Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2012

Drame de Toulouse, un communiqué des églises de France

2012-03-19t130657z_1_apae82i10fo00_rtroptp_2_ofrtp-france-toulouse-sarkozy-20120319.jpgLe 27 décembre 2011, sur la base de statistiques officielles, j'observais ceci: "en dépit d'une population française juive peu nombreuse par rapport à la population musulmane (sans parler de la population chrétienne), les déprédations judéophobes se maintiennent à un niveau étonnamment élevé".

Le récent drame de Toulouse, qui a vu lundi 19 mars 2012 l'école juive Ozar Hatorah mitraillée, laissant sur le carreau trois enfants et un père de famille, semble faire écho à cette sinistre tendance qui voit, en France, les déprédations et atteintes antisémites rester à un niveau proportionnellement plus élevé que les actes antichrétiens ou antimusulmans.


Il est bien trop tôt pour tirer des conclusions. N'oublions pas que le tireur fou a aussi exécuté de sang froid trois parachutistes (d'origine maghrébine). Et ce tueur court toujours. Un fonds d'idéologie néonazie serait-il à incriminer? Seule l'enquête permettra de répondre aux questions (1).

images.jpegEn-dehors de quelques extrêmes, dont François Bayrou, justement surnommé "Le  Pen light par Alain Minc il y a quelques années, faux centriste et vrai démagogue, tout le monde se garde de tirer la couverture à lui.

L'heure est au deuil et à la solidarité, comme l'a manifesté notamment le Conseil d'Eglises Chrétiennes de France (CECEF), structure qui fait le lien, depuis 1987, entre les différentes familles ecclésiales françaises.

Voici le communiqué du CECEF. Communiqué CECEF 19 03 12.pdf


(1) Cette note a été postée le 21/03/2012 à 00H00. Quelques heures plus tard, on sait désormais que le tueur se rattache en fait à une mouvance islamiste radicale (précision rajoutée le 21 mars 2011 à 19H)

Commentaires

"Un fond d'ideologie néonazie serait-il a incriminer ?"
Super l'analyse d'un sociologue spécialiste de faits et phénomènes sociaux (et religieux) !! (quand on connait le dénouement)
J'ai mon seul bac comme bagage et pourtant, j'aurais mis ma main au feu qu'il s'agissait d'un islamiste, tant cela est évident (mais politiquement incorrect...) "Ils auront des yeux et ne verrons pas, des oreilles et n'entendrons pas". Connaissez-vous cette référence (à méditer) ? Elle s'applique tout à fait à la situation actuelle et plus particulièrement aux observateurs de la société, tous coupables de déni de réalité... Jusqu'où iront-ils dans le voilement de la face ?
Que vient faire la stigmatisation de Le Pen dans cette histoire ? Elle a seulement dit que la menace islamiste en tant que terrorisme avait été sous-estimée. Aurait-elle raison ?

Écrit par : jeroboam | 21/03/2012

Cher Jeroboam, woah, vous êtes très très fort, bravo!

MAis voyez-vous, même en maternelle (le bac est superflu), j'aurais moi aussi pu arriver à votre conclusion.... une fois, naturellement, que les faits sont dévoilés.

Mais voyez-vous, j'ai écrit cette blognote AVANT que l'on sache quoi que ce soit sur le tueur, et l'hypothèse néonazie était alors une hypothèse possible pour trois raisons: d'abord, parce qu'il existait un contentieux avec d'ex-paras congédiés à cause d'un salut nazi. Ensuite parce que les victimes étaient soit maghrébines, soit juives (cibles traditionnelles des néonazis). Enfin parce que les mouvances d'extrême-droite sont parfois capables du pire, comme l'a prouvé l'affaire Breivik.

Quant à Le Pen, je n'incrimine pas Marine Le Pen ici mais François Bayrou, qui a été surnommé "Le Pen light" par Alain Minc (je vais préciser un peu plus ma blognote pour éviter l'ambiguité). Bayrou a honteusement cherché à récupérer ce drame à son profit, en accusant implicitement le président français d'avoir attisé les braises. Bayrou s'est ainsi fait, très indirectement, l'allié du pire.

C'est en effet très exactement ce type de lâcheté que les assassins d'Al Qaeda veulent encourager: des politiciens sans scrupules, mous sur la laïcité et clientélistes, qui pointent du doigt les autorités au lieu de pointer du doigt les assassins.

Écrit par : SF | 21/03/2012

Bien vu Sf
Quelqu'un peut il m'expliquer comment Mme Ashton est encore en fonction apres les propos hallucinants qui ont été les siens?

Écrit par : Schtroumpf | 21/03/2012

Merci Schtroumpf
J'avais manqué cette déclaration de Mme Ashton, supposée être chef de la diplomatie européenne.
Voici un lien qui permet d'en prendre connaissance: http://www.lepoint.fr/societe/fusillade-de-toulouse-catherine-ashton-fait-un-parallele-avec-gaza-19-03-2012-1442948_23.php
En substance, Mme Ashton fait un parallèle entre les enfants tués d'une balle dans la tête à Toulouse et les victimes enfantines collatérales, à Gaza, de l'enlisement du conflit entre islamistes du Hamas et forces israéliennes. En clair, Mme Ashton rentre dans la rhétorique de l'assassin toulousain, nourri des discours de haine d'Al Qaeda, puisqu'elle met sur le même plan des choses totalement différentes: d'un côté, une guerre larvée dûe aux surenchères islamistes du Hamas; de l'autre, un crime abominable (fillette de 7 ans tuée d'une balle dans la tête!). Toute la stratégie d'Al Qaeda est d'aboutir à cette confusion, pour présenter les horreurs perpétrées par ses spadassins comme des actes qui "répondraient" à des actes similaires.
Il serait effectivement cohérent que cette dame démissionne.

Écrit par : SF | 21/03/2012

Bonjour,

Ce que j'aimerais, c'est savoir quelles réponses (ou commentaires ? ) feraient un scientifique aux discours de M. Anouar Kbibech, un des représentants des musulmans en France, qui dit des choses intéressantes, je trouve.

Il me semble que beaucoup de ces idées mériteraient d'être approfondies, car elles concernent toutes les religions : comment des idées à caractère religieux se diffusent dans une population. Voir par ex. « Les acteurs de la communauté musulmane doivent s’interroger sur la prévention de ces dérives » à http://religion.blog.lemonde.fr/2012/03/21/les-acteurs-de-la-communaute-musulmane-doivent-sinterroger-sur-la-prevention-de-ces-derives/#xtor=RSS-32280322

Ainsi
- "l'opinion publique a tendance à généraliser" : pourquoi, à quoi est du ce phénomène, comment peut-on le vérifier ?
- "les musulmans eux-mêmes doivent s'interroger sur la prévention de ces dérives" : à quoi sont dues ces dérives ? viennent-elles vraiment de la religion ? Comment peut-on les y aider ? Comment peut-on avoir une approche scientifique là dessus ?
- "ces dérives sont « prévisibles »" : y a-t-il un modèle scientifique ?
- "le développement d'une religiosité non structurée, un islam bricolé, favorable à l'extrémisme" : une pratique religieuse bricolée est-elle favorable à l'extrémisme ?
- "Face à cela notre seule réponse est la parole, les sermons, les appels à la spiritualité et à l'humanité" : est-ce que cela marchera ?
- "pour ces jeunes, nous ne sommes pas crédibles; ils préfèrent les discours de haine ou de stigmatisation" : comment le vérifier ?


J'espère qu'un scientifique travaillera à répondre à ces questions (ou à celles qu'il pensera pertinentes), en scientifique, et non pas en personne qui a ses opinions, qui sont respectables. M. Anouar Kbibech y répond d'ailleurs, plus ou moins, en religieux, et j'espère qu'il a raison, et que tout le monde l'y aidera.

Cordialement.

Écrit par : ista | 22/03/2012

Cher SF,
Deux petites précisions :
- Les néo-nazis sont très peu nombreux et particulièrement surveillés par la DGSE. Dès qu'ils lèvent le petit doigt, ils sont suivis. Vous le savez certainement mieux que moi. Que vous le vouliez ou non, l'Islam est le premier danger qui menace notre société et pour une simple et bonne raison. Selon D. Pipes (qui j'en suis sûr vous hérisse le poil, étant conservateur, donc menteur ?), de 10 à, 15 % des musulmans sont intégristes (quelle que soit la forme de celui-ci); Cela représente entre 120 et 180 millions d'individus, soit plus que les fascistes et les communistes historiques réunis (dirigeants et militants bien sûr).
Aujourd'hui l'Islam (dont 90% des adeptes aspirent à LEUR définition de la tranquilité civile qui peut très bien s'opposer dans le fond à la définition consensuelle de la démocratie de type sociale-démocrate) est la seule religion productrice de terrorisme en chaîne (non condamné d'ailleurs par les musulmans non intégristes, eux-mêmes terrorisés). L'islam, de ce point de vue est dangereux pour la démocratie car dans le doute, nous dit le philosophe, "abstiens-toi" (ou sois inconscient)
- l'appelation Le Pen light est en elle-même, d'un point de vue sémantique, un totalitarisme idéologique que vous devriez éviter il me semble. Vous seriez en effet le premier à condamner toute forme de stigmatisation touchant nos bons musulmans intégristes français.
Par là, je veux montrer qu'il n'y a pas deux poids deux mesures lorsque la démocratie est en danger. Car le mal dont elle souffre (par le biais de la laïcité mise à mal) se trouve aussi bien à l'extérieur de son espace qu'à l'intérieur de celui-ci.

Écrit par : Jeroboam | 22/03/2012

Cher Jeroboam,

Vous me faites un procès d'intention. Vous ne savez pas ce qu'il y a dans ma tête, alors, inutile de vous lancer dans des descriptions de ce que je suis censé penser, que ce soit sur Pipes ou les conservateurs. Je vous conseille plutôt de me lire, et vous verrez que je correspond pas à la caricature que vous faites.

Quant à Bayrou, l'expression "Le Pen light" n'est pas de moi, mais d'Alain Minc. Il est vrai que je la reprends à mon compte, et que je n'aurais peut-être pas dû. Je vous concède cela. IL n'empêche que je m'associe aux critiques de fonds que Minc a faites à Bayrou, à savoir un registre antisarkozyste qui joue sur les "racines" de la France, dans un style maurrassien très désagréable. Relire aussi ce que Simone Veil écrit de Bayrou dans ses mémoires: le portrait d'un ambitieux sans scrupule, démagogue et arriviste, faux gentil et vrai carnassier.

Enfin, sur l'islam, je crois - et là dessus nous avons sans doute un point d'accord- qu'il faut résister à l'angélisme (c'est pourquoi mon blog évoque sans tabous la question des atteintes à la liberté religieuse dans certains pays musulmans: Somalie, Sénégal, Algérie, Soudan...). Mais il faut aussi résister à l'amalgame haineux, que vous pratiquez hélas dans votre commentaire en présentant l'islam comme "premier danger de notre société".

Premier conseil, arrêter de parler de "l'islam" en général, alors que la réalité musulmane est aussi diverse que celle du protestantisme (c'est dire).

-2e conseil: se souvenir que les 10% ou 15% d'intégristes que vous comptez dans l'islam, on les trouve aussi dans toutes les religions (même si leurs moyens d'action ne sont pas toujours exactement les mêmes).

-3e conseil (donné par Albert Camus): dans la controverse, il faut toujours s'attaquer au meilleur de l'argumentation adverse, car c'est sur ce terrain, et ce terrain seulement, qu'on peut réellement faire la lumière. Attaquer l'adversaire en partant de ce qu'il y de plus bas chez-lui (intégrisme violent), c'est rater une chance de convaincre. Car alors, l'interlocuteur a beau jeu de démontrer qu'il ne se réduit pas à la caricature qu'on présente.

Écrit par : SF | 22/03/2012

Bonjour M. Fath !
Je vous l'accorde : ce texte a été écrit avant l'aboutissement de l'enquête, vous ne pouviez donc pas savoir qu'il s'agissait d'un tueur se réclamant de l'islam et d'Al-Qaïda plutôt que d'un néo-nazi. MAIS ce qui est terriblement grave, c'est que DÈS LE MOMENT DES FAITS, la quasi-totalité des médias et de l'opinion publique n'ont évoqué que l'hypothèse néo-nazie et pas celle islamiste, alors qu'en absence d'éléments concrets la seconde est aussi plausible que la deuxième.

Cela fait des années qu'on constate une inquiétante montée de l'antisémitisme chez les populations musulmanes en France (pas toujours chez les plus pratiquants d'ailleurs). Moi-même qui personnellement fréquente beaucoup de musulmans, je peux en témoigner : j'ai déjà entendu des propos qui m'ont choqué, même venant de personnes pour lesquelles j'ai par ailleurs beaucoup de respect. Ce sentiment est dû au conflit israélo-palestinien et à son interprétation simpliste dans l'esprit de très nombreux musulmans, y compris des plus modérés et sympathiques : une guerre d'Israël et de l'Occident contre l'islam.

Et pourtant, cette évidence que n'importe quel observateur attentif de la soar les médias. Dès qu'un responsable politique ou autre s'en émeut, il est taxé d'islamophobe d'extrême-droite. Mais c'est oublier que ce fait, la montée de l'antisémitisme parmi les musulmans en France, est dénoncé régulièrement depuis belle lurette par... les imams français ! Va-t-on à présent accuser les imams d'être islamophobes ???!!!

Bref, peut-être que la tuerie de Toulouse suscitera enfin une prise de conscience de cette réalité et de la nécessité de la combattre. Mais qu'il est triste qu'il ait été nécessaire d'en arriver là...ar les médias. Dès qu'un responsable politique ou autre s'en émeut, il est taxé d'islamophobe d'extrême-droite. Mais c'est oublier que ce fait, la montée de l'antisémitisme parmi les musulmans en France, est dénoncé régulièrement depuis belle lurette par... les imams français ! Va-t-on à présent accuser les imams d'être islamophobes ???!!!

Bref, peut-être que la tuerie de Toulouse suscitera enfin une prise de conscience de cette réalité et de la nécessité de la combattre. Mais qu'il est triste qu'il ait été nécessaire d'en arriver là...ciété française peut constater (et que vous êtes d'ailleurs parmi les rares intellectuels français à l'avoir dénoncée à plusieurs reprises sur votre blog, ce qui est tout à votre honneur) est depuis des années passée sous silence. Dès qu'un responsable politique, journaliste ou autre s'en émeut, il est taxé d'islamophobe d'extrême-droite. Mais c'est oublier que de fait, la montée de l'antisémitisme parmi les musulmans en France, est dénoncé régulièrement depuis belle lurette par... les imams français ! Va-t-on à présent accuser les imams d'être islamophobes ???!!!

Bref, peut-être que la tuerie de Toulouse suscitera enfin une prise de conscience de cette réalité et de la nécessité de la combattre. Mais qu'il est triste qu'il ait été nécessaire d'en arriver là...

Écrit par : Un étudiant défend sa foi | 22/03/2012

Tout à fait d'accord sur Bayrou.
Il avait déjà fait fort avec Cohn Bendit, à l'époque, en l'accusant de pédophilie.
Quant à Sarkozy et les autres, c'est guère mieux.
C'est Mélenchon qu'il faut élire! C'est un laïque, un vrai, et son côté peuple fera reculer les extrêmes, qui se repaissent de la nullité de nos partis classiques.

Écrit par : Michel F. | 22/03/2012

Je prends bonne note de vos conseils. Je n'ai effectivement pas votre culture et vos connaissances que je respecte infiniment. Je ne manie pas l'art de la réthorique, malheureusement.
En revanche, il me semble important de pouvoir être libre de penser dans notre pays que l'Islam est le premier danger pour la démocratie. Cette idée n'est pas un amalgame haineux. Elle est issue d'observations et de logiques de la pensée qui n'ont pas la haine comme fondement. Faire appel à la haine pour les qualifier me semble un argument de courte vue appelant lui à la haine de l'autre ! Le catholicisme en son temps n'était-il pas un danger pour la république ? Ne l'a t-on pas combattu ?
Pourquoi l'Islam devrait-il automatiquement être lavé de tout soupçon ??
Je me permets de penser que l'amalgame que vous faites entre les intégristes quelle que soit la religion est dangereux. Je préfère fréquenter un Jesus camp qu'un camp taliban, pour ma part. Il n'y a pas d'égalité à ce propos. Cela me rappelle l'amalgame d'une philosophe française (certainement pas historienne) entre les jeunes Kamikazes islamiques et les jeunes piou-piou partant pour la guerre de 14... Edifiant...
Pourquoi les musulmans (si variés selon vous) ne manifestent-ils pas contre l'intégrisme ?
J'aimerais tant qu'on ait le courage de répondre à cette simple question.

Écrit par : Jéroboam | 22/03/2012

A "Jeroboam" & Sébastien Fath :

Je vous conseille vivement à tous deux de bien vouloir lire, si ce n'est pas déjà fait, les études suivantes :

- Un regard sur l'Islam, de Sita Luemba, éditions Sénevé/AEM, collection Dossiers
- Islam et terrorisme, de Mark A. Gabriel, éditions Ourania

Le premier, pasteur et théologien protestant africain, a écrit ce court traité d'une quarantaine de pages à la demande de chrétiens africains. L'auteur connait parfaitement les doctrines de l'Islam et son histoire.

Le deuxième, dont j'ai déjà parlé dans des commentaires précédents sur d'autres notes de ce blog, a été écrit par un spécialiste de l'histoire de l'Islam, ex-docteur et enseignant de l'Islam à l'Institut Al-Azhar du Caire, ancien musulman converti au christianisme, égyptien en exil.

Je les ai lus pour ma part, et plusieurs fois. Ce que j'en retire principalement ?

1°) Les auteurs ne cèdent à aucune phobie quelconque, ils ne font qu'informer, examiner, confronter et exposer simplement des faits, des événements, des doctrines, des textes (Coran, Hadith, etc.). L'ambivalence, ou double visage de l'Islam y apparaît alors comme évident, c'est indéniable. Il est parlé de miséricorde mais AUSSI (et pas qu'un peu) de violence ; de tolérance, de fraternité, de justice et de paix, certes, mais qu'en est-il de la RÉALITÉ dans les pays musulmans (voir la liberté de conscience et d'expression, aïe) ? Persécutions envers les minorités non musulmanes, absence de dialogue, guerres intestines, etc. Sans compter ce qu'enseigne les courants salafiste et wahhabite, pour ne citer que ceux-là... Et ces derniers sont considérés comme respectables dans les pays respectifs où ils sont professés, ne serait-ce qu'au Pakistan, par exemple.

2°) Les contradictions textuelles insolubles, ses ambiguïtés, la dialectique de la "taqiyyah", les multiples zones d'ombre sont une réalité incontournable de l'Islam, qu'on le veuille ou non, pour qui a l'honnêteté intellectuelle de bien regarder les choses en face. Voilà ce qui ressort de ces études.

Les musulmans pacifiques sont ceux qui objectivement ne prennent pas au sérieux tout ce que le Coran enseigne ! Lisez ou relisez attentivement par exemple les sourates 2, 3, 4, 5, 47...

Et justement, c'est LA qu'est tout le problème : le véritable amalgame à ne JAMAIS faire, c'est celui qui consiste à associer systématiquement l'Islam relevant du texte coranique et des hadith forts (considérés dans leur INTÉGRALITÉ et leur INTÉGRITÉ) et les musulmans en tant qu'êtres humains ordinaires et normaux comme vous et moi, qui ne font que suivre plus ou moins des TRADITIONS en tant que patrimoine culturel et identitaire, et qui ont droit au respect et à notre considération comme tout un chacun.

Remettons donc en conséquence les pendules à l'heure, ne nous trompons pas d'amalgame (mot dont beaucoup se gargarisent actuellement, comme ceux de "victimisation", "instrumentalisation", j'en passe et des meilleures), et SURTOUT que les différentes communautés musulmanes aient enfin le courage d'entreprendre un authentique travail de fond sans concession sur les sources fondatrices de leur religion et sur leur parcours historique et théologique ! L'ignorance et l'hypocrisie sont le creuset de l'inacceptable, oui, mais ça vaut pour TOUS !

Tout le reste est littérature.

Une voix qui crie dans le désert,

Bien à vous,

Écrit par : Eric Lisbonne | 22/03/2012

Les commentaires sont fermés.