Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2010

Mohammed Arkoun (1928-2010)

Mohamed-Arkoun_Afp.jpgIslamologue et intellectuel à multiples facettes, Mohammed Arkoun (1928-2010) est décédé avant-hier, 14 septembre 2010.


Homme libre et passionné, universitaire brillant, il a pu être critiqué ici et là pour certains caprices de diva, des ponts parfois mal assurés entre objectivation et regard confessionnel, et un discours propice aux récupérations bien-pensantes, plus proche de Télérama que de la réalité sociale musulmane populaire.


Mais il laisse avant tout le souvenir, et l'héritage, d'un penseur de haut vol, d'une extrême agilité intellectuelle, à la croisée de la philosophie, de la théologie et des sciences sociales. Un homme de courage, aussi, interdit de séjour dans de nombreux pays musulmans en raison de ses audaces sans tabou. Son oeuvre restera, et fécondera de nombreux travaux, débats et réflexions.

 

392413530_L.jpg.gifDoté d'une immense curiosité, il s'était notamment intéressé au protestantisme, participant par exemple la direction  d'un ouvrage collectif intitulé Judaïsme et islam dans le face à face avec le protestantisme (Labor et Fides, 1999).



Je ne l'ai croisé (brièvement) que deux fois, mais combien de fois ai-je lu son nom au bas d'un article ou au coeur d'un organigramme!

Y compris à l'Institut Européen de Sciences des Religions (IESR), à la création duquel il a été associé, et dont il est resté, jusqu'à sa mort, membre du comité d'orientation scientifique.


6650735.jpgS'il ne fallait, pour finir, ne retenir qu'un ouvrage d'histoire de l'islam signé Arkoun, ce serait le monumental Histoire de l'islam et des musulmans en France, somme de référence qu'il a dirigée et publiée aux éditions Albin Michel en 2006.

 

"De la bataille de Poitiers aux croisades, des échanges intellectuels du Moyen Age à l'orientalisme, de la colonisation à la guerre d'Algérie jusqu'aux débats actuels sur l'immigration, plus de soixante-dix spécialistes, historiens ou grands témoins retracent treize siècles d'une histoire politique, sociale et culturelle tumultueuse et captivante".

Pour une telle polyphonie, il fallait un chef d'orchestre de la stature d'Arkoun.

Les commentaires sont fermés.