Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2015

Protestantismes à Toulouse: du modèle "défensif" au mode festif

orateurs-fne.jpgUne des caractéristiques de l'impact évangélique en France, c'est d'élargir l'assise du protestantisme là où, historiquement, il n'a jamais été très important.

On l'a observé en île-de-France, où une spectaculaire croissance évangélique depuis 50 ans augmenté la part du protestantisme dans la population francilienne, on le remarque aussi à Toulouse, "citadelle catholique, souvent considérée comme assiégée par le protestantisme" au XVIIe siècle, comme le rapporte Estelle Martinazzo dans un bel article des Cahiers d'études du religieux (lien). 


Contrairement à Montpellier, Toulouse n'a pas été fortement marquée dans le passé par le protestantisme. Des huguenots décrits par E.Martinazzo comme une "minorité sur la défensive".

Mais les temps changent et les évangéliques y sont devenus aujourd'hui très dynamiques, comme l'illustre l'événement d'évangélisation organisé cette année, des 15 au 26 juillet 2015 par Paul OhlottRémi Bayle et leur équipe.

 

Intitulé "Fête nationale de l'Evangile" (lien), cet événement toulousain en deux volets est nettement marqué par la référence évangélique charismatique, qui valorise l'impact du Saint-Esprit sur la vie, la piété et la louange du croyant.

La Fête s'est achevé ce week-end (les 25 et 26 juillet 2015) par deux journées bien remplies au Palais des Congrès de Toulouse (doté de 1000 places).

Appuyé sur une mise en réseau nourrie d'artistes et d'orateurs venus du reste du pays (dont l'évangéliste Saïd Oujibou, la star du raï chrétien D'jams, l'ex de The Voice, le chanteur Gospel Wesley, le pasteur orléanais Steve Kunda et l'épouse de ce dernier, la chantre Deborha Kunda), l'événement a bénéficié aussi du "bassin démographique local" d'un protestantisme évangélique constitué de près de 70 assemblées évangéliques différentes réparties dans l'agglomération de Toulouse.

Toutes n'ont pas participé officiellement, loin s'en faut, mais les fidèles n'étant pas la propriété de leurs pasteurs, il y a fort à parier que bon nombre ont été attirés par l'affiche proposée, conçue par ailleurs pour évangéliser et faire "découvrir les pratiques de ces Chrétiens festifs qui chantent et dansent lors de leurs offices du dimanche" (dixit l'article de La Dépêche, le journal régional qui a couvert l'événement).

Les commentaires sont fermés.