Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2009

France-Afrique : irresponsabilités en miroir

Nneka_large.jpgDe plus en plus d’Africains, que ce soit dans les milieux culturels, chrétiens ou même politiques, revendiquent un discours de responsabilité, rejetant la victimisation.

Problème : en France, on est parfois bien loin de faire de même...



Une Afrique qui se responsabilise


Lors de la convention charismatique de Paris Bercy à la Pentecôte 2009, une des vedettes présentes n’était autre que la chanteuse germano-nigériane Nneka.
Nneka.jpgCette voix puissante s’est notamment distinguée, en 2005, par un impressionnant album de Soul évangélique intitulé Victim of Truth.

Impressionnant par le style, qui rappelle Lauryn Hill, et par le travail sur les paroles, qui sortent des bluettes au goût du jour.


Une des chansons de Nneka, intitulée «Africans», récapitule le discours de victime parfois tenu en Afrique (poids de l’esclavage, de la colonisation etc.) et conclut: «c’est à nous d’obtenir de la reconnaissance, si nous cessons de nous plaindre nous obtiendrons une meilleure condition».

 

images-1.jpegEn clair: retroussons-nous les manches, prenons-nous en main, cessons de jouer les pleureuses. Un discours loin d'être isolé, dont on trouve aussi écho, par exemple, dans l'oeuvre de l'excellent Gaston Kelman.

Malgré des dérives et des tâtonnements, l’essor spectaculaire des églises évangéliques en Afrique pourrait-il être en partie compris sous l’angle de ce discours de responsabilité?

Sans doute un symptôme, parmi d'autres, de ce souci d'un nouveau départ, par et pour les Africains.



Classe politique française : irresponsable?

Pendant que Nneka se produisait à Bercy, Omar Bongo, chef de l’Etat gabonais, vivait ses derniers jours.

A son décès le 8 juin 2009, qu’a-t-on entendu en France?

 

Un concert de louanges, même de la bouche (un peu embarrassée quand même) de Bernard Kouchner.


Quel homme d’Etat ce Bongo! Alors que la vérité toute crue était autre.


images.jpegSeule Eva Joly (qui a instruit l'Affaire Elf) a eu le courage de la rappeler: Omar Bongo n’a construit que quelques kilomètres de routes pour son peuple….


Et a surtout graissé la patte à nombre de politiciens et partis politiques français... tout en verrouillant toute évolution réelle vers un paysage démocratique. "C'était un président qui n'avait pas le souci de ses citoyens", conclut Eva Joly.

 

Irresponsable classe politique française!

En encensant un tel potentat, même s'il était sans doute sympathique au plan personnel, nous ne nous grandissons pas à l'étranger, nous ne nous grandissons pas auprès des démocrates africains.


Une France qui ne tient pas parole

Une irresponsabilité pointée aujourd’hui (11 juin 2009), sur le site de la BBC (car sur le site du Monde, pour l’instant, motus et bouche cousue).

_45901416_001387203-1.jpg

 

Contrairement aux engagements solennels pris en 2005, avec un Jacques Chirac tout sourire au côté de Bono et de Bob Geldorf, la France n’a pas tenu ses promesses d’aide à l’Afrique faites au G8 de 2005.


Pire, la France est la principale responsable, avec l’Italie d’un certain Berlusconi, du gros retard des pays industrialisés dans l’aide au développement.

Bonnet d'âne européen à un pays fort en discours, faible en réalisation !

 

Moralité : l'irresponsabilité, aujourd'hui, n'est pas toujours du côté que l'on croit, et il n'est pas sûr que "le Français" ait beaucoup de leçons de responsabilités et de parole tenue à donner à "l'Homme africain" (cf. le discours de Dakar). 

Commentaires

Bonjour,

C'est le retour de votre blog, je vois, tant mieux !

Pourriez-vous être plus précis sur "Malgré des dérives et des tâtonnements, l’essor spectaculaire des églises évangéliques en Afrique pourrait-il être en partie comprise sous l’angle de ce discours de responsabilité?"

1) En quoi donc les églises développent-t-elle la responsabilité ? Accessoirement, y a-t-il un rapport avec la volonté de Dieu sur ce sujet ?

2) quelles églises, concrètement, le font, en Afrique ? (j'ai peur que poser la question coté français soit vécu comme une insulte, pourtant j'en aurai grande envie). Est-ce vraiment le propos juste des églises ?

Voir, au niveau des faits, divers contre exemples sur le super intéressant Congo Blog à http://www.congoblog.net/tag/religion/ Mais peut être sont-ils partiaux ?

Cordialement, et prions pour votre imac, que les machines au moins assument leurs responsabilités !

Écrit par : Ista | 11/06/2009

Merci à Ista

Votre commentaire mériterait une réponse développée, que je ne peux donner maintenant faute de temps, mais promis!
Nous reviendrons, dans ce blog, sur ces questions!

Si les églises évangéliques africaines peuvent "en partie" être comprises comme des vecteurs de responsabilisation, c'est tout simplement parce qu'elles reposent sur une culture associative et militante, tournée vers le changement personnel.

Cela n'empêche pas d'autres logiques antagonistes (dé-responsabilisation sous la houlette d'un leader charismatique, théologie de la prospérité culpabilisante qui dérape au point d'anihiler toute confiance en soi du pauvre fidèle, etc.).

Mon propos est donc nuancé.... comme l'est la réalité. A suivre.

Écrit par : SF | 11/06/2009

Oui, moi aussi ça m'a choqué d'entendre le concert de louanges suite au décès de Bongo, qui était, purement et simplement, un dictateur, prêt à offrir à son peuple un semblant de démocratie aussi longtemps que cela arrangeait sa côte de popularité... Même Obama s'y est mis, pourtant il n'est pas vraiment adepte de ce genre de discours généralement.

Mais je voulais surtout vous interpeler sur le contenu de l'article du Monde que vous évoquez, article que j'avais déjà lu. Je n'étais pas présent lors de la conférence de Pentecôte, et par ailleurs je ne suis pas trop partisan de ces méga-rassemblements (au passage, une étude sociologique sur ce type de rassemblements en Europe pourrait être intéressante), mais je doute que la description qu'en donne ce journaliste corresponde à l'ensemble de ce qui s'est passé lors de ce rassemblement, peut-être à la limite au comportement de quelques individus isolés présents à la conférence. Et même si c'est le cas, vous savez aussi bien que moi que ce phénomène est très largement minoritaire au sein du paysage évangélique français, et mal vu par la large majorité de celui-ci. Or, l'article titre bien "Les évangéliques", sous-entendu dans leur ensemble. On est loin du radicalisme de l'article diffamatoire du Nouvel Observateur qui, il y a quelques années, a publié tout un dossier sur "La secte évangélique qui veut dominer le monde". Mais aujourd'hui plutôt que de s'attaquer frontalement aux évangéliques, c'est ce genre de publications caricaturales qu'on publie, pour nous ridiculiser auprès de l'opinion publique française. Et ça se passe, non pas dans un papier people pseudo-révolutionnaire, ni même dans la presse dite de gauche comme Libération ou le Nouvel Obs, généralement assez anticléricale : ça se passe dans le plus prestigieux journal français, lu par les francophones dans le monde entier.

Alors ma question : en tant que sociologue des religions, et spécialiste de l'étude du protestantisme évangélique, ne pourriez-vous pas entreprendre quelque chose auprès des médias français pour lutter contre cela ? Lors de la parution du fameux article du Nouvel Obs, face aux nombreuses réactions du monde évangélique français et du monde des chercheurs, le magazine a été obligé de publier un démenti dans le numéro suivant. Certes, un démenti forcé de quelques lignes n'enlève rien au mal qui a été fait, d'autant plus que le numéro en question n'a pas été retiré des ventes, mais il reste que l'intervention extérieure de gens connaissant le sujet a poussé un média important à une plus grande objectivité. Je ne nie pas qu'il y a eu depuis cette affaire de grands progrès dans ce domaine, avec plusieurs articles de presse consacrés aux évangéliques qui sont absolument louables de par leur qualité, mais de temps en temps de tels articles de "gentille moquerie" continuent, et ils font autant de mal à l'image des évangéliques français dans l'opinion publique que les articles guerriers nous traîtant de sectes d'il y a quelques années comme celui du Nouvel Obs. Alors, en tant que spécialiste de la question, pouvez-vous faire quelque chose ?

Écrit par : Un étudiant défend sa foi | 11/06/2009

Ah, les medias ! Le Nouvel Obs dans le cas qu'on vient de citer, tous (plus ou moins) dans le cas de Bongo. De la courte vue, de la manipulation parfois (mais qui est manipulateur et qui est manipulé ?), un manque d'information (un comble !) ou de curiosité… Et voilà des papiers, commentaires, reportages tronqués, mensongers, incohérents. Mais aussi tant de bonnes choses, dans les mêmes titres voire les mêmes numéros ou pages.

Tout cela, c'est la "petitesse" de l'Homme. Capable du meilleur puis du pire en une fraction de seconde.

Pour en revenir à Bongo, loin de moi l'idée d'en faire l'éloge, mais on peut au moins lui concéder une stabilité et une coexistence pacifique dans une zone où c'est loin d'être la règle. Il n'y a qu'à voir ce qui fit son beau-père et voisin pour reprendre le pouvoir. Et le prendre aussi, la première fois, d'ailleurs.

Ses débordements, dérapages, dérives (pour rester dans le pas trop négatif) étaient-ils justifiés pour autant ? Sûrement pas ! Mais nous, avons-nous des leçons à donner ? Il nous en a fallu des dérives, dérapages, débordements pour arriver où nous sommes. Et nous n'en sommes pas exempts, encore aujourd'hui.

Pourquoi, alors que nous voulons tendre vers le haut, sommes-nous toujours aussi attirés par le bas ?

Media, France, Afrique, moi-même aussi : tous humains, qui voulons le bien et faisons le mal que nous ne voulons pas. Rien de bien nouveau sous le soleil !

Heureusement qu'on a La solution depuis 2000 ans révélée !

Écrit par : Frédéric | 11/06/2009

Ah la Françafrique ! Les propos exprimés par nos politiques sur les "qualités" de Bongo sont effectivement choquants. Malheureusement ce n'est pas la première fois, ni sans doute la dernière. Les actions de la France en Afrique ne sont pas toujours heureuses. J'ai vu il y a quelque temps déjà, un documentaire sur une chaine "culturelle" mettant la France en cause dans le génocide du Rwanda. Si ces faits sont avérés, c'est grave. Il ne faut pas s'étonner alors que nous ne soyons pas appréciés dans bon nombre de pays africains.

Pour ce qui est du grand show de Bercy, je ne pense pas que le journaliste du "Monde" exagère tant que cela : les phénomènes qu'il mentionne, je les ais vus moi aussi, ailleurs.
Il y a évangélique et évangélique. C'est comme en politique : il y a l'extrême droite et l'extrême gauche, et beaucoup de nuances entre les deux.

Moi je retiens un principe biblique : examiner toute chose et retenir ce qui est bon.

Écrit par : Patrick B. | 12/06/2009

Patrick B.

Bien sûr que de tels phénomènes existent. Mais ils sont marginaux, et le journaliste ne décrit qu'eux. A un grand rassemblement comme celui-ci, reconnu dans le monde évangélique français je doute vraiment que ce genre de pratiques étaient représentatives de la conférence (je ne nie pas que des individus isolés l'aient sans doute fait). Et même en admettant que ce soit le cas, l'article titre "les évangéliques", sans nuancer : pour le lecteur ne connaissant rien aux évangéliques, ça donne l'impression que c'est la façon de faire des évangéliques, en général. Alors je maintiens que ce journaliste a commis une faute professionnelle.

Écrit par : Un étudiant défend sa foi | 13/06/2009

Bonjour

Parfois je me demande si les églises en afrique n'ont pas le même problème que les gouvernants africains : l'argent...pas de transparence, pas de compte affiché...etc...
Et le modèle est reproduit ici en France, je connais des églises où il n'y a pas de trésorier, le pasteur fait tout...et ramasse tout.
J'ai récemment fait un culte d'enterrement pour une dame camerounaise partie auprès du Seigneur, et à la fin de la cérémonie, une offrande était faite...pour le pasteur !! A mon grand étonnement (j'ai donné cet argent à mon trésorier...)!
Paul dit bien que l'amour de l'argent est la racine de toutes sortes de maux, et nous connaissons la fameuse trilogie qui a fait tomber bien des serviteurs (ici en France) *l'argent, le sexe, le pouvoir.
Que Dieu nous aide et nous garde

Écrit par : Philippe | 13/07/2009

Les commentaires sont fermés.