Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2012

Donna Summer (1948-2012), entre transgression et conversion

OrdinaryGirlCover.jpgFrançois Hollande a-t-il copié sur Donna Summer?

Bien avant le nouveau président français, la "reine du disco", décédée aujourd'hui à l'âge de 63 ans, se présentait comme une "fille normale", dans sa biographie Ordinary Girl, publiée en 2003.

Cette "fille normale" a pourtant connu un destin extraordinaire, typique de certaines trajectoires de stars américaines sous le double sceau de la transgression puis de la rédemption. Chanteuse exceptionnelle, Donna Summer était en effet une born again évangélique revendiquée.


 

Native de Boston, bercée par les airs de Mahalia Jackson (diva du Gospel), Donna Summer s'était pourtant taillée une réputation transgressive à la hauteur du scandale provoqué par son célèbre tube gémissant, Love to Love you Baby (1975), emblématique de la "révolution sexuelle" des années 1970.

 

Conversion chrétienne

Mais après avoir connu un succès stratosphérique, ponctué d'excès et de dérives, jusqu'à la déprime et la tentative de suicide, la star s'était "tournée vers Jésus" en 1979, défendant par la suite des convictions évangéliques born again marquées par une forte prise de distance vis-à-vis de son ancien registre, au profit d'un répertoire réorienté vers des valeurs jugées plus "positives", au nom, disait-elle, d'un nouvel équilibre.  

images.jpegAlternant tantôt des titres explicites ("I believe in Jesus", 1980), et des thèmes "sociaux" ("She works hard for the money", 1983, défense et illustration de la femme courageuse qui travaille dur), elle a poursuivi une carrière moins étincelante, mais féconde.

 Au-delà de Donna Summer, cette trajectoire qui va de la transgression vers la conversion restaurative (suivie de hauts et de bas) a marqué aussi bien d'autres figures sulfureuses de la "pop culture" américaine, parmi lesquelles Linda Lovelace, pionnière du cinéma pornographique (puis "née de nouveau" en 1976) et Betty Page (ci-contre), pin-up iconique puis born again repentie en 1959 (qui travailla un temps pour l'évangéliste Billy Graham).

Commentaires

Monsieur Fath,
Je ne comprends pas pourquoi vous ne mettez pas l'expression "born again" en Français, étant donné qu'il s'agit d'une expression revendiquée à partir d'un texte vieux de 2000 ans (γεννηθῇ ἄνωθεν dans l'évangile chapitre 3 verset 3, né de nouveau ou/et né d'en haut) et donc bien antérieur à la culture évangélique américaine (si j'ai bien suivi mes cours d'histoires :-). De plus, la "renaissance" de cette expression a ses racines dans la Réforme en Europe. Il serait alors certainement plus juste de mettre cette expression en allemand ou en néerlandais :-)

Écrit par : jonathan | 18/05/2012

Je n'aurais jamais imaginer Donna SUmmer chrétienne.
Comme quoi... La foi peut surprendre n'importe qui, je ne sais pas trop quoi en penser

Écrit par : Yemco | 19/05/2012

Bonjour Jonathan,
Je suis bien d'accord avec vous. Le thème de la "Nouvelle Naissance" est néotestamentaire, puis revient dans toute la tradition chrétienne.
Si j'utilise ici l'expression en anglais, c'est simplement parce que le sujet évoqué appartient à l'histoire contemporaine américaine.

Écrit par : SF | 19/05/2012

Les commentaires sont fermés.