Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2013

"Paris d'espérance 2013": un peu de documentation photographique

Une chorale magistrale.jpgHistoire de contribuer, avec beaucoup d'autres, à la "documentation par l'image" de l'événement "Paris d'espérance", Protestants en fête 2013 à Paris, voici mis à disposition 30 photos sur l'album Flickr mis en lien ici (cliquer).

On y retrouvera surtout des vues du grand culte dominical au Palais Omnisport de Bercy (un point bonus à celle ou celui qui saura reconnaître Jean-Paul Willaime et Carlos Payan dans la foule, sur la même photo...).  

On rencontrera aussi entre autres Anne Hidalgo, en compagnie de Claude Baty et François Clavairoly, et on aura un tout petit aperçu des stands à Bercy.

Sachant que de nombreux autres sites, répartis dans la capitale, ont également rendu visible, le temps d'un grand week-end ensoleillé, les 400.000 protestants franciliens qui contribuent, avec beaucoup d'autres, à proposer une espérance partagée.

30/09/2013

Culte de "Protestants en fête" 2013: l'austérité aux oubliettes

Culte PEF 2013, by S.Fath.jpgIl faudra revenir, dans d'autres cadres et d'autres temps, sur l'événement "Protestants en fête" à Paris, des 27 au 29 septembre 2013. Pour l'heure, en dehors d'un constat global d'une visibilité active, plurielle et festive de la "famille recomposée" protestante dans la capitale, on notera que la manifestation principale, le culte du dimanche 29 septembre 2013, a sans doute plus fait que bien des livres doctes pour déboulonner le cliché (idée reçue) de l'austérité protestante.

Ce culte au Palais Omnisport de Bercy, conduit de bout en bout par une équipe soudée et bien préparée, a su faire la synthèse paisible des sensibilités présentes en s'appuyant beaucoup sur la musique, magistrale réussite orchestrée par John Featherstone. 

Initié par une "hola" aussi impétueuse qu'euphorique (avant la retransmission télévisée, focalisée sur la partie la plus "sage" du culte), l'événement s'est achevé sur une danse aérienne et déliée (ci-contre), à des années lumières des réputations de sévérité qui accompagnent parfois l'héritage huguenot.

Fini le protestant qui tance, place aux protestant(e)s qui dansent?