03/09/2012

Apôtre et pasteure africaine à l'affiche: Deborah Luzolo

P1010381 copie.jpgVu dernièrement le mois dernier à l'affiche dans le 18e arrondissement parisien, cette présentation d'une "semaine spéciale", début août 2012, avec en vedette la pasteure (révérend) Deborah Luzolo, fondatrice en l'an 2000 de l'Union des Femmes Missionnaires (cliquer ci-contre pour agrandir).

Membre de l’Eglise Evangélique La Bonne Semence en région parisienne, Deborah Luzolo (parfois présentée aussi comme apôtre) est une figure emblématique, mais aussi un peu atypique, de la nouvelle scène chrétienne franco-africaine qui développe aujourd'hui ses réseaux.


Cette affiche attire l'attention car elle présente très explicitement le rôle enseignant féminin au premier plan, ce qui n'est pas habituel, comme l'a bien montré Baptiste Coulmont dans ses études sérielles de l'affichage chrétien africain à paris.

Deborah Luzolo est montrée comme "tête d'affiche", avec un prédicateur masculin en second plan à droite, côte à côte avec une autre prophétesse (femme), Jonas Hélène.

P1010381 copie.jpg

 Suggestion de pour de futures recherches: il serait intéressant de croiser davantage les enquêtes sur les christianismes d'expression africaine en Europe avec l'histoire sociale des femmes et la sociologie du genre.


"Migrantes et mobilisées"

affichage chrétien africain,affichage religieux,affichage,déborah luzolo,union des femmes missionnaires,église évangélique la bonne semence,cahiers du genre,danièle kergoat,adelina miranda,nouria oualiDans les Cahiers du Genre, un beau numéro thématique comme "Migrantes et mobilisées" (coordonné par Danièle Kergoat, Adelina Miranda et Nouria Ouali, n°51/2012) n'évoque quasiment pas la question religieuse. Quel dommage!

Car au travers d'affiches comme celle-ci, on soupçonne que le terrain religieux n'est certainement pas tout à fait étranger à des "mobilisations" où des migrantes africaines, parmi d'autres, déclinent à leur manière, chrétienne, des logiques d'empowerment (affirmation, initiative) qu'il serait bon d'étudier de plus près.

Commentaires

Bsr moi je suis au Burkina Faso {Ouagadougou} et j,aimerais vous renctre

Écrit par : Nana W Samuel | 13/09/2012

J,aime oeuvre pour le Seigneur

Écrit par : Nana W Samuel | 13/09/2012

J'ai lu dans la thèse sur les églises d'immigrants du Congo que, au Congo, il existe pas mal d'églises avec des pasteurs femmes. Lors du processus d'immigration, quand les églises prennent racine en France, la proportion passe à quasi 100% d'hommes.

Ça montre bien que le sexisme est pas forcément là où on croit ; et aussi que le processus de création d'église chez les évangéliques n'est pas aussi guidé par l'esprit qu'on dit mais qu'il est très tôt en conformité avec les us et coutumes locaux.

Je suis allé voir sur youtube les vidéos montrant ces personnes :-)

Je n'ai rien trouvé pour Jonas Hélène, désolé.

Pour Jaimé Chavez, pour la seule video que j'ai trouvé avec une traduction en français, c'est... heu... intéressant. Je me demande comment est-ce que l'on peut croire une seconde en ce qu'il dit. C'est un christianisme qui n'est pas le mien, mais que je peux concevoir être du christianisme.

Si l'on fait abstraction de la notion de christianisme, c'est fabuleux : tout le jeu de traduction (la traductrice traduit même le parlé en langue ! ), chauffer la salle (en portugais traduit en simultané en français ! ), les mimiques... fabuleux.

Pour ce qui est de Deborah (h, sic sur l'affiche) Luzolo, je pourrais participer, je pense, (et non pas seulement assister) à ses cultes. Niveau christianisme, ça me parait correct. Il faut dire quand même que je ne comprends qu'un mot sur deux. Niveau spectacle c'est du même genre que Jaimé Chavez, mais niveau christianisme ça me parait mieux construit, mieux en rapport avec la bible (c'est d'ailleurs la seule qu'on voit vraiment lire la bible), venant plus d'une réflexion à la fois personnelle et sociale.

Dans ses vidéos elle se présente directement comme pasteur. Mais on conserve le titre au masculin, quand même : le pasteur Deborah.... alors qu'on dit la prophétesse machine, chez les évangéliques.

Dans quelques commentaires de youtube elle se fait reprendre là dessus : selon la bible il n'y a de pasteur que d'homme, commente-t-on... les évangéliques auraient réussi à trouver dans la bible des pasteurs évangéliques hommes !? Grand bien leur fasse, mais comprenne qui pourra.

Si je puis me permettre de lui donner une idée, alors qu'elle vit dans un milieu que je ne connais pas du tout, ce serait de se rapprocher de l'église réformée. Evidemment cela revient à rapprocher les extrêmes, mais je pense que dans son cas ça pourrait "marcher".

Quand je dis "se rapprocher" il ne s'agit pas de changer d'église, grand dieu me protège ! Mais, peut être, se proposer pour mener une activité (lire la bible au culte, prédicateur laïc, école biblique, etc, etc, etc).

Deux avantages à ça, et aucun inconvénient, mis à part que l'on n'a que 24 heures par jour.

D'abord, dans l'église réformée, la question du statut de pasteur pour la femme est résolue (oui... je dis "résolue") depuis longtemps. Donc cela pourrait la détendre sur ce sujet. Elle pourrait s'éloigner des discours trop orientés "femme" ("femme forte", la famille...) et trouver d'autres territoires pour la foi.

Ensuite, justement, l'église réformée est, je pense, l'église où l'on trouve le mieux l'intelligence de la foi (je tape suffisament sur l'église réformée, aussi je peux lui adresser quelques compliments de temps en temps) parmi les fidèles. Chez les évangéliques, la foi est beaucoup trop associée à la notion de "combat spirituel" ; la notion de foi est complètement poluée à cause de ça. Chez les réformés c'est beaucoup plus humble, beaucoup plus dans l'écoute, dans la pratique sociale. Au contact des réformés, en discutant avec eux, certainement qu'elle pourrait mieux enrichir les notions qu'elle développe sur ces questions (son idée de "nouvelle intelligence", par ex.).

Puis, elle retournerait encore plus forte dans ses églises :-)

Enfin bon... je dis ce que j'en cause mais ne pensez pas que j'y ferais qui faut pas dire que c'est moi.

Écrit par : ista | 27/09/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.