Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2017

Un livre de référence sur les frères larges

CM Capture 4.jpgLes familles confessionnelles qui composent le kaléidoscope protestant français n'ont pas encore toutes fait l'objet de travaux de synthèse qui permettent d'évaluer leur trajectoire et leur identité sociohistorique.

Mais grâce à l'ouvrage que vient de publier Sylvain Aharonian, auteur d'une excellente thèse de doctorat EPHE sur les Églises de frères, on dispose désormais de LA référence sur ce qu'on appelle les "frères larges". Ces derniers comptent plus de 100 Églises locales en France métropolitaine aujourd'hui.

 

Merci à Sylvain Aharonian et aux éditions du Cerf de nous les faire découvrir.

Lien.

 

24/03/2016

A la découverte des "frères larges" avec Sylvain Aharonian

CM Capture 1.jpgDans le jeu de sept familles du protestantisme francophone, les "frères larges" étaient jusque-là peu connus du grand public. Pour faire les présentations, cinq questions à Sylvain Aharonian, qui vient d'y consacrer sa thèse de doctorat EPHE (sous la dir. de Jean-Paul Willaime).

Lire la suite sur le Fil-Francophonie relayé par Regardsprotestants.com.

Lien.

23/02/2014

Du nouveau sur les Frères moraves en France et en Suisse

reveil_coeurs_couv_bd__060529800_1157_03102013.jpgLes frères moraves sont encore trop peu étudiés. L'historiographie du protestantisme français comporte peu de travaux originaux qui leur sont consacrés. Alice Wémyss, dans son Histoire du Réveil (1977), les mentionne pourtant souvent, et leur rôle fut à bien des égards considérable dans les mutations de l'identité protestante au XVIIIe et XIXe siècle.

Aussi faut-il se réjouir de la publication d'une source précieuse, Le réveil des coeurs, journal de voyage du frère morave Fries (1761-1762), de Suisse en Poitou, présenté par Heidi et Dieter Gembicki (ed CroîtVif, 2013).

Un "journal passionnant et passionné". Lien ici.