Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2015

Kenya: pour "lire la Bible", elle décide d'aller à l'école à 90 ans

CM Capture 1.jpgSi, selon l'UNESCO, l'Afrique est le seul continent où plus de la moitié des parents ne sont pas en mesure d'aider leurs enfants à faire leurs devoirs à cause de l'analphabétisme, les choses changent.

Et on peut changer à tout âge, comme l'illustre cette belle histoire d'une arrière-grand-mère de 90 ans, Priscila Sitienei qui s'est inscrite au cours préparatoire, au Kenya, pour apprendre à lire... la BIBLE.

Ce qui en fait, paraît-il, l'élève la plus âgée du monde!

Lue dans l'édition parisienne du lundi de Direct-Matin (PDF), l'histoire provient de la BBC (lien).

Commentaires

Remarquable ! mais aussi démarche qui nous impose une réflexion sur l'âge et sur l'idée même de "formation".
Sur l'âge, à part les quolibets sur "l'âge des artères" et autres saillies futiles, il n'y a guère que des philosophes comme Taminiaux à revenir sur nos évidences, fausses, quant aux "âges de la vie". Pris comme critère d'organisation sociale et de répartition du pouvoir, l'âge est une véritable calamité qui détourne l'autorité, la sagesse, à travers ses captations réelles et symboliques. Il y a des continents entiers qui n'avanceront pas tant que, ne serait-ce qu'un jour d'ancienneté supplémentaire, intimera au plus jeune de céder au "plus vieux".
Mais communément, en Europe et en France tout particulièrement, on confond allègrement "éducation" et "formation". "Continue", "permanente", "tout au long de la vie", celle-ci induit un processus de brassage, de refonte, de décrispation des stades de la vie proprement révolutionnaire, pas révolutionnaire comme ces modes qui passent, révolutionnaire sur le fond, en ce sens que l'histoire de vie, la biographie (fût-elle ordinaire) est, comme telle, le cadre et le matériau d'un changement qui n'est pas obligé de s'enkyster à mesure que l'âge devient "honorable". Le "conflit des générations", s'il est utile, voire salubre, est souvent aussi artificiel, convenu. Chacun sait qu'il y a des jeunes "nés vieux", empêtrés dans leurs certitudes et leurs prudences très tôt et définitivement. A part les "vieux beaux" qui s'essoufflent à "paraître", qui ne connaît des personnes âgées pleines de jouvence? Qu'on relise la fable du "Vieillard et des trois jeunes gens", de La Fontaine (oui, une vieillerie?). Qu'on songe à certains artistes âgés, restés si jeunes dans la pureté du polissage de leurs passions et de leur imagination. Le conservatisme peut être porté par des slogans et des mots d'ordre "jeunes". On peut en juger en décalé, ne serait-ce qu'en reprenant l'évolution de certains "leaders" de contestations..., bien installés aujourd'hui.
Gloire à la nonagénaire qui reprend le chemin de l'école. Pourquoi ne peut-on, en France, apprendre la menuiserie à 8O ans? Où est le problème si la main ne tremble pas et si Alzheimer n'a pas encore frappé? Et que dire de cette fausse évidence qui veut que les vieux soient "largués" devant l'informatique? les jeunes ne peuvent-ils pas en apprendre à ces vieux? Serait-ce perdre la face? Que non. La philosophie profonde de la "formation continue et permanente" est simple: vivre et revivre, chercher, simplifier, évacuer ce qui encombre – et quand je vois l'allégresse avec laquelle certains "jeunes" s'encombrent de fils, de casques, de bidules et de gadgets essentiels à leur survie..., il me semble que les attributs de l'âge ne sont peut-être pas ceux qu'on fustige ou célèbre selon le look... Tout "retour à l'école", non pas pour un diplôme ou par conformisme, devrait être possible à tout âge, dans une recherche de l'essentiel, la vraie jouvence, en somme...,gef

Écrit par : gef | 28/01/2015

Merci de nous faire connaître cette magnifique histoire. Et en plus, elle tient un crayon...

Écrit par : Rey Marc | 28/01/2015

Erreur: c'est Pierre-Henri Tavoillot, et non "Taminiaux" comme dans précédent commentaire, qui a publié, avec Eric Deschavane, "Philosophie des âges de la vie" , Pluriel. mes excuses aux lecteurs du blog, gef

Écrit par : gef | 29/01/2015

Les commentaires sont fermés.