Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2008

Siné, Bigard, dérapages et société civile

IMGP1157.jpgJ’ai acheté aujourd’hui le premier numéro de Siné Hebdo.

Pas parce que je soutiens Siné!

De mon point de vue, Philippe Val a eu raison cet été (12 juillet 2008) de l'évincer de Charlie Hebdo: Siné avait dépassé les bornes.


Je l’ai acheté pour deux raisons:


-la curiosité (intéressant de découvrir ce concurrent de Charlie Hebdo)


-et le soutien à la liberté d’expression: autant je condamne Siné pour ses dérapages, autant je crois que ce dessinateur et caricaturiste de génie doit avoir le droit de s’exprimer.
Anastasie (personnification de la censure) ne saurait avoir le dernier mot!

 

images.jpgPublication plaisante, mais décevante

Mon verdict: la nouvelle publication du dissident Siné est plaisante (dans son genre), mais décevante.

Elle est plaisante, car le journal est aéré, bien mis en page, avec des dessins outrés qui font souvent mouche (Siné conserve son grand talent de trait), et certains textes qui se lisent fort bien (pas toujours signés des plumes les plus connues: Onfray est médiocre).

On retrouve là, jusque dans les outrances, une authentique veine satyrique à la française.

Mais elle est décevante, car il y a moins d’articles de fond que dans Charlie Hebdo.

Décevante aussi, car Siné Hebdo étale une provoc’ facile, simpliste et parfois carrément stupide. Exemple (tiré du terrain que j'étudie): la religion n’est pas traitée sous l’angle anticlérical.

On est complètement antireligieux: pape présenté comme leader de Gay Pride, Sarah Palin décrite comme ayant introduit dans les écoles le créationnisme (ce qui est archi faux)...

Dommage, car autant l’anticléricalisme peut être utile (les dérives des clergés, quels qu’ils soient, méritent un bon coup de décapant), autant la bêtise antireligieuse primaire, au mépris le plus élémentaire des faits, n’apporte rien.

 

Aucune autocritique

Mais surtout, je reproche à Siné le refus de la moindre autocritique. Il peut arriver à tout le monde de déraper.

Mais quand il s’agit de relents nauséabonds, qu’ils soient de l’antisémitisme, du racisme ou que sais-je, un citoyen qui se respecte doit s’excuser quand il dérape.

Dans l'art délicat de l'outrage (C.Fourest), Siné a dérapé, plus d'une fois, sur le terrain glissant qui mène à l'antisémitisme: il avait à faire amende honorable.

Ici?
Rien. Une autosatisfaction infantile, un complexe de persécution à soumettre d’urgence à un psychanalyste, et malgré quelques trop rares perles, une pensée d’enfant gâté qui détruit, ne construit rien.

Il est excessif et regrettable de répondre à Siné par voie de justice: faire un procès à Siné –ce qui est dans l’air- serait une défaite de la liberté d’expression. Mais on peut attendre, ici comme en juillet dernier, une nécessaire réaction des citoyens.

 

Régulation par la société civile plutôt que par les tribunaux


Les relents d’antisémitisme non soignés, personne n’est obligé de les banaliser. Les acteurs de la société civile ont le devoir de dire «stop». C’est pourquoi Philippe Val a eu raison de virer Siné pour dérapage (n’en déplaise à certains intellos). Et c’est pourquoi les lecteurs, demain, auront raison de se détourner de de la fanzine des potes à Siné.

 

jaquette-BigardSdF.jpgBigard et le 11 septembre

Cette régulation par la société civile plutôt que par les tribunaux, espérons qu’elle joue aussi dans le cas Jean-Marie Bigard!
Notre dynamique comique troupier, fan (encombrant) de Benoît XVI à ses heures, a été surpris en flagrant délit de révisionnisme historique en ce qui concerne les attentats du 11 septembre 2001.
Interrogé par Laurent Ruquier, il a soutenu sur Europe 1 cette semaine (le 5 septembre 2008 exactement) que les attentats seraient un coup monté des Etats-Unis!
Comme si le gouvernement français avait planifié la défaite de 1940, ou si Madrid avait organisé d’avance les attentats qui l’ont frappé le 11 avril 2004...
À l’appui de cette thèse conspirationniste, déjà développée par le délirant Thierry Meyssan, Bigard  évoque en particulier un documentaire canadien, intitulé Loose Change.

 

toursjum.jpgThèses conspirationnistes délirantes


Seul problème: ces thèses conspirationnistes sont un tissu d’erreurs grossières, de déformations, d’amalgames malhonnêtes.

Le documentaire cité par Bigard a été démonté points par points dans un document détaillé, remarquable (hélas non traduit en français), accessible ici.

Et ici: Loose Change Viewer Guide


C’est à une ahurissante enfilade de mensonges que Bigard accorde sa confiance péremptoire, qu’il prêche sur les ondes radio comme vérité d’Évangile.
Espérons que là aussi, la société civile réagira et désavouera Bigard.

Ce dernier vient d'ailleurs de s'excuser (dépêche AFP du 10 septembre), ce qui semble indiquer que des réactions, il y en a eu.

Beaucoup? On peut cependant en douter, à en juger par la mollesse de la réaction, sur le coup, de Laurent Ruquier, qui a laissé Bigard déraper et vitupérer péremptoirement dans les grandes largeurs, sans le contredire. 

Dans un pays comme la France, puissance moyenne jalouse d’avoir perdu son rang international, l’antiaméricanisme primaire susciterait-il encore moins de réactions de défense des citoyens que l’antisémitisme?


tagi.jpgPour éclairer ces questions sur les dérives antisémites et conspirationnistes, je vous invite à regarder les trois livres suivants de Pierre-André Taguieff:


Pierre-André Taguieff, La judéophobie des modernes, Paris, Odile Jacob, 2008

Pierre-André Taguieff, L'imaginaire du complot mondial, Paris, Mille-et-Une Nuits, 2006

Pierre-André Taguieff, La foire aux illuminés : ésotérisme, théories du complot, extrémismes, Paris, Mille-et-Une Nuits, 2005

Commentaires

Bonjour !
Je lis toujours avec beaucoup d'intérêt vos articles sur ce blog. Je suis content que vous abordiez le sujet de la "conspiration" du 11 septembre 2001. J'ai du mal à imaginer qu'il puisse effectivement s'agir d'une conspiration. Hier soir pourtant (11/09/2008), j'ai vu une émission sur la chaine allemande VOX (diffusée par satellite) un émission troublante (http://www.vox.de/eoa/tvplaner/content/detail_r.php?id=120&event=1689). Les arguments développés paraissent solides et je pense qu'il est permis d'avoir quelques doutes sur la véracité de la version officielle des faits. Quid par exemple du "WTC 7", 3ème bâtiment écroulé après les tours jumelles (http://www.wtc7.net/) ?
D'ailleurs, peut-on faire aveuglément confiance au président des States (et son administration) alors qu'il nous a menti sur l'existence d'armes de destruction massives en Irak ? prétexte pour envahir ce pays. Je crois que tout le monde y gagnerait à ce que la vérité soit révélée, quelle qu'elle soit.
Cordialement,
Patrick B.

Écrit par : Patrick B. | 12/09/2008

@Patrick : Les théories conspirationnistes -que vous soutenez tout en vous en défendant ! - peuvent s'analyser comme l'un des dérèglements engendrés par la société de l'information de masse. Du jour au lendemain, une multitude de personnes, qui n'ont aucune formation scientifique en balistique, en thermodynamique, etc...se mettent à disserter doctement sur tous ces sujets, afin de nous expliquer que la "vérité est ailleurs". Et cela, faut-il le rappeler, sans avoir jamais mis les pieds sur les sites concernés. ( Meyssan n'est pas allé sur place). Comment est-ce possible ? Grâce à Internet, bien sûr...
La naïveté des conspirationnistes serait comique si nous ne parlions d'une tragédie bien réelle, qui a donné naissance à d'autres tragédies par contrecoup.
Personne ne vous demande , Patrick, de faire " aveuglément confiance au président américain". Celui-ci a profité de circonstances tragiques - comprenez que l'histoire est tissée de coïncidences et d'accidents.

Écrit par : Eric | 13/09/2008

Bien content de trouver un lien vers un reportage critique sur Loose change. Car, malheureusement, si on trouve facilement sur la toile le film en français (pour ceux qui ne veulent pas se fatiguer avec l'anglais) tel qu'il fut diffusé sur "Planète" le 11/09/2008, aucune trace du reportage suivant (a priori contredisant cette thèse conspirationniste) qui lui répondait et était programmé en deuxième partie de cette soirée anniversaire. Dommage !

Oui, dommage, surtout quand on n'est pas spécialiste en ballistique, thermodynamique, résistance des matériaux, ... Parce que si personne ne répond à ceux qui sont présentés comme des experts aussi dans Loose change, comment les démasquer, quand on est un citoyen "moyen". Quoi que, les citoyens moyens peuvent croire à la conspiration, sans avoir vu aucun reportage, juste parce que Bigard l'a dit. Donc, là, je trouve que les défenseurs de la thèse officielle devraient plus se bouger pour répondre. Quand bien même on constatera tout de même que toute la vérité n'a pas forcément été dite, ça ne signifierait pas pour autant que le gouvernement ou le complexe militaro-industriel US est derrière tout ça.

Par contre, en n'ayant donc pour le moment vu que Loose change 2, l'histoire du Pentagone me pose quand même problème ... Je ne dis pas que c'est la CIA ou autre qui a fait ça, mais je suis interpelé par le fait de ne voir aucune trace de débris d'avion lors des reportages en direct. A moins qu'ils ne nous disent pas que les TV étaient face à l'autre aile du Pentagone. Mais, si les terroristes ont été capables de détourner tant d'avions, pourquoi n'auraient-ils pas pu "détourner" un missile de croisière, après tout ? Dans les films de James Bond, on nous montre souvent comment le faire, non ? Et dans ce cas, si des terroristes ont été capables d'infiltrer à ce point l'armée US, je comprends que les autorités ne veuillent pas en faire la pub.

Bon, comme dit, tout cela et écrit avant d'avoir pu voir la réponse à ce reportage. En ne doutant pas que des "lièvres" y seront levés.

Mais pour conclure, je dirai juste qu'il est tout de même malheureux que certains services US aient une réputation si sulfureuse (à juste titre parfois), qu'on puisse en arriver à imaginer qu'ils auraient pu être capables, sinon d'organiser, du moins de manipuler ou "laisser passer" ça.

Écrit par : Frédéric | 15/09/2008

Après avoir (partiellement pour le moment) parcouru le document détaillé en anglais, on a un autre éclairage sur toute l'histoire. Plus que les commentaires un peu sarcastiques parfois (je n'ai pas encore tout lu), ce sont les liens avec d'autres sites qui sont intéressants : par exemple les commentaires de Popular Mechanics qui démontent beaucoup d'arguments.

En souhaitant juste que leurs experts en soient de vrais (ça sonne mieux que les 3-4 cités dans Loose Change, en tout cas). Et tant pis (tant mieux ?) pour la théorie que j'avais imaginée autour d'un missile au Pentagone. Mais tant mieux aussi, si des "Al-Qaidistes" ne peuvent pas prendre le contrôle de missiles de croisière US.

Alors, même si la CIA a joué aux apprentis sorciers en formant Ben Laden et ses sbirres pour combattre les Soviétiques en Afghanistan (mais est-ce recoupé, au fait, je n'en sais rien), c'est très bien que James Bond, ce soit parfois encore du cinéma.

Et pour en revenir au sujet du billet, cela montre qu'il est primordial d'avoir une lecture critique de ce à quoi la toile nous donne accès. Et ne pas s'arrêter au contenu du "premier site trouvé", fut-il le plus consulté. Et puisque l'information vient de partout, sans pratiquement aucun contrôle, il est primordial d'apprendre pour nous et d'enseigner les jeunes générations à la décrypter et la recevoir avec un oeil critique.

Écrit par : Frédéric | 15/09/2008

Oui merci M. Fath pour ces éléments.
Juste une remarque au sujet du terme "révisionniste", que vous employez pour qualifier les partisans du complot. Je suis moins bien calé que vous, mais il me semble que le révisionnisme consiste à prétendre qu'un fait historique n'a pas eu lieu alors qu'il a effectivement eu lieu (comme les camps de concentration par exemple, dont certains prétendent qu'ils n'ont jamais existé, alors même que nous avons la preuve de leur existence). Ou prétendre qu'un fait historique a eu lieu, alors qu'il n'en est rien (ici, je n'ai pas d'exemple...)
Chez les théoriciens du complot, il ne s'agit pas, à mon avis, de cela. Ou en tout cas, il est bien trop tôt pour appeler ça du révisionnisme. Je m'explique.
Que sait-on, au juste, de ce qui s'est passé le 11 septembre? Nous avons une version officielle, qui est bancale, et dont on sait que toute la vérité ne nous est pas dite, et on a les versions complotistes. Comment les historiens feront-ils leur travail? Quelle version retiendront-ils, et comment les révélations vont-elles évoluer dans l'avenir? C'est très délicat! Bien des choses ne nous sont révélées que 10, 20 ou 50 ans après les faits!!! Le jour où, justement, les personnes impliquées ne risquent plus rien...
A mon avis, le révisionnisme, ce serait dire qu'un fait n'a pas eu lieu, après que toutes les preuves du contraire soient réunies (je ne suis pas sûr que mon propos soit bien français... mais j'ai le sentiment de m'être fait comprendre!)
Tout-à-fait d'accord avec vous pour douter des thèses conspirationnistes (même si c'est tentant de les accréditer). Mais pas d'accord pour les traiter de révisionnistes.
Nier le génocide arménien, c'est du révisionnisme.
Nier que la terre est ronde, c'est du révisionnisme (en tout cas, depuis qu'on a les preuves de ses rondeurs délicieuses).
Dire que M. Bush et ses amis sont complices de ce qui s'est passé est une accusation grave, mais cette accusation mérite d'être considérée (qui a VRAIMENT enquêté à ce sujet??? personne n'a osé, semble-t-il, et pas seulement parce que cette hypothèse est insensée...)

Bon, je ne vais pas plus loin, en fait je voulais juste savoir - eh oui, c'était une question qui n'en n'a pas l'air - si ma compréhension que j'ai du révisionnisme est juste, ou pas...

Écrit par : lionEl | 15/09/2008

Si "révisionniste" devait être admis comme "niant ou contredisant la thèse officielle communément admise comme vraie" et non seulement comme niant l'existence de ce qui s'est passé, alors la porte serait largement ouverte, et cette notion totalement dévoyée.

Si l'on s'en tient à la négation de fauits historiques avérés, effectivement la seule thèse défendant que les attentats sont bien réels mais qu'ils ont été fomentés en sous-main par des dignitaires US n'est pas révisionniste. Mais nier : 1/ que ce soit des avions commerciaux, avec des passagers à bord qui sont morts dans les attentats (et non pas qui ont été évacués vivants via je ne sais quel aéroport) qui ont percuté les tours; 2/ nier qu'un avion de ligne d'AA ait percuté le Pentagone alors qu'il y en a manifestement des preuves, et que celles-ci ont été présentées au public mais volontairement occultées par les tenants de la conspiration; 3/ nier qu'un avion s'est écrasé à Shanksville; 4/ je passe d'autres "evidences" niées par ces théoriciens. Ca, c'est bien du révisionnisme !

Après, on pourra discuter longtemps sur les jeux dangereux des gouvernements, particulièrement dans les démmocraties, et de la défense par tous les moyens de leurs seuls "intérêts". Ainsi que sur la vérité qu'on ne nous dit pas toujours.

Écrit par : Frédéric | 16/09/2008

Réponse à LionEl

Tout à fait d'accord avec l'excellente réponse de Frédéric.
Les théories défendues par Meyssan et le film "Loose Change" sont révisionnistes: elles nient des faits prouvés, attestés par des centaines de témoins oculaires que ces révisionnistes n'ont jamais pris la peine d'interviewer (leur méthode de travail se résume à travailler des images récupérées par ordinateur, et à faire parler des pseudo "experts", au service de leurs théories délirantes. Meyssan n'est même jamais allé sur place enquêter, un comble!).
J'en profite pour signaler le livre de Fiammeta Venner, "L'effroyable imposteur. Quelques vérités sur Thierry Meyssan (Paris, Grasset, 2005)".
Pour le reste, si l'on veut vraiment chercher de la manipulation, ce n'est pas vers le 11 septembre 2001 qu'il faut chercher, mais plutôt vers les conditions d'entrée en guerre des Etats-Unis contre l'Irak!
Là, très clairement, il y a eu manipulation, par des biais divers, afin de convaincre l'opinion que Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive... ce qui s'est avéré complètement faux (et les services de renseignement américain le savaient dès le départ).
Le complexe militaro-industriel américain a orchestré un mensonge d'Etat, et il porte une très lourde responsabilité dans cette manipulation, aux conséquences tragiques.

Mais de grâce, arrêtons ces délires sur le 11 septembre: il s'agit bien là d'une attaque terroriste, archi-documentée, qui a pris les Américains au dépourvu et qui a causé de très nombreuses victimes innocentes.
Les Américains ne sont pas des anges, ils ne sont pas le diable non plus, arrêtons de leur prêter systématiquement des intentions machiavéliques.

Écrit par : SF | 19/09/2008

Lionel se trompe lorsqu'il écrit que certains nient l'existence des camps de concentration.
Ce que nient les révisonnistes c'est
1 - le fait que la solution finale ait concerné autre chose que "solution finale territoriale"
2 - que les chambres à gaz homicides aient exsité.
Personne ne nie l'existence des camps (ni des fours crématoires)
Ils ont évidemment tort dans les deux cas.
Gaspard

Écrit par : angeleri | 23/09/2008

Peut-être pour désamorcer une rumeur mensongère ne faut-il pas tomber dans les travers des partisans de celle-ci.

Un article du blog de Arnaud Palisson est éclairante sur ce sujet:

http://trantor.vox.com/library/post/le-pr%C3%AAt-%C3%A0-penser-universitaire-collection-2008-2009.html

Écrit par : Charles Chasson | 23/09/2008

Merci pour vos éclairages constructifs.

Écrit par : LionEl | 23/09/2008

Bonjour,
J’avais pris du retard dans la lecture de votre blog, mon commentaire concerne la partie Siné de votre note du 11.09.2008 - Siné, Bigard, dérapages et société civile.
Vous dîtes « Val a eu raison », « Siné avait dépassé les bornes », « je condamne Siné pour ses dérapages », « quand il s’agit de relents nauséabonds, qu’ils soient de l’antisémitisme, du racisme ». Vous ne justifiez pas vous-mêmes ces accusations graves, mais renvoyez à un article de Caroline Fourest du même jour, dans Le Monde.
Or cette dame, pour justifier les siennes, s’appuie sur un résumé tronqué du texte de Siné : « Car en quoi dire que quelqu'un se convertit au judaïsme pour "aller loin dans la vie"… ». Pour mémoire, elle a « oublié » du texte original, entre « au judaïsme » et « loin » : « … avant d'épouser sa fiancée, juive et héritière des fondateurs de Darty. Il ira… ». Cet oubli n’est ni innocent, ni sans importance : il est malhonnête. Passons sur le reste de l’article (pas plus appétissant), cela suffit pour qu’il n’apporte aucun fondement à vos accusations. Vous restez à zéro.
Vous dîtes également que vous avez acheté Siné Hebdo, en « soutien à la liberté d’expression ». En fait, votre critique (« la bêtise antireligieuse primaire, au mépris le plus élémentaire des faits… ») prête surtout à penser que vous cherchez à le descendre…
Bref, cela m’a poussé à relire la note du 6 août de Jean Baubérot, « LES FAUX CULS DE LA LIBERTE D'EXPRESSION ET LA TURQUIE ». Il parle d’un autre sujet (il a le bon sens de limiter son blog à son domaine de grande compétence), mais on y retrouve visé, coïncidence intéressante, des dénonciateurs de Siné.
Bon, vous allez me trouver peu aimable. C’est que, pour de bêtes raisons d’appartenance, je n’aime pas vous voir vous ridiculiser. Quand vous êtes dans votre domaine, vous êtes intéressant. Au-delà, soyez plus modeste, plus réservé.
Cordialement
Pierre Delmas

Écrit par : Pierre Delmas | 06/10/2008

Réponse à Pierre Delmas
On se calme, on se calme...Votre réaction viscérale cache quelque chose. Quoi? Je l'ignore. A vous de vous interroger, une fois plus tranquille.
Pour ma part, j'ai adopté une position réfléchie, et nuancée. Cette note sur Siné est courte. Vous vous imaginez que je me suis limité à Caroline Fourest pour faire mon opinion sur Siné!!! C'est très mal me connaître.
J'ai renvoyé à son papier car c'était un article facilement accessible sur le Net, dans un média respecté (Le Monde). Mais j'ai d'autres sources (cf. en particulier les propos de Siné après les attentats de la Rue des Rosiers), qui me laissent à penser que Siné n'est pas très net sur le terrain de l'antisémitisme. Si je n'ai pas cité toutes ces sources, c'est tout simplement parce que mon propos principal n'est pas Siné, même si j'ai bien suivi cette affaire, mais l'enjeu de la régulation des conflits d'opinion par la société civile plutôt que par les tribunaux. Un enjeu qui me tient à coeur et sur lequel je me suis déjà exprimé plusieurs fois dans ce blog.

Vous décortiquez la citation de Siné pour dire qu'il n'a pas dit ce qu'on lui a fait dire.... Vous avez en partie raison seulement. Oui, on a raccourci ses propos. Mais non, ces propos ne sont pas anodins. Ils jouent sur le registre de l'insinuation. L'insinuation, dans bien des cas, est tolérable. Sur l'antisémitisme, elle ne l'est pas, en tout cas, c'est mon opinion, et je ne suis pas le seul à la défendre.

Cela étant, je refuse tout autant la logique de la curée anti-Siné. Cet homme reste un génie de la caricature, il a des choses intéressantes à dire, j'apprécie grandement une part de son oeuvre, et il ne mérite pas un procès, ce que j'ai écrit noir sur blanc. Mon point de vue sur Siné Hebdo est également nuancé: contrairement à ce que vous écrivez, je ne cherche pas à le descendre. Je relève ses forces, puis ses faiblesses, qui me semblent plus grandes. C'est mon droit de ne pas beaucoup apprécier cette nouvelle publication, ce qui ne veut pas dire que je cherche à la descendre! Ceux qui "cherchent à descendre" Siné Hebdo font silence (aucune publicité! aucune mention!) ou le traitent par le mépris, sans le lire. Cela n'a pas été ma démarche.

Quant à m'inviter implicitement à limiter mon blog à mon "domaine de grande compétence", comme le fait Jean Baubérot, eh bien c'est votre opinion et je la respecte. Vous estimez que Jean Baubérot le réussit, et que je ne le réussis pas, eh bien tant mieux pour Jean Baubérot ! Je suis très content pour Jean, un remarquable collègue cher à mon coeur que je côtoie au GSRL depuis 10 ans.

Ceci dit, contrairement peut-être à Jean Baubérot ou certains autres bloggeurs scientifiques, je n'ai jamais souhaité limiter strictement mon blog à mon "domaine de grande compétence". D'entrée de jeu, je l'ai voulu "scientifique et citoyen", c'est-à-dire alternant entre des approches étoitement liées à mon terrain d'expertise scientifique, et des approches "citoyennes" ouvertes sur certains enjeux de société sur lesquels j'essaie d'apporter un éclairage, et susciter le débat.
Libre à vous de ne pas aimer. Mais de là à tomber dans l'outrance, et à estimer que je me "ridiculise" par une position de critique nuancée à l'égard de Siné (que je conteste pour son dérapage, mais à qui je ne souhaite ni procès, ni ostracisme), vous exagérez.
Je ne vous renverrai pas votre syntagme à la figure.... Mais disons que votre réaction très vive est, sinon ridicule, du moins révélatrice d'un manque d'équilibre. Je vous recommande ce bon conseil que m'a écrit un internaute avec lequel j'ai des désaccords, mais dont je respecte le goût du débat: "soyez plus modeste, plus réservé".

Écrit par : SF | 06/10/2008

Les commentaires sont fermés.