Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2017

Le Gospel francophone, vecteur d'une nouvelle fierté noire inclusive

gospel,gospel francophone,francophonie,francophonie protestante,francophonie évangélique,afrocultures,fierté noire,éditions empreinte,gospel et francophonieEn d'autres termes, qu'elle soit anglophone, hispanophone ou francophone, la musique Gospel est construite autour de l'enjeu de l'émancipation et de la libération. Il ne s'agit pas simplement de jouir. D'exprimer une émotion. De parler d'amour et d'eau fraîche. Cap sur la Terre Promise ! Avec, en fond sonore, le bruit des chaînes qui tombent, et l'éclat de rire des affranchis.(...) L'hypothèse générale qui se dessine, au terme du panorama, est la suivante: le Gospel francophone véhicule et révèle aujourd'hui, au coeur de la "société Monde" qui se construit dans son axe transatlantique, une nouvelle Fierté noire. C'est une Black Pride en version francophone et chrétienne. Par rapport à d'autres variantes, comme la Black Pride transnationale panafricaine et afrocentriste de type Cheikh Anta Diop, ou la veine revendicative issue des Black Panthers et de Nation of Islam, cette orientation partage des traits communs: elle valorise les identités noires, elle se joue des frontières, s'inscrit dans un scénario postcolonial. Elle se singularise cependant par quatre accents en partie spécifiques... (p.190-91)

La suite est à lire dans le chapitre 7 de Gospel et francophonie, une alliance sans frontière (ed. Empreinte Temps Présent 2016), p.189 à 211.

Ce chapitre s'intitule "Une nouvelle Fierté noire francophone".

Lien vers l'éditeur.

14/02/2017

Le Gospel: la réslilience + l'espérance

gospel,gospel francophone,francophonie,francophonie protestante,francophonie évangélique,afrocultures,fierté noire,éditions empreinte,gospel et francophonie"(...) La musique Gospel est une musique de consolation dont une partie des répertoires sait dire le malheur, sans le minimiser, pour mieux inviter à survivre à la désolation et rouvrir l'avenir. Elle s'inscrit de plein pied dans le "temps de la consolation" analysé par le philosophe Michaël Foessel. Elle satisfait un besoin d'expression personnelle, celui de se décharger d'un fardeau trop lourd à porter, tout en permettant aussi de satisfaire à une exigence liturgique collective où ensemble, le pardon peut se dire.

En résumé, cette consolation du Gospel, c'est la résilience (Cyrulnik) plus l'espérance (Évangile). À l'heure où la sinistrose frappe les sociétés françaises et belges, où les Congos traversent des temps troublés, dans une Afrique de l'Ouest en tension, comment s'étonner que cette consolation du Gospel rencontre des oreilles attentives? Et s'ouvre de nouvelles plages d'écoute dans les plus grands médias?" (p.175)

La suite est à lire dans le chapitre 6 de Gospel et francophonie, une alliance sans frontière (ed. Empreinte Temps Présent 2016), p.173 à 188.

Ce chapitre s'intitule "Le Gospel, une musique restaurative".

Lien vers l'éditeur.