Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2015

Interview d'Eric Célérier, de TopChrétien

E.Celerier.jpgPour contextualiser le Festival "Vivre pleinement sa vie" animé aujourd'hui par Joyce Meyer à Villepinte devant plus de 12.000 personnes, citons, sous l'angle des études en sciences sociales sur le télévangélisme, l'inusable L'Eglise électronique de Jacques Gutwirth, excellent ouvrage paru en 1998, toujours accessible en occasion via Amazon.

Pour s'informer sur le principal parrain de l'événement, à savoir Topchrétien, lire par ailleurs l'interview d'Eric Célérier (ci-contre), fondateur du "Top", par Nicolas Ciarapica.

Cet interview est en accès libre sur le site Info-évangélique.... qui a repris du service avec de nombreuses infos actualisées (lien). 

Commentaires

La lecture du "lien" joint, de l'interview d'Eric Célérier n'apaise malheureusement pas mes réserves (qui ne sont pas des "critiques" destructrices). S'attribuer à soi-même le titre de "gagneur d'âme" avec un si faible appui sur un verset des Proverbes désignant ainsi "le sage", est inquiétant. Seul Dieu "gagne" des âmes. Ce point est un critère clé, décisif.
La fascination du "just do it" est certes compréhensible quand s'installe un écart dommageable entre le dire et le faire, mais replier le témoignage sur le "do it" est proprement contraire à l'appel à la méditation, à la contemplation, voire à la réflexion en général. L'écart entre penser et faire, croire et faire est irréductible, sauf à transformer les sujets en robots. On s'attendrai sur ce point à un peu de circonspection et de connaissances des études scientifiques en cours sur la "pensée de l'action", pensée bien réelle, mais aussi spécifique, différente de la simple application directe d'un "just do it". Ce slogan a sa valeur pour fustiger les incohérences et l'hypocrisie, certainement pas pour décrire l'expression d'une quête spirituelle, sauf à baser celle-ci sur de l'autosuggestion.
La peur de la pauvreté qui transpire dans les réponses de ce responsables est étonnante. Paul dit être à l'aise dans le dénuement comme dans l'abondance. Le Christ a t Il dormi dans des palais? Ce n'est pas là, pour moi, exaltation du dénuement. Au contraire je suis partisan d'une prise en charge financière convenable et cohérente des serviteurs de Dieu par leurs églises, mais de là à dire que la "générosité" est trop faible, en France, c'est poser une norme "américaine" sans analyser en rien les conditions de déduction fiscale en vigueur aux States. Par ailleurs il serait bon d'analyser le pouvoir des "mécènes" dans ce système, auréolé des apparences de générosité. L'invitation d'in serviteur de Dieu par un mécène pèsera-t-elle le même poids que celle du même serviteur par un chômeur? l'expérience commune est douloureuse sur de tels points.
"Une oratrice hors pair"? Etonnante fascination. Rhétorique et sophistique sont toujours fascinants, par principe. Le sermon sur la montagne – puisque Célerier y fait allusion –n'était pas un "festival",, ni une promesse de "prospérité", mais l'indication et la promesse d'une voie d'épanouissement suffisant pour nombre de cas, de type de perosnnalités, d'attitudes (non de comportements), procurant un sentiment de "plénitude" qualitative (non d'une réussite plénière en tous points de sa vie), non pour "vivre sa vie", mais pour trouver, dans la singularité de sa vie, chacun la bénédiction de Dieu, Source de Vie (bien d'une Vie autre que "sa" vie individualiste postmoderne, comme disent certains.
A se rappeler: Paul était un orateur moyen, selon sa propre évaluation. Il eut à lutter contre des hérésies servies par des orateurs de haut niveau.
Merci de ce document, à lire. Analyses encore à développer. je crains que, bientôt, on ne taxe les chrétiens "réservés" à l'égard des "grands événements" médiatiques de "tièdes".
J'inviterais aussi Célerier à se méfier de la simple affirmation de "sincérité" pour soutenir à fond les intentions de l'oratrice (qui peut très bien être sincère à son niveau, mais est-elle experte de sa propre organisation, sauf à la qualifier, sans preuves, de "transparente"?). La "sincérité" désigne uniquement l'expérience éthique et émotionnelle interne, pas la vérité d'un "système", fort peu analysé par Eric Célérier.
Soyons prudents. Etre prudent n'est pas dévalorisant. C'est le refus de confondre enthousiasme collectif à grand renfort de mise en scène et ferveur intime dans sa "chambre haute", en dehors des "12000"....gef

Écrit par : gef | 08/05/2015

Je trouve qu'il y a un peu d'angélisme, sûrement, pour dire.. Mais c'est du solide derrière. Amour, zèle, qualité vraiment? Je crois oui. Ne méprisons ni les petits nombres ni les gros. Ce serait bien.. Et retenir le meilleur, c'est mieux que de critiquer trop vite

Écrit par : André D | 09/05/2015

Vous avez raison, André D. Ni les grands ni les petits nombres ne sont "méprisables". Cependant, pourquoi faut-il que, toujours dans les milieux évangéliques alerter, questionner, pointer des zones de flou apparaisse comme "critiquer" au sens de démolir? C'est dommageable. Le "discernement" implique réflexion critique, non pas des personnes mais des projets, des arguments, voire des attentes. Et ce, je le maintiens, dans le respect des personnes. Gef

Écrit par : gef | 09/05/2015

Les commentaires sont fermés.