Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/07/2013

La Cité nationale de l'immigration change de nom

Histoires.jpgInstallée depuis 2007 au Palais de la Porte Dorée à Paris, la Cité nationale de l'immigration change de nom cet été, devenant le Musée de l'Histoire de l'Immigration.

Doté d'un nouveau logo, le Musée de l'Histoire de l'Immigration en profite aussi pour lancer une campagne de comunication en quatre affiches, dont celle-ci (ci-contre), rappelant que "l'immigration, ça fait toujours des histoires" (même des histoires d'amour).

Autres slogans de la campagne: "Nos ancêtres n'étaient pas tous des Gaulois", "Un Français sur quatre est issu de l'immigration", "Ton grand-père dans un musée".

Commentaires

Bonjour,

Je reviens vous relater un fait divers pathétique.
La mère d'un petit garçon de 6 ans a reçu dimanche dernier la visite de 12 personnes de son église après le culte. Elle a refermé sa porte en voyant leur air menaçant, et s'est réfugiée dans sa chambre pour appeler la police. Ces personnes ont cassé la porte, pénétré dans la chambre, l'ont bousculée, piétiné son lit et le linge repassé qui s'y trouvait, cassé l'armoire en la jetant dessus. Avant qu'il n'aient eu raison de sa vie, la police, au nombre de 3, est arrivée et a été surprise par les traces de violence évidente dans la chambre. La police a bien entendu relevé l'identité de ces individus, hommes et femmes.
Ces personnes ont été envoyé par le couple pastorale actuellement en vacances. Ce couple été informé du déroulement de la situation en live.

La raison de déchainement de violence, résulte du fait que cette jeune femme de 26 ans est amoureuse d'un jeune de 20 ans et tous les deux fréquentent cette église. Le couple pastoral de l'église "La Pensée de Dieu" a mis son veto, car la mère du jeune homme reproche à cette femme d'avoir un enfant. Donc les anciens avec leur milice ont été envoyés pour lui faire la peau et la dissuader de s'attacher au jeune homme.

Monsieur Fath, je suis à votre disposition pour vous donner les informations que vous pourrez vérifier auprès du commissariat de police. Cela s'est déroulé dans la région parisienne.
On reste sans voix devant tant de violence. Que faut-il faire lorsque une église en arrive à ce point ?

Cordialement,

Suca

Écrit par : Suca DA | 07/08/2014

Les commentaires sont fermés.