Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2016

"Rien n'est plus métal que Christ"? A lire dans Social Compass 2015/4

DSC08047.jpgC'est avec grand plaisir que j'ai parcouru dernièrement le dernier numéro de Social Compass, excellente revue en sciences sociales des religions (2015/4).

Dans ce numéro 62/4, un très beau dossier sur "être musulman en Amérique du Nord et en Europe", mais aussi plusieurs articles "Varia" dont une comparaison entre l'éthique du travail des musulmans et des protestants par Anna Shirokanova (à partir de la World Value Survey), et une étude originale et passionnante sur les croisements entre Rock Métal et protestantisme évangélique, sur la base d'une étude de 351 morceaux de Heavy Metal chrétien.

Respect à Heidi Rademacker de Stony Brook University pour ce remarquable travail de fond sur les thèmes, les enjeux de genre, les recompositions culturelles à l'oeuvre dans ce milieu où les métalleux croient dur comme fer que "rien n'est plus métal que Christ" (p.638).

Commentaires

Bonjour M. Fath et bonne année aussi (on peut encore, jusqu'au 31...)

C'est la 2ème fois que je commente sur votre blog que j'ai découvert il n'y a pas très longtemps. Je vous avais déjà vu à la télé ou lu des interviews de vous.

Je m'appelle Samuel, j'ai 43 ans, je suis belge et je vis dans le Sud de la Belgique (frontière avec la France et le Grand-Duché du Luxembourg). Je suis chrétien, protestant-évangélique (plutôt courant pentecôtiste) et j'ai découvert le gospel rock au milieu des années 80 (par des amis missionnaires américains qui étaient au Luxembourg), j'ai découvert des groupes comme Petra (mon groupe favori dont je possède tous les albums), Stryper, Whitecross, et plus récemment Third Day, P.O.D., Skyllet, etc...et biens d'autres. Je suis guitariste (amateur) dans le groupe de louange de mon église, j'aime tous les styles de musique mais plus particulièrement le rock voir le white métal parfois. Pour moi, l'important, c'est le message (Gospel=évangile), peut importe la forme (rock, rap, R'nB, reggae, country, folk, techno...). Je pense que si le Roi David avait eu l'électricité, il aurait sans doute électrifié sa harpe ou les instruments à cordes de l'époque!!! LOL
Bien à vous.

Écrit par : SamuelB | 29/01/2016

Rien ne serait donc plus "métal" que Christ... Que ne faut-il pas lire, entendre et voir actuellement... Enfin, c'est à l'image du reste, inévitablement...

J'invite donc tous nos chers amis "chrétiens" adeptes de ce vacarme sonore contemporain à lire les ouvrages suivants :

- "Sonne la trompette et avertis mon peuple", de David Wilkerson (1931 - 2011), version française Éditions des Nations, Québec, Canada, 1994 (original américain "Set the Trumpet to Thy Mouth", World Challenge Inc., Lindale, Texas, USA 1985).

- "La musique Rock : Des faits et leur arrière-plan", de Roger Liebi (né en 1958), version française EBLC, Chailly-Montreux, Suisse, 1992 (original allemand "Rockmusik !" édition originale Zurich 1984, 4e édition Zurich 1995).

Prenez "Eagles of Death Metal"(Déjà, le nom est tout un programme, à l'image de leur morceau "Kiss the Devil". Mais tout ça, dans les "médias", ça passe comme une lettre à la poste). Agitez et pasteurisez dans un shaker "chrétien" pour changer les paroles bien sataniques et revêtir la panoplie "chrétienne" en vogue et vous aurez un bon groupe de métal "chrétien" bien vendeur... Ou comment se déguiser en ange de "lumière" grâce aux mirages des costumes, de la "mode", des tables de mixage et des projecteurs...

Ils détourneront leurs oreilles de la vérité pour se tourner vers les fables du Docteur Décibel... Et plus le mensonge est gros, plus ils en consommeront.

Sans moi, non merci et sans façon.

Bonne journée.

Écrit par : Eric Lisbonne | 30/01/2016

@Eric Lisbonne:

"que ne faut-il pas lire" dites-vous!!! Comparer "Petra" ou "Stryper" à "Eagles of Death Metal" ou bien des Metallica ou AC/DC, faut l'faire tout de même!!!
Faut juste savoir faire la différence entre les uns qui proclament Dieu et les autres qui proclament Satan!!! La musique n'est qu'un support!
Et c'est pareil dans le Rap!!! Certains prônent le sexe, les filles, l'alcool, la drogue, la haine des autorités, etc...(NTM, IAM, Section d'Assaut) et d'autres prônent Jésus, le pardon des péchés, la vie éternelle, etc...(Manou Bolomik, Prédicateurs du Ghetto, Meshak).
Vous pouvez faire le même constat pour la musique country: le country traditionnel aux USA, c'est l'alcool, les fêtes, le beuveries, etc... Les groupes chrétiens de country, eux (Johnny Cash, Charlie Daniels, Randy Travis), revisitent des "vieux" chants pour les sortir en version folk/country où l'évangile est clairement annoncé, à l'instar du groupe Jude 25 (Deux) en France, par exemple.
Et ainsi de suite pour tous les "styles" musicaux!!! Si on vous écoute, on fait plus rien!!!

Écrit par : SamuelB | 31/01/2016

@ SamuelB :

En réponse à votre message, je vous invite à lire au préalable le livre de David Wilkerson que j'indique dans mon premier commentaire : "Sonne la trompette", en particulier, le chapitre 4 : "De la musique démoniaque dans la maison de l’Éternel" (surtout les pages 86 à 101 ).

J'ai personnellement lu plusieurs fois ce livre depuis quelques années (outre "La croix et le poignard" et "La Vision").

Ce livre m'a énormément touché, bouleversé même. Lisez-le, je vous assure que vous ne le regretterez pas... Il donne vraiment à réfléchir et à se remettre en question devant Dieu face aux phénomènes du monde actuel. Et s'il y a bien quelqu'un qui connaissait ce sujet (relation entre musique rock et culte chrétien), c'est bien le pasteur Wilkerson.

Bonne soirée.

Écrit par : Eric Lisbonne | 01/02/2016

Il faut quand même relire l'histoire du roi Achaz et de ses compromis avec le monde païen d'alors (en l’occurrence, l'Assyrie et son roi Tiglath-Piléser : Deuxième livre des Rois, chapitre 16).

Il ne s'agit pas de ne plus rien faire, mais d'user de discernement en accord avec la saine doctrine biblique, et de ne pas suivre la tendance parce que beaucoup la suivent !

Et voici un article sérieux à consulter sur le sujet (il est basé sur le livre de D. Wilkerson, justement) :

http://www.lesarment.com/2006/02/lintoxication-au-rock/

Cordialement,

Écrit par : Eric Lisbonne | 01/02/2016

Le pb, dans ces commentaires précédents, c'est que tous les deux se justifient: prudence, vigilance, mais aussi refus de formalisme sous couvert de crainte du "monde". personnellement j'aime le gospel, moins le "metall", mais bon, est-ce vraiment un débat théologique?
Ca ne m'étonne guère que la littérature interne, du "milieu" évangélique s'empare de ce débat.
Autant d'énergie qui ne sert plus ailleurs. Par ex. à s'interroger sur l'extraordinaire prévalence, totalement irréfléchie, de la "louange", qui fait croire à beaucoup qu'il faut se "bouger" avec sa voix et son corps pour "entrer en Présence", là où d'autres (minoritaires encore?), pensaient qu'il fallait méditer en silence.
l'erreur absolu est de se penser, quel que soit la musique qu'on préfère, en quelque sorte l'"impressario" de Dieu. je veux dire que personne ne détient ses "droits d'auteurs" et je pense que les cantiques à venir dans son Royaume invalideront nos modes successives dont nous nous entichons.
Ce que je réprouve et fuis, dans tous les cas, c'est mise en scène et spectacle au prétexte d'évangélisation. Je crains que cela fonctionne comme un "marché" bourdieusien, hélas. Puissé-je me tromper. gef
Un "retour au désert", là où a germé la prière héséchiaste, là où le "murmure doux et subtil" a édifié Emie, là où la musique est sobre et vibrante, ferait du bien. Car là, dans ces débats de hit-parade, on augmente la sono du "bruit et de la fureeur du monde" au sens de Skakespeare.

Écrit par : gef | 02/02/2016

Je ne pense vraiment pas, Gef, que David Wilkerson ait voulu dans son propos d'alors (son livre en anglais date de 1985 et il n'a fait que mettre en évidence une tendance hélas en augmentation), et que je cite, faire acte d'une quelconque détention de "droits d'auteur", ni se prendre pour "l'impresario" de Dieu ! Mais avez-vous lu son livre ? Et l'article du Sarment ?

Vous vous élevez contre la "mise en scène et spectacle au prétexte d'évangélisation" : c'est exactement ce que D. Wilkerson dénonçait dans son livre. Il l'avait fait bien longtemps avant que la "littérature interne du "milieu" évangélique s'empare de ce débat et il s'était même fait très mal voir dudit milieu pour avoir dénoncé si franchement ces travers : on ne peut donc pas le soupçonner de complaisance à l'époque !

Il ne s'agit pas de chasse aux sorcières, il s'agit de faire preuve de discernement et de ne pas gober tout ce qu'on nous donne à consommer sous couvert de modes diverses et variées avec l'estampille "chrétien". Surtout quand on en connaît l'arrière-plan culturel. Voilà tout.

Écrit par : Eric Lisbonne | 03/02/2016

Merci de vos explications, Eric Lisbonne. En effet, je réagissais à l'idée, abondamment mise en œuvre, d'une "mise en spectacle", notamment au prétexte de la "louange". Et ce, sans incriminer Wilkerson. Le problème d'un blog c'est que les ouvrages présentés comportent à la fois une idée générale, et, bien entendu quantité de nuances. Si seuls les lecteurs des ouvrages devaient réagir, je crains que le blog n'ait pas beaucoup de commentaires immédiats. Mais le thème, le débat, l'idée générale portée peuvent légitimement faire réagir, sans mettre en cause tel auteur, et en attendant de l'avoir lu, ce qui débouche alors sur un tout autre exercice, un C/R critique.
Entièrement d'accord avec votre dernier §. L'"estampille chrétienne" sert en effet à beaucoup de choses, trop.
L'évocation de comportement d'"impressario" et de quasi détenteurs de "droits d'auteur" n'a d'autre but que d'incliner à plus de modestie, d'humilité certains, qui font le plus grand bruit possible des médias et de l'audience électronique, qui peuvent servir, mais pas à si grand bruit.
heureux que mon mot vous ait permis de préciser les enjeux. gef

Écrit par : gef | 05/02/2016

Les commentaires sont fermés.