Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2008

On enquête à Lourdes : rôle à double tranchant de l’institution

images-1.jpg

Alors qu’Ingrid Betancourt s’apprête à visiter le sanctuaire marial de Lourdes, par fidélité à un vœu et à sa foi, une enquête secoue ce lieu de pèlerinage.

Cette affaire révèle les ambiguités de la régulation institutionnelle catholique.


 

ifric.jpgJe ne suis pas le dernier à avoir décrit en détail, y compris sur ce blog, les dérives de l’autorité charismatique en milieu protestant évangélique, quand aucune institution supra-locale ne vient réguler les choses.


Que ce soit au Brésil ou en Amérique du Nord, des télévangélistes peu scrupuleux avec l’argent des fidèles sont régulièrement soupçonnés de déraper, et sont parfois pris la main dans le sac. On en reparlera d’ailleurs dans ce blog, selon l’actualité.
Seuls maîtres à bord, les télévangélistes dépassent parfois d’autant plus facilement les limites qu’aucune institution centralisée ne viendra mettre de garde-fou. Et l’argent liquide coule à flot sur les comptes en banque des intéressés.

Mais quand une institution supra-locale solide est là, comme dans l’église catholique, constitue-t-elle vraiment toujours une garantie?

 

Canard.jpgLe Canard Enchaîné mène l'enquête


La manière dont se déroule l’enquête actuelle à Lourdes invite à s’interroger.


Voici le rappel des faits, tels qu’ils ont été dévoilés par le Canard Enchaîné de la semaine dernière (article de Louis-Marie Horeau, «Avis de tempête sur les bénitiers de Lourdes", édition du 2 juillet 2008, p.3)

 

Un recteur des sanctuaires au compte en banque bien rempli

Au printemps 2008, le père Raymond Zambelli, recteur des sanctuaires de Lourdes (un poste clef), tombe dans le colimateur du service Tracfin, chargé de déceler les mouvements d’argent suspects et les tentatives de blanchiment.


La raison: 427.000 Euros déposés sur les comptes personnels du prélat catholique.

Imposante somme en effet.
En 2007, selon le Canard Enchaîné, il est établit que le recteur des lieux saints catholiques a effectué six versements en argent liquide pour une somme de 16500 Euros, sans compter 26 remises de chèques tirés sur des particuliers, pour une somme de 14328 Euros.


CM Capture 3.jpg Les enquêteurs de TRACFIN ont par ailleurs observé qu’il s’agissait d’une pratique bien rôdée: le père Zambelli, avant sa nomination à Lourdes, exerçait au sanctuaire de Lisieux, avec les mêmes fonctions….

Et les mêmes pratiques, nourrissant un compte courant personnel très abondamment créditeur grace aux généreux versements en argent liquide.


Et voilà Raymond Zambelli, vicaire épiscopal, suspecté de détourner de l’argent des fidèles de Lourdes.

Policiers et magistrats de Tracfin alertent alors le procureur de la République de Tarbes.

 

B16.jpgUrgent d'attendre.... jusqu'aux lendemains de la visite de Benoît XVI 

Inaginons un télévangéliste soupçonné des mêmes faits…

On peut présumer que les choses n’aient pas traîné, et elles n’ont effectivement pas traîné du tout il y a quelques mois dans une affaire que j’avais évoquée dans ce blog.

Elle impliquait deux vedettes charismatiques brésiliennes (Estevam Hernandes Filho et Sonia Haddad Hernandes), mises immédiatement en état d’arrestation sur le territoire états-unien après avoir été interceptées avec de fortes sommes d’argent liquide.

Mais là, surprise : le procureur n’est pas franchement pressé.

Gérard Aldrige, ainsi que son supérieur hiérarchique, Jean-François Lorans (procureur général de la cour d’appel de Pau) se hâtent.... de temporiser.


Le ministère de la justice, sollicté pour avis, aurait-il suggéré de prendre son temps?... C'est ce qu'affirme le Canard Enchaîné, suite à investigation approfondie.

Et le parquet général emboîte le pas, indiquant dans un document de son cru que l’interpellation et l’audition du père Zambelli «pourrait ainsi n’intervenir qu’après le voyage du pape en France»….

D’autant que cette affaire «n’a pas pour l’instant de retentissement médiatique, n’étant pas connue de la presse». (Voir portion du document ci-dessous, source originale, le Canard du 2 juillet en page 3).

 

CM Capture 2.jpg



CM Capture 1.jpg La question n’est pas ici de savoir si le père Zambelli (ci-contre) est coupable ou non.

Il faut laisser la justice faire son travail, et en attendant, respecter la présomption d’innocence.

 

 
Quelle régulation par l'institution?


Mais d’un point de vue sociologique, la question que je me pose est la suivante : comment joue ici la régulation par l’institution?
Cette fameuse régulation, si souvent présentée comme un garde-fou efficace devant les dérives personnelles?

images.jpg Eclairé par l’enquête de Tracfin exposée par le Canard Enchaîné, mais aussi par le discret article publié le lendemain dans Le Monde sur le même sujet, voici ce que je constate :

-Le poids institutionnel régional du catholicisme, garant d’énormes rentrées d’argent liées à l’industrie touristique de Lourdes (6 millions de visiteurs par an), a implicitement…. freiné la régulation ou la mise à jour de pratiques soupçonnées de dérapage.


-Le prestige institutionnel du pape Benoît XVI (le «big boss» du père Zambelli) a explicitement eu pour effet de ralentir les procédures en cours, au lieu de les soutenir ou de les accélérer.


-Les supérieurs catholiques du prêtre en question ont explicitement défendu leur subbordonné (au lieu de s’abstenir de juger sur le dossier, qu’ils connaissent a priori moins bien que les services Tracfin qui ont enquêté à plein temps sur cette affaire).


Perrier.jpg D’après l’article du Monde (Stéphanie Le Bars et Allain Salles, 4 juillet 2008), l’evêque de Tarbes et de Lourdes (ci-contre) s’est empressé de dire sa conviction que Zambelli est de «bonne foi».

Il semblerait donc qu’à l’évêché, se faire verser sur son compte personnel (pas un compte de paroisse ou de diocèse) des dizaines de milliers d’Euros en liquide soit tout naturel.

Conclusion: cette affaire, qui évoque un peu péniblement l’omerta qui a longtemps entouré, dans l’Eglise catholique, les affaires de pédophilie (prêtres si souvent soutenus par leur hiérarchie) rappelle une chose très simple:


Le contrôle institutionnel n’est aucunement une garantie automatique de régulation des dérapages.


béni.jpg Il peut, au contraire, freiner la régulation sociétale, en «couvrant» pour des motifs divers celui qu’on soupçonne. Cela ne signifie pas que cette régulation institutionnelle n’existe pas, ou soit inefficace, et les protestants (peu friands d’institution) auraient certainement d’utiles leçons à recevoir, sur certains plans, des catholiques.


Mais cette régulation n’est pas une panacée, l’un des enjeux posés étant sans doute sa démocratisation: en clair, passer d’une culture «top-down» (du haut vers le bas) où la hiérarchie est trop souvent encline à proclamer, «circulez, il n’y a rien à voir», vers une culture plus «bottom-up», à l’écoute de ce qui se passe à la base, choisissant de respecter les informations (et enquêtes) qui remontent plutôt que de couvrir à tout prix ce qu’on croit être le prestige de l’institution.

Il y a 50 ans, la première stratégie (top-down) pouvait sans doute encore se prévaloir de son efficacité (à défaut d’être toujours très respectueuse des individus), même si le Canard Enchaîné, à cette époque, veillait déjà, pour le plus grand bénéfice des citoyens.


Mais dans notre monde globalisé du XXIe siècle, marqué par la Révolution numérique et ses milliards de «pronétaires» (pro-internet), ces vieilles recettes ne sont plus tenables….
Et plus on voudra couvrir, plus le buzz médiatique, désormais démultiplié par internet, contrera l’omerta, que ce soit sur les sites d’information, les forums ou… les blogs.

Commentaires

Cher Sébastien,
Vous paraissez découvrir avec cette affaire une réalité du catholicisme français qui saute aux yeux depuis si longtemps !
Bien sûr il faut rester politiquement correct et laisser au relativisme sa place d'honneur. Cependant, je salue votre courage : dénoncer une gageure de l'Eglise catholique demeure très difficile même de nos jours. Regardez les problématiques de "l'institution" face aux problèmes de pédophilie : L'Eglise demeure un instrument du Salut pour nos "frères" catholiques ; comment voulez vous qu'on puisse la critiquer ouvertement ?
D'autre part, votre analyse illustre la perdurance dans les mentalités de l'imumnité de l'Eglise même face à la justice laïque !! Voilà la vraie question qui est d'ordre historique à mon sens.

Écrit par : PHAX | 12/07/2008

Question innocente : n'est-ce pas dans les objectifs de toute institution que d'amortir les oscillations qui pourraient l'atteindre et atteindre ses membres ? Un brin de regard alentour montre que la régulation par l'institution est assez régulièrement mise en défaut (de là à dire qu'elle relève plus du mythe...)

Par ailleurs, je suis moins optimiste quant à l'efficacité des milliards de "pronétaires" et ce pour différentes raisons. La principale étant que la multiplication des sources ne s'accompagne pas nécessairement d'une confrontation qui produit une synthèse ou une évaluation, mais plus généralement d'une simple juxtaposition des opinions.

Écrit par : François | 12/07/2008

Réponse à PHAX:
Merci de votre réaction. Mais veillons à ne pas faire d'une affaire, même révélatrice, une généralité.
Oui, l'institution peut avoir tendance à trop "couvrir" les dérapages internes. Mais NON, l'Eglise catholique ne bénéficie pas d'immunité, loin de là.
Notre système laïque ne fonctionne pas parfaitement, mais il fonctionne, et l'Eglise catholique s'y insère comme tous les autres acteurs de la société, se soumettant, sauf rares exceptions, aux lois communes.
Ne sous-estimons pas, par ailleurs, la polyphonie interne au catholicisme: il est parfaitement possible, en tant que catholique, de critiquer son Eglise, et le catholicisme français vit aujourd'hui des débats internes très riches, plus riches parfois que dans certains cercles protestants.
Je suis persuadé d'ailleurs que cette affaire Zambelli suscite des réactions contrastées parmi les catholiques français: tous ne se rangent pas derrière l'attitude très protectrice de l'évêque Perrier.
Bref, conservons une analyse prudente et nuancée, et évitons la polémique généralisante.

Écrit par : SF | 12/07/2008

Merci pour votre réponse.

Je pensais effectivement en termes d'institution. Il ne faut pas confondre, effectivement L'Eglise catholique romaine et les catholiques. Mais selon ma propre expérience, puisque j'ai eu à fréquenter le monde catholique (institution et peuple catholique en tant que tel), l'évolution des mentalités du clergé est lente, voire très lente. Le charismatisme catholique, par exemple, dans son évolution historique, est là pour illustrer la mainmise de l'institution sur les velléités démocratiques du peuple catholique. Rome veille au grain est n'évolue que quand elle n'a pas d'autre alternative : telle est, vous le savez, la mentalité du haut clergé catholique tant qu'il affirmera qu'en dehors de l'Eglise (catholique et infaillible) point de salut.
L'équivoque catholique de Frédéric Hoffet n'est pas un souvenir du temps jadis des controverses religieuses mais bien une réalité, un fait social que j'ai personnellement, dans le cadre d'activités transconfessionnelles, expérimenté. Le discours du clergé m’est apparu très ambigu.

Écrit par : phax | 12/07/2008

L'église catholique prône dans sa doctrine sociale, le principe de subsidiarité. Il s'agit en gros de l'attribution d'une action et de sa responsabilité au niveau le plus local possible d'une hierarchie. Ainsi donc je suis étonné de voir que ce que l'église catholique affirme en la matière est si peu mis en pratique dans les faits. Le principe de subsidiarité n'est que très peu respecté dans ce système qui semble parfois pyramidal. C'est bien dommage car le message évangélique est porteur d'une certaine égalité et une certaine fraternité, qui s'efface quelque peu dès que le système hiérarchique est trop présent.
Pour conclure j'aimerai reprendre ces paroles du Christ : "Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ."

Écrit par : Jonoblog | 15/07/2008

Quand on lit une information pareille sur les perturbations religieuses contemporaines on peut vraiment se ressentir envoyé aux temps médiévaux. Au moins quelque chose dans ce monde reste intagible.

Écrit par : Isabelle | 09/05/2009

le 2 juillet 2008 moi aussi j'étais au tribunal de lourdes ,j'avais porté plainte contre un ELU et Directeur de camping d'une commune voisine...juste avant l'achat d'un mobil home sa femme avait vaporisé du désodorisant en grande quantité pour y masquer l'odeur d'urine présente prétextant que ce bien n'avait pas été ouvert depuis 2 mois ....ils ont étouffés notre affaire !pièces compromettantes absentes de notre dossier (notre avocate)oui ....orientés dans une mauvaise procédure par Huissier et avocate ....et bien sûr le pape arrivait e Septembre ....nous sommes repassés le19 septembre 2008 en Audience ..nousn'avons pas eu les privilèges du Père Zambelli ..le public était présent ,l'Avocat Fourcade nous a humilié mon mari et moi en mentant sur tout..En sortant du tribunal les pompiers nous ont hospitalisés nous voulions mourir...a cause de ces pourris ,menteurs .toutes nos preuves n'ont pas été versées au dossier .depuis i 2 ans nous dormons avec des cachets pendant que ces professionels rient...PIGEONS Vendéens piègés ..

Écrit par : pacaud | 04/10/2011

Les commentaires sont fermés.