Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2007

Un numéro d'Historia à lire

medium_S105.gifA noter ce mois-ci dans les kiosques, un numéro d'Historia thématique consacré aux "intégrismes". J'y ai contribué en publiant quatre pages consacrées au fondamentalisme aux Etats-Unis (p.58 à 71). L'article est dans la même veine qu'un texte que j'avais publié il y a quelques années dans le premier numéro du Monde des religions: une présentation historique rapide, avec les principales caractéristiques du mouvement et son impact sur la société états-unienne (je précise que je ne suis pas responsable des images et des légendes qui accompagnent le texte). Mais je voudrais souligner l'intérêt des autres contributions, en particulier celle de Rémi Kauffer sur "les dérapages du nationalisme juif".


Rémi Kauffer décrit, dans son article de six pages (p.64 à 69) comment le nationalisme juif des années 1930-40 a pu facilement déraper, sur ses extrêmes, dans le terrorisme pur et dur. Je connaissais mal ces pages d'histoire. J'ai découvert qu'un Menahem Begin, premier ministre d'Israël de 1977 à 1983, a soutenu des actions terroristes très dures, dans le cadre de la lutte nationale pour un Etat juif. A l'époque à la tête de l'Irgoun, il a notamment été lié à l'attentat contre l'aile sud de l'hôtel King David, le 22 juillet 1946, qui a causé une centaine de morts.... Un attentat qui fait penser à ce dont sont capables aujourd'hui certains groupes islamistes.

Cet article m'a fait réfléchir sur le désespérant contexte israélo-palestinien actuel. Si les juifs, dans leur lutte pour l'indépendance, on pu aller jusqu'à des actes terroristes aussi féroces, peut-être y-a-t-il un signe d'espoir face au blocage actuel du processus de paix. Cela confirme en effet qu'un peuple qui lutte pour son indépendance, qu'il soit juif ou arabe, peut gravement déraper dans la violence terroriste, qu'elle soit celle de l'Irgoun ou du Hamas, mais qu'une fois l'indépendance acquise, les choses se tassent, et les terroristes d'hier (Begin) peuvent devenir des acteurs de paix (accords de Camp David signés par Begin). Puisse Israël comprendre que cette indépendance palestinienne viable, elle est essentielle à atteindre. Et puisse le Hamas comprendre qu'à l'image de l'Irgoun (dont il est finalement assez proche), il y a un temps (hélas) pour le terrorisme, et un temps pour l'apaisement et la main tendue.

 

Commentaires

Sauf que les Juifs (de 1946) ne sont pas des Islamistes (de 2007) et les Islamistes (de 2007) ne sont pas des Juifs (de 1946). Il faut faire attention aux égalités faciles comme celles qui ont été faites un temps entre les mères des poilus de 1914 et les mères des kamikazes islamistes. On frôle le révisionnisme !
Cdlt

Écrit par : J.P.L. | 22/01/2007

Les commentaires sont fermés.