Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2008

Barack Obama et le vote religieux

b2ca7cd379c6e7786a9c2fc145c07b6e.jpgComme prévu d'après les derniers sondages, le nouveau Kennedy afro-américain Barack Obama (côté démocrate) et le nouveau «Carter républicain» Mike Huckabee ont raflé la mise lors du Caucus de l'Iowa.

La route est encore longue jusqu’à l’investiture finale, mais le fringant Obama, l’homme du renouveau, et le chevronné Huckabee, l’homme des «bonnes vieilles valeurs», ont marqué un point.

Mais qui sont ces hommes, et surtout, comment se situent-ils par rapport aux électorats religieux? Premier coup de projecteur aujourd’hui sur Barack Obama, qui sera suivi d’ici à début février d’un coup d’œil similaire sur Mike Huckabee.


5df53d79860b2903104015be6ee6ff58.jpgObama, un citadin 'branché' tourné vers la modernité des megachurches

Barack Obama, plus que la plupart des candidats à la présidentielle américaine 2008, a arpenté des estrades de megachurches au cours des années 2006-2007. En a-t-il récolté le fruit dans les primaires de l’Iowa? Probablement.

Les megachurches constituent en effet aujourd’hui une arène incontournable pour qui entend séduire l’électorat religieux, particulièrement côté démocrate, victime depuis dix ans d’un «God-gap» qui le handicape (déficit d’électeurs religieux de leur côté).

Des centaines de milliers de fidèles sont rassemblés dans les Églises géantes américaines, en plein essor actuellement, dans des conditions optimales d’écoute: à l’abri du stress professionnel, fidélisé par une qualité de communication parfois digne des meilleures émissions télévisées (écrans géants, acoustique parfaite, orateurs rompus à la scène etc.), le pratiquant chrétien venu à la megachurch est un fidèle réceptif, et les hommes (ou femmes) politiques l’ont parfaitement compris.

 

15c9ca016a9b1b31fc9923e83dc88900.jpgFlash-back : Obama à Greenville, le 7 octobre 2007

C’est fort de ce constat que le candidat protestant afro-américain Barack Obama, en lutte serrée avec Hillary Clinton pour l’investiture démocrate, a rendu visite un dimanche d’automne 2007 (7 octobre) à une megachurch évangélique afro-américaine de Caroline du Sud, la Redemption World Outreach Center.

Basée à Greenville et dotée d’un sanctuaire principal de 4200 sièges, cette communauté de type charismatique se définit comme «remplie de l’Esprit, caractérisée par un culte dynamique, des miracles surnaturels, et un encadrement pastoral adapté à tous les âges… rejoignant les gens sur tous leurs chemins de vie».
Priorité aux besoins individuels de guérison et d’accompagnement, mais aussi souci de se projeter dans le monde, suggéré dans le titre même de la megachurch: World Outreach, soit «portée mondiale», ou «capacité d’intervention mondiale»…

Le sénateur Obama ne se rendait pas dans cette megachurch en terrain conquis, d’autant plus qu’il n’a lui-même pas le profil d’un protestant évangélique, bien qu’il ait déclaré à plusieurs reprises entretenir «une relation personnelle avec Jésus», dans la plus pure tradition des réveils évangéliques.

dee41e9d8416bda38ae645be3bc8069a.jpg

«Le GOP n’est pas propriétaire des questions liées à la foi»

La megachurch évangélique afro-américaine qui l’accueillait était certes assez modérément politisée, plus proche du cocon réparateur que du camp de base pour militants d'une révolution conservatrice, mais elle était loin d’être 100% acquise aux thèses d’Obama.

Elle n’en constituait pas moins une bonne chambre d’écho potentielle, histoire de faire «passer le message» auprès des électeurs chrétiens afro-américains du Sud des Etats-Unis.

De ce point de vue, Obama a très intelligemment atteint son objectif: par son volume (10.000 fidèles présents ce dimanche), la megachurch a fonctionné comme une caisse de résonnance si efficace que CNN, Fox News et nombre de médias nationaux, ont fait le déplacement (images spectaculaires assurées) et relaté, par le menu, le message simple qu’Obama souhaitait faire passer ce jour-là.

Comme le titrait la chaîne CNN sur son site internet, le lendemain de l’intervention d’Obama dans la megachurch de Caroline du Sud: «le GOP (Parti Républicain) n’est pas propriétaire des questions liées à la foi».


dcb6a211d6c5e49e2c08c92d899a8a9e.jpg

Obama : 20 ans de fréquentation d’une megachurch à Chicago

Qui a conseillé à Obama une telle intrusion dans l’univers des megachurches?

Nombreux sont ceux qui, dans son entourage, l’ont aiguillé dans cette direction, à l’instar des entourages des autres candidats, parfaitement informés du rôle clef désormais joué par les megachurches dans la formation de l’opinion publique états-unienne.

Dans le cas d’Obama s’ajoute un effet de génération: né en 1961, le candidat à l’investiture démocrate incarne une nouvelle modernité, un peu comme le Kennedy de la fin des années 1950.

Il a grandi en même temps que les megachurches, la courbe de sa notoriété accompagnant la croissance asymptotique des Églises géantes.
Il n’y a pas seulement eu parallèlisme des courbes, mais croisement, puisque Barak Obama a participé durant vingt ans, comme membre actif, à la croissance de la Trinity United Church of Christ, une megachurch de 8000 membres basée à Chicago.

15f68f35d6785cfe9c8200fda9fc8106.jpgSon pasteur principal, le charismatique révérend Jeremiah Wright Jr, l’a profondément inspiré par sa théologie sociale et afrocentrique, allant jusqu’à lui souffler le titre de son second livre (et manifeste de candidat à la présidence): l’audace de l’espoir.

 

Obama a tiré de précieux enseignements de cette fréquentation.

Il a d’abord compris qu’une megachurch est un creuset militant performant, source d’un intense activisme sociétal fondé sur une lecture religieuse de la réalité.

Il a ensuite compris qu’une megachurch est une formidable caisse de résonnance qui fonctionne en réseau, et amplifie les discours.

Il a enfin saisi qu’aujourd’hui, l’électorat religieux attend que les candidats franchissent le seuil de ses grands sanctuaires et y passent du temps, comme Obama l’a fait régulièrement, y compris dans la «gigachurch» de Saddleback, conduite par Rick Warren, lors du sommet mondial 2006 sur le SIDA.

91c66e5d3b035c1bc1ad16a9d90a9f72.jpg Longtemps perçu comme un très mauvais profil aux yeux des électeurs religieux, Barack Hussein Obama a fait la preuve de l’efficacité de sa stratégie.

En ciblant particulièrement, depuis trois ans, les megachurches, il est parvenu à faire partager l’idée qu’il «connaît la musique», que Dieu compte pour lui, et qu’en votant pour son nom, un électeur religieux peut avoir l’assurance qu’Obama, bien que «libéral», respectera sa sensibilité.

a374e64e0d60c5ace7aed006d72cbc95.jpg

 

Son charisme, et sa réputation de "family man", d'une moralité personnelle supérieure à celle (bien ébréchée) de Jesse Jackson, font le reste.

Cela ne fait pas de lui le chouchou de l’électorat chrétien, mais il n’est plus non-plus un repoussoir, comme le démontre, grandeur nature, le triomphe de l’Iowa.

Commentaires

Très intéressant ! Une seule erreur, une coquille : c'est Barack (avec "ck" à la fin, pas Barak) Obama.

Écrit par : Baptiste | 04/01/2008

Ah!
Merci Baptiste, la coquille est corrigée.

Écrit par : SF | 04/01/2008

Merci, Sébastien, pour cet éclairage autour des racines religieuses d'Obama. J'ai entendu ce matin dans la bouche d'un commentateur sur la chaîne info de Canal + qu'Obama était catholique. Il insistait à partir de cela sur sa ressemblance avec Kennedy et forçait la différence avec "l'évangéliste forcément fondamentaliste" Huckabee. La référence à Jacskson est également omniprésente dans les analyses, pourrais-tu nous en dire plus sur ce qui les distingue et en quoi cette candidature est d'une posture différente de celle de Jackson a son époque? Merci !

Écrit par : jr de marseille | 04/01/2008

c'est interessant, mais ca fait peur

Écrit par : JackBurton | 04/01/2008

Ah!
Merci à jr de marseille pour ces pistes à développer.
Il faut en effet commencer par rappeler qu'Obama est PROTESTANT.
La comparaison avec Kennedy se justifie à plusieurs niveaux (jeunesse, modernité, ambition, ouverture vers un nouveau profil d'homme politique démocrate, hors des sentiers battus).
Mais les deux hommes diffèrent quant à leur rattachement chrétien, protestant pour l'un, catholique pour l'autre.

Quant à Jesse Jackson, c'est en effet le grand précurseur d'Obama en matière de candidature démocrate afro-américaine. Obama comme Jackson sont deux leaders afro-américains talentueux, charismatiques, ambitieux et progressistes.

Mais Obama entretient trois différences importantes avec Jackson.
-D'abord, Obama est beaucoup plus centriste que Jackson.
-Ensuite, il est moins religieux que Jackson. Jesse Jackson est de confession baptiste, et passe pour un "évangélique de gauche", ce qu'Obama n'est pas.
-Enfin, Obama, quoique jeune, est un politicien déjà bien en place, sénateur de l'Illinois, alors que Jackson (qui n'a jamais été sénateur) est plus un activiste médiatique, vétéran du combat des Droits Civiques.

Écrit par : SF | 04/01/2008

Et Obama et Jackson sont tous deux de Chicago ... :)

Pour ce qui est de votre article, ne pensez-vous pas que Jim Wallis et son mouvement Sojourners ait aussi pu avoir un impact sur la reconnaissance du religieux chez les démocrates (alors qu'il avait été pas mal délaissé dans le passé) ? Le mouvement Sojourners est assez influent aux Etats-Unis, ou l'on trouve facilement leur magazine en librairie.

Autre question - vous dites que Obama est protestant. Selon vous en quoi Obama n'est il PAS protestant évangélique ?

Merci.

Écrit par : Tim | 05/01/2008

Jesse Jackson est aussi un pasteur (études partielles dans un séminaire, le Chicago Theological Seminary, puis "ordained minister")... il est donc religieux par fonction.

Obama, à la différence de Jackson, mais aussi d'autres hommes politiques noirs (Adam Clayton Powell, Al Sharpton) ou blancs (Al Gore) n'est ni passé par des études de théologie, ni "minister".

Écrit par : Baptiste | 05/01/2008

Je n'attendais pas moins de Sébastien Fath d'un article sur les élections américaines et notamment vus sous l'angle des évangéliques et je le remercie donc pour ces précisions sur Obama et attend grandement celles sur Huckabee.

Personnellement, je trouve, entre autres, tous ces sujets très interessants, à savoir les Etats-Unis d'Amérique, leur politique, les évangéliques.

C'est pourquoi je me permet de conseiller à tous ceux qui le veulent et qui sont un peu anglophones un site américain que je trouve très bon sur lequel il y a plein d'infos et de liens sur la politique américaine, son histoire, et donc forcément sur l'actuelle campagne.

Sur ce site, il y a également un très bon forum, auquel je n'ai pas mis longtemps à devenir un habitué et sur lequel je trouve qu'il est très rafraîchissant de parler à des américains qui ne sont pas tous ces espèces d'imbéciles arrogants à tendance fanatiques religieux, c'est à dire qui ne correspondent pas forcément aux clichés véhiculés et très présents en France.

On trouve sur ce forum des gens qui réfléchissent, se posent des questions sur l'actualité, se remettent en question, ont de l'humour, de l'autodérision, etc (si! si! tout ça!) (et oui! ce genre de choses n'est pas réservé aux auteurs de South Park, des Simpson, ou d'autres feuilletons américains intéressants) (attention, même si je les trouve vraiment bons, je ne dis pas que le génie américain se trouve dans ces feuilletons, ni que ces feuilletons décrivent l'amérique, je suis conscient de leur portée carricaturale, mais c'est sûrement, en ce qui me concerne, la chose la plus sympathique que les américains nous envoient, le comble étant qu'en général ces feuilletons dénoncent les failles de la société américaine).

Sur ce site je suis donc la campagne américaine depuis quelques mois. Et là où les médias français la résumaient encore à Clinton/Obama contre Giulianni, j'ai pu y voir l'importance de Mitt Romney, l'ascension de Mike Huckabee, le fait qu'Obama parraisse un peu plus sérieux qu'un simple "noir qui n'a aucune chance d'être élu président des Etats-Unis", etc.

Ce site se trouve là: http://www.uselectionatlas.org

Pour être un peu plus raccord avec cet article sur Obama, il y a quelque chose qui est souvent revenu dans les discussions que j'ai pu avoir sur le forum en question, c'est le fait qu'aux Etats-Unis, les évangéliques seraient plutôt divisés en deux camps:

-les évangéliques afro-méricains (démocrates)

-les évangéliques blancs (républicains)

Est-ce un découpage que vous pouvez confirmer Sébastien Fath? Est-il très marqué?

Si tel est bien le cas, Obama n'est-il pas condamné à ne pas pouvoir allé au delà de l'électorat des évangéliques afro-américains?

Si il y a bien un découpage aussi marqué, est-il en voie de s'estomper? de s'accentuer?

J'aurais aussi une dernière question. En allant dans cette megachurch de Greenville, Obama a-t-il brisé un tabou pour les démocrates? Officialisant encore un peu plus le côté incontournable des évangéliques dans la politique américaine? Et officialisant donc un peu plus l'intrusion de l'idéologie évangélique dans la politique américaine?

Merci d'avance pour les réponses que vous pourrez m'apporter.

Écrit par : tsionebreicruoc | 05/01/2008

Réponse à tsionebreicruoc

Merci pour le lien!
Quant au découpage dont vous parlez, oui il est marqué. MAis il est nuancer. 1/4 des évangéliques noirs sont conservateurs, 1/4 des évangéliques blancs sont démocrates.
Et il existe un autre volant de 20%, dans chaque camp, susceptible de modifier son vote en passant ponctuellement de l'autre bord.
Pour répondre sur Obama, il séduit beaucoup le 1/4 d'évangéliques blancs démocrates, mais il "mord" au-delà, sur le volant de 20%.
Son "amitié" avec le pasteur Rick Warren de la gigachurch de Saddleback en est un exemple, parmi d'autres. Même si Obama ne récoltera jamais 50% des voix des évangéliques blancs, il pourrait à mon avis, s'il continue sur sa lancée actuelle, aller au-delà des 25%, ce qui serait déjà une performance énorme compte tenu de son handicap de départ.

Quant à "l'intrusion de l'idéologie évangélique dans la politique américaine", l'historien que je suis vous dira qu'elle n'est pas nouvelle.
Déjà avant la guerre de sécession, l'influence évangélique en politique (qui a ses hauts et ses bas) était visible, et elle était même plus que visible au moment des débats sur la Prohibition, au début du XXe siècle...
Aujourd'hui, cette influence est en demi-teinte. Obama n'a certainement pas l'intention en tout cas de la renforcer. Ce qu'il fait, avec habileté, c'est tendre la main à l'électorat évangélique modéré (il existe), comme l'avaient fait avant lui Carter et Clinton. Il faut garder que les évangéliques ne sont pas un "bloc" (comme on le croit parfois en France), mais une nébuleuse plurielle et divisée, champ de compétition pour de multiples leaders, des plus conservateurs (Pat Robertson, Richard Land) aux plus anticonformistes (Jesse Jackson, Jim Wallis). Parler, de ce point de vue, d'"une" idéologie évangélique est un peu réducteur.

En fin de compte, rien de très nouveau donc dans la démarche d'Obama, à part le rôle joué cette fois-ci par les megachurches, rôle que je voulais particulièrement souligner dans cette note.

Écrit par : SF | 05/01/2008

le vote religieux devient incontournable au usa, il faut lire le livre de Susan George; La pensée enchainée, ou comment la droite religieuse et laîque c'est emparée de l"Amérique.
Ce qui montre qui ne faut pas trops s'entousiasmer sur ces élections, même si Obama l'emporte, cela ne sera qu'un nouveau Clinton ou Kennedy qui ne changera pas fondamentalement la vie politique américaine.

Écrit par : bebert | 06/01/2008

Merci pour vos précisions et votre analyse politique Sébastien Fath.

Tout d'abord, j'aimerais vous signaler que je vais rebondir dans ce commentaire sur quelques phrases que vous avez mises dans votre réponse et qui sont un peu hors-sujet avec Barack Obama. J'ai hésité à répondre au sein d'une autre note plus appropriée (la deuxième sur les megachurches), mais pour la fluidité de la conversation j'ai préféré laisser ce commentaire ici. Si à l'avenir vous préférez que je prenne ce genre de précautions, signalez-le moi, de même que je peux mettre ce commentaire dans une note plus appropriée que vous pouvez me signaler.

Ce sur quoi je voulais revenir:

Bien que ne connaissant pas le sujet aussi bien que vous, les divers choses que j'ai apprises sur les évangéliques m'ont montré qu'en effet leur influence sur la politique américaine ne date pas d'hier.

Malgré cela, je crois que s'ouvre pour eux une époque pleine de nouvelles opportunités, que ce soit tant rapport à, pour faire synthétique, la fertilité du terrain psychologique des populations actuelles à travers le monde, que, ce qui me semble au moins aussi important, rapport aux moyens techniques de notre époque, à savoir la puissance des médias, la puissance que peuvent avoir les techniques d'image et de sons sur l'Homme et la puissance des réseaux, symbolisée par celui où nous sommes, "Interconnected Networks" ("Réseaux Interconnectés" en français), à savoir Internet.

Pour résumer, aujourd'hui, c'est dans les médias, les réseaux, l'émotion et l'irrationnel que ça se passe, ce qui correspond totalement aux évangéliques et ce qu'ils ne manquent pas d'exploiter.

C'est sûrement là où se trouve la nouveauté et c'est peut-être ce que vous vouliez montrer en parlant de l'importance des megachurches qui sont peut-être un symbole de tout ce que je viens d'évoquer. J'ai d'ailleurs pu voir, corrigez-moi si je me trompe, sur les quelques notes que j'ai lues de vous que vous partagiez peu ou proue cette analyse sur le rapport entre l'époque actuelle et les mouvements évangéliques.

Ensuite, je suis aussi conscient de leur côté très "éclaté", adjectif que j'aurai tendance à employer dans tous les sens du terme surtout rapport aux évangéliques qui font le plus parler d'eux, mais je parle là avant tout de leurs divisions.

Je crois néanmoins, et une note de votre part (toujours la deuxième sur les megachurches) semble aller dans ce sens, que le terme "évangélique" pourrait progressivement perdre de sa substance pour devenir un espèce de "package" désignant ces nouveaux chrétiens très modernes et très entreprenants qui ont une vision pour la société, forcémment globale, et qui sont très sérieux quant à vouloir voir se réaliser cette vision. Je pense que cette nouvelle dénomination d'"évangélique", pourrait devenir une norme fédératrice qui passerait au-delà des divisions actuelles sans les gommer totalement. Dans l'absolu, j'ai même tendance à penser qu'on pourrait avoir des "évangéliques" qui se disent catholiques, dans la mesure où les appelations seraient vidées de leur substance et où les volontés d'unions universalistes sont présentes.

Avez-vous des éléments qui tendent à prouver que les choses vont dans ce sens?

Je ne suis ni l'historien ni le chercheur universitaire que vous êtes, ni même un étudiant, mais de manière très artisanale il me plaît de faire de la prospective, c'est même quelque chose d'essentiel et de spontanné pour moi. Le fait que la réalité m'est souvent confirmé jusqu'à présent m'encourage à continuer.

J'ai dans ce sens tout un tas d'idées, plus ou moins arrêtées, sur le futur de la question des évangéliques, aux Etats-Unis et à travers le monde, question que je considère comme étant primordiale pour les années à venir, aux Etats-Unis (et donc à travers le monde).

Et j'aurai donc toujours dans ce sens tout un tas de questions à vous poser sur le phénomène des megachurches, notamment avec leur rapport au "business chrétien évangélique". Je vous en avais déjà posé une ou deux il y a quelques temps de cela (toujours dans cette deuxième note sur les megachurches) et outre les réponses à ces questions, vous aviez répondu qu'il fallait attendre la fin de vos travaux pour en savoir plus.

Je me permet donc la question: est-ce toujours le cas où puis-je dores et déjà vous poser d'autres questions sur les megachurches?

Attention, je ne veux absolument pas vous presser, si il faut attendre, j'attendrai, et le temps qu'il faudra, c'est juste une question.

Merci pour votre attention et votre réponse.

Cordialement

Écrit par : tsionebreicruoc | 08/01/2008

Né aux USA (une exigence constutionnelle pour tout candidat à la présidence) Obama a passé le plus gros de son enfance hors du Continent. Son père était un étudiant kényan. Il a séjourné à Hawai puis en Indonésie. J'ai rencontré une rumeur assurant qu'il était Musulman. Il a fait ses études universitaires aux USA et a fait des choix identitaires significatifs. En particulier a épousé une Américaine d'origine africaine. Je crois que son appartenance chrétienne est un choix profond qui remonte au début de ses années d'adulte. Ce contexte me semble plus significatif que la sociologie des megachurches.

Écrit par : Michel DESPLAND | 10/01/2008

Cette référence à Kennedy n'est-elle pas plus embarrassante qu'autre chose ? Fortune accumulée de manière criticable par son père. Relations tumultueuses avec la mafia. Décès dans un assassinat. Faut-il souhaiter cela à Obama ?

Écrit par : Ludovic | 25/01/2008

Vous dites:'le nouveau Carter républicain Mike Huckabee...'
Cela me rapelle les année 80 ... les otages américains... l'Iran. .Je suis trés choqué et trés indigné d'apprendre que que l'ancien président Jimmy Carter est aussi un Illuminatus (comme tous les autres présidents). A cette époque Billy Graham avait dit de lui :'Aujourd'hui, nous avons un président qui prie'.
Jamais il m'a été donné de voir un si grande 'immoralité' morale telle qu'elle n'existe meme pas dans les pays du Sahel. C'est triste la dérive morale au plus haut niveau de ce grand pays.

Écrit par : Paul | 13/02/2008

Bonjour,
Mike Hukabee n'est pas un nouveau Carter. Illuminés est une catégorie
dérogatoire trop vague. La majorité morale, la droite religieuse, telle
qu'illustrée par Bush tire des conséquences politiques et légales de leur
"principes religieux". Huckabee est dans cette ligne. Etre religieux
signifie dèes lors interdire l'avortement, s'opposer aux droits des gais
et lesbiennes, lancer une croisade contre le mal dans le monde et ne
jamais nommer un juge qui manifesterait des tendances libérales. H.
Clinton et B. Obama ont accepté de faire des entrevues sur leur religion.
Ils ont raconté leur vie, leurs choix. Edwards a dit qu'il avait prié
lors de la mort de son fils. Ils n'en ont pas tiré une plateforme
politique et n'appuient aucune des politiques mentionnées ci-dessus. Il
n'est pas tabou de parler de sa religion aux USA. Mais quand on écoute,
on voit qu'il y a un fossé entre certains candidats républicains et les
candidats démocrates. Pour les premiers, la religion est une façon de
valider leur conservatisme. Pour les seconds c'est une donnée
autobiographique dont ils acceptent de parler et leurs politiques sur
chacun des points sensibles de la majorité morale sont à l'opposé des
conservateurs. Michel Despland

Écrit par : Michel DESPLAND | 14/02/2008

jaime obama cest un homme formidable pour usa

Écrit par : oumar bathily | 29/02/2008

On peut trés sérieusement se poser des questions sur l'impact des évangéliques sur la politiques américaines et notamment sont aveuglement sur la question d'Israël, ces tendances conservatrices ( avortement, l'homosexualité). Je n'arrive pas à comprendre que des gens soutiennent un gouvernement raciste ( l'Etat hébreux) et sa politique de spoliation des palestiniens sous prétexte que c 'est marqué dans quelques versets de la bible. Des palestiniens qui vivent dans des conditions épouvantables, une prison à coeur ouvert tout ça parce que des illuminés pensent qu'il faur reconstruire le royaume de Dieu. Ce type de théologie est plus que discutable. J'espére que le prochain président américain finira par ouvrir les yeux. A mon avis les églises évangéliques, les nouveaux croissés sont bien pires que l'église catholique en son temps et ce n'est pas une gloire

Écrit par : jean-philippe | 13/03/2008

A Jean-Philippe,
j'ai certaines sympathies pour votre critique. C'est vrai que j'ai beaucoup de mal à voir comment on peut justifier la politique israélienne au nom du Christ. J'ai d'ailleurs du mal à voir comment on peut justifier une quelconque politique au nom du Christ... mais c'est un autre débat.
Cependant, monsieur Jean-Philippe, j'aimerais vous ouvrir les yeux, si je puis, sur une réalité. C'est que tous les évangéliques ne sont pas pro-israéliens (au sens politique du terme). Enormément d'évangéliques aiment Israël et le peuple israélien, mais tous ne soutiennent pas les actions de ce gouvernement. Il convient d'en être conscient.
Pour couronner le tout, je vous annonce que je suis moi-même évangélique, que j'aime Israël et les juifs, mais que j'aime aussi toutes les nations de la terre, et que pour moi un peuple qui souffre est un peuple qui a besoin de l'aide des autres pays. Sans distinction ni de "race", ni de convictions - religieuses ou politiques.
Merci de prendre cette remarque en compte, si vous le voulez bien, et de ne pas mettre tous les évangéliques à la sauce Bush.
Cordialement,

Écrit par : lionEl | 15/03/2008

Je constate pour avoir fréquenté les églises évangéliques, excusez moi mais la partialité d'un côté, ces églises financent en majorité des actions pour aider les pauvres juifs mais je constate que peu d'actions évangéliques concernent les arabes même chrétiens. J 'ai fréquenté ces milieux et je ne parle de choses que je connais pas, sans compter une tendance à attaquer tout ce qui touche l'islam, il en résulte une certain racisme de certains évangéliques par rapport aux arabes ( je connais des arabes chrétiens qui ont fait l'expérience de ce racisme).
Aucun des pasteurs évangéliques connus n'a désavoué la politique extrémiste de certains évangéliques comme Pat Robertson qui a carrément appelé au meurtre d'un président. Que ne dit rien consent.
Il y a sans doute des gens biens mais je trouve qu'il y a large place à une perpetuelle repentance vis à vis d'Israël, ce pays est quand même raciste, c 'est de l'apartheid mais les autorités évangéliques vont rendre visite à ces responsables.
C 'est souvent du fanatisme quand on discute avec certains mais je remarque que vous ne l'êtes pas.
Je mets pas tout le monde dans le même sac mais il est pénible de constater que souvent c 'est le mimétisme des foules qui prévaut, on croie et on oublie de réfléchir.

C 'est un constat que je dresse désolé s'il vous choque mais il faut avoir le courage de dire ce qui est pour avancer. Le monde regarde les évangéliques mais dans bien des points ils ont raison sur ce qu'il avance sur eux.

Veuillez en tenir compte

Écrit par : jean-philippe | 24/03/2008

Merci pour votre réponse franche.
Non, votre commentaire ne me choque pas : j'ai bien conscience que ce que vous dites est vrai en grande partie. C'est en tout cas l'image que véhiculent nombre d'églises évangéliques.
Cependant, ce n'est pas parce que le président de la république française déclare que la France est un pays chrétien que tous les français sont chrétiens (au fait, combien de chrétiens, en France?). Ici, pour moi, c'est pareil : ce n'est pas parce que les représentants d'églises évangéliques sont pro-israéliens que toute la communauté dit : amen!

C'est vrai, on n'entend pas beaucoup parler d'œuvres auprès des palestiniens. Ou auprès des arabes en général. On a peur des musulmans, ce sont nos ennemis (c'est en tout cas un sentiment général chez "nous"). Mais ce n'est pas parce qu'on n'entend pas d'actions envers ces populations parler qu'elles n'existent pas. Ceux qui ont les moyens de communiquer communiquent, les autres agissent avec ce qu'ils ont. Et vu la popularité de ces actions auprès de certains lobbies, sans doute vaut-il mieux ne pas trop communiquer pour l'instant, ou alors progressivement...

Je ne m'étendrais pas sur le sujet, parce que vous avec raison sur votre constat général. Mais j'attache de l'importance à ce que nous prenions conscience qu'il existe un autre type d'évangéliques, qui est peut-être même majoritaire, mais qu'on entend pas, parce qu'ils n'estiment pas nécessaire de communiquer - d'utiliser les outils de la masse...

Écrit par : LionEl | 28/03/2008

Enfin une position mesurée pas fanatique sur ce sujet, c 'est remarquable d'hommage que des dirigiants évangéliques ne prennent pas cette option. Une chose m'embête dans votre propos, vous parlez d'une majorité silencieuse et d'une minorité active mais le monde est dominé par une minorité de gens trés actifs, si on ne voit qu'un évangélisme pugnace, volontairement arrogant, l'opinion international ne vous verra pas d'une autre façon
D'ailleurs le documentaire Jesus camp est révélateur d'une tendance à l'endoctrinement de masse. Je crois au courage des idées, des hommes qui sont capable de défendre la justice. Sinon je ne vois pas l'intérêt del' évangélisme , on remarque qu'il existe peu d 'évangéliques à la Martin Luther King qui reste une personnalité trés appréciée en déhors du monde évangélique. Et c'est dommage je vous avoue que c 'est l'une des raisons qui m'ont fait quitter ce mouvement

Écrit par : westindies | 29/03/2008

On se rejoint plutôt bien.
Le problème que vous soulevez sur la communication (que Jacques Ellul nomme - à juste titre - la propagande) est une question très douloureuse pour moi. En effet, je désire voir plus de King parmi nous, mais dans le même temps je vois toutes les dérives politiciennes que ça peut prendre. Or, si un tel mouvement commence à prendre des rennes politiques, ça finit (forcément) mal, du genre "parti politique chrétien..." Or, je ne suis pas sûr que la foi aie grand-chose à faire dans le domaine politicien. Politique, au sens "vie de la cité", oui, assurément - et avec des prises de position pour la défense des humains et pour une justice plus grande. Mais politicienne, où l'on défendrait une cause plus qu'un humain tout ça au nom de grands principes issus d'une technique médiatisée... je ne suis pas sûr. Or, on ne peut pas prendre le pouvoir sans dévier en ce sens.
Personnellement, et sans vouloir choquer mes frères évangéliques "durs", je laisse volontiers la conquête du pouvoir à ceux que vous nommez les "évangéliques arrogants" (qui font partie de ma famille, mais dont je n'approuve pas les positions). Et j'imagine que les dirigeants qui ont les mêmes appréhensions ne sont pas sans courage, qu'ils s'expriment dans leur zone d'influence, mais qu'ils se refusent à tout commentaire qui soit médiatisé, quitte à devoir rectifier régulièrement leur image, plutôt que d'entrer dans l'arène des grandes illusions politiciennes et propagandistes.

Et dans le même temps (c'est bien l'objet de ma souffrance à ce sujet), il est juste de dire que le seul moyen aujourd'hui - du moins semble-t-il, mais n'y a-t-il plus rien à inventer? - de faire passer des idées soit l'action médiatique. Du coup, on n'est pas pris au sérieux puisque personne ne nous entend... Mais l'image, bah...

Dernièrement un collègue de travail me disait : "mais c'est triste on n'entend pas les responsables d'églises sur tel sujet". Je lui ai répondu qu'il valait mieux qu'on ne les entende pas, car (sur le sujet invoqué, qui n'étais pas Israël) s'ils prenaient le temps d'en parler aux médias, ils n'auraient plus de temps pour agir fidèlement à leurs convictions... ceci pour ceux qui essayent d'agir...

Ravi, en tout cas, d'avoir eu cette discussion intelligente avec vous. ;-) (si, je me sens un peu plus intelligent maintenant, grâce à vous)

Écrit par : LionEl | 31/03/2008

OBAMA reste un espoir pour les USA de sortir le monde d'un lendemain incertain.
Qu'il gagne car il est le meilleur de tous les candidats.
Si non les Américains auraient démontrés un vote raciste.
Bonne chance OBAMA BARAK

Écrit par : OGMA | 03/04/2008

Ce site participerait-il aussi au boycott et à la censure contre le candidat républicain RON PAUL ? C'est un vrai chrétien et son programme est de loin le plus intéressant.

http://www.ronpaul2008.org

Écrit par : Laurent | 04/04/2008

j aime obama et je lui souhaite une bonne demarche et une longue continuation.
justement parce que j ai aimer ca popularité et tos les commentaire que vous avez fait sur lui.
meriem du maroc

Écrit par : meriem soussi | 15/04/2008

La jeunesse d'OBAMA et le dynamisme qui caractérise ses interventions me fait rêver en ce dernier.
Je le considère comme un symbole de paix et une renaissance de la puissance Américaine à condition qu'il devienne président en novembre.
Que le Saint Esprit soutienne et éclaire les américains dans leur choix.
Que Dieu Bénisse l'Amérique et son futur président,l'homme de tous les espoirs c'est-à-dire BARAK OBAMA.

Écrit par : Daniel Oguent | 30/07/2008

Toutes mes condoléances, cher Barack Obama. Ne vous en faites pas. De là où elle est, votre grand- mère suit de près votre succès. Car il est indéniable que vous serez élu Président des Etats Unis d'Amérique, car vous seul me paraissez pouvoir le mériter.

Écrit par : saoud amina | 04/11/2008

J'en profite pour présenter mes condoléances émues à Monsieur BARAK OBAMA. Que Dieu ait la défunte en Sa Sainte Bénédiction et croyez-moi, de là où elle est, elle suit de très près votre succès, car aucun autre que vous ne serait élu Président des Etats Unis d'Amérique. Vous seul vous le méritez et nous en sommes persuadés, vous apporterez un souffle nouveau à l'Amérique.

Cordialement.

Amina de Casablanca.

Écrit par : saoud amina | 04/11/2008

Toute mes félicitations MR . le Président des Etats Unis BARAK OBAMA . J 'en profite pour vous présenter mes condoléances pour votre grand-mère. Je suis très heureuse de votre succès , on y croyait. Bravo l'Amérique.

Écrit par : Belouden Djamila | 05/11/2008

je souhaite que le nouveau prasident d 'eta unis homme de paix

Écrit par : nadia | 06/11/2008

Cette année, je serais curieux de voir si les évangéliques voteront plus, ou moins OBAMA qu'aux élections précédentes

Écrit par : Cédric | 29/03/2012

barak obama est l,antichrist annoncée dans les écritures qui doit venir en son temps seulement comme il est écrit dans thessalonciens deuxieme épitre aux thessaloniciens du a partir du versset 2 aussi apocalyse de st-jean corinthien il doit venir en son temps seulement allors viendra l,impie l,homme de la perditions jusq.a sassoir surs le temple de Dieu en faisant croire qui est le messie attendu par juifs mais aupparavant l,église doit etre enlever et ceux qui serront encorre surs la terre serront matry ou mit a l,épreuve pour Jésus-Christ pours le monment tout va bien c,est juste une mascarade parce que son temps n,est pas encore venu il faut que l,église est disparu avant les tribulations son regne va duré 7 ans le temps fixé par Dieu la couleurs de sa peau n,a rien a voir ceci est prédit depuis des millénaire autant les prophettes de l,ancien testament et le nouveaux il faut lire ententivement les propheties de Daniel Ézzéchiel dans le nouveaux testament dans les épittres thélaciniciens apocalpyme de st-jean 13 jusque a vingt en voila la preuve j,ai vu surs l,internet que Obama a passé une loi que tout les Amméricains doit etre pucé avant la fin de 2013 surs la mains droite et pars la suite sa va s.étendre au monde entiers et ceux qui ne serront pucé serront mis a mort ou encore les chrétiens vont se caché pours échapés a l,antichrist au massacre organisé a travers le monde tout est en place pours cela il faut regardé surs youtube vous allé frissonné juste avoir les images ...

Écrit par : guiliaume duquette | 30/04/2013

moi ossi j'en veux une de pusse (avé GPS), comme ssa quen j'auré l'Alzheimer et ke je me pèrdrai on me rettrouvera fassileman.

Écrit par : Al | 30/04/2013

Les commentaires sont fermés.