Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2010

Nous sommes tous Salima Boulazhar

Il y a Shame on France.jpgdes moments où les choix de mise à distance, le souci de réserve et la recherche de "neutralité scientifique" ont du mal à tenir.

 

Aujourd'hui, jeudi 4 février 2010, une infamie de plus a été commise en France au nom de la "régulation des flux d'immigration".

 

Une infamie de trop.

 


Je vous invite à lire, dans Le Monde, cet article du 3 février 2010, puis cet article du 4 février 2010.

 

Une jeune fille de 18 ans, heureuse à Clermont Ferrand où elle vivait paisiblement depuis 5 ans, en demande d'intégration, francophone, en contrat d'apprentissage, abandonnée de longue date par ses parents marocains, a été arrêtée par la police chez sa tante, puis poussée dans le premier avion pour Casablanca.

Sa soeur jumelle, terrorisée, se cache en France. Avant d'être arrêtée et embarquée elle aussi?

 

Même dans l'hypothèse où l'on se range du côté de ceux qui pensent qu'il faut "serrer la vis" face aux flux migratoires, comment peut-on imaginer que la République française, de par l'autorité du préfet de Clermont Ferrand, cautionne... et ordonne de telles ignominies?

 

 

images.jpgNous en reparlerons. Quand toutes les limites sont franchies, quand on bascule dans la barbarie (même administrative), on ne peut pas se taire indéfiniment, même sur des blogs distanciés et thématisés.

 

N'hésitez pas à "googler" sur cette affaire. Et regarder du côté du site du RESF.

 

Il faut se souvenir de ce nom: Salima Boulazhar.

 

Parce que JE SUIS Salima Boulazhar.

 

Vous l'êtes aussi.

 

Nous sommes tous Salima Boulazhar.

 

Pour dire que ce qui est bafoué dans cette affaire, c'est notre part d'humanité. A toutes et tous.

Commentaires

J'ai trouvé ce matin cet article : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/04/salima-boulazhar-expulsee-malgre-la-mobilisation-des-associations_1301008_3224.html .
Il est clair que ce type d'actions fait honte à notre pays. Mais les préfets comme la police ou les gendarmes doivent "faire du chiffre". Nous ne sommes plus le "pays des Droits de l'Homme" !

Écrit par : Patrick B | 05/02/2010

Merci Mr Fath de garder intacte votre capacité d'indignation.
Merci de réveiller la mienne.

Je pense aux versets suivants, pas facile à mettre en oeuvre dans notre monde égoïste.

La Bible
Livre du Deutéronome, Ch. 10
verset 17. Car l'Eternel, votre Dieu, est le Dieu des dieux, le Seigneur des seigneurs, le Dieu grand, fort et terrible, qui ne fait point acception des personnes et qui ne reçoit point de présent,
18. qui fait droit à l'orphelin et à la veuve, qui aime l'étranger et lui donne de la nourriture et des vêtements.
19. Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Egypte.

Écrit par : Benoit R | 05/02/2010

Je suis tombé par hasard sur cet article... Ce genre d'expulsion aberrante est le résultat d'une politique inepte, fondé sur des objectifs chiffrés et qui pousse à envoyer dans des pays où ils n'ont parfois aucune attache des gens bien intégrés et qui ne cause de tort à personne. Cela est particulièrement criant dans les départements ruraux où les quotas sont quasiment impossibles à tenir

Écrit par : Alexandra | 17/09/2010

Les commentaires sont fermés.