays qui meurt mais garde son identité que dans un pays qui pour ne pas mourir perd son identité... il y a des étrangers qui veulent adopter notre culture et je suis pour qu'on les accueille mais je suis aussi pour qu'on refuse ceux qui la refusent...
Comment agira cette ministre? là est la question....

Écrit par : Françou | 04/05/2013

Vous faites dans la provocation.
Pas de racisme en France? Hahaha.
Pas de chômage non plus. Pas de bêtise.
Tout va très bien madame la marquise.

Écrit par : SF | 05/05/2013

Le racisme est très marginal et le racisme le plus important n'est pas celui que l'on croit: dans certains quartiers, être Français de souche est très mal vu... ce racisme là, on n'en parle pas.
On n'est plus 50 ans en arrière quand les gens avaient encore peur du basané, et les quelques idiots qui se rasent le crâne et font des saluts nazis ne représentent rien...
Si c'est aux 18% du FN que vous faites allusion, je peux assurer que l'électorat n'est vraiment pas raciste mais agacé par l'immigration, ce qui est différent. Comme le chrétien hait le péché mais pas le pécheur, la majorité des français en ont assez de l'immigration sans haïr les immigrés... l'inverse n'est pas forcément le cas...
Je connais de nombreux chrétiens qui votent FN et n'ont pas osé le dire avant l'an passé... et ils aiment les gens de toutes origines pourtant. Confondre l'agacement et la haine c'est dommage...
Dans notre région critiquée comme raciste à cause des gros scores du FN, vous aurez du mal à trouver des racistes en grand nombre....

Écrit par : Françou | 06/05/2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.