Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2017

Les chrétiens marocains demandent à sortir de la clandestinité

chretiens-480x240.jpgEn principe, il n'est toujours pas licite d'avoir la nationalité marocaine et d'être chrétien en 2017. Mais en dépit des poussées de fièvre d'intolérance, et de discriminations très lourdes qui persistent, la pluralisation des sociétés civiles d'Afrique du Nord est en marche, en particulier sous l'effet des conversions évangéliques, qu'il devient de plus en plus difficile de réduire à un complot de l'Oncle Sam.

Pour sourcer ces évolutions, le site marocain Barlamane.com nous a proposé, en ce début de mois, un reportage très révélateur. Il évoque l'affirmation d'une nouvelle Coordination Nationale des Chrétiens Marocains, qui demande tout à fait officiellement de pouvoir sortir de la clandestinité, et vivre sa foi au grand jour, dont "le droit à un nom chrétien, le mariage civil, la pratique du culte dans les églises".

Lien.

07/04/2017

Al Mowafaqa, "Faire de la théologie au Maroc"

Loin des images chocs qui donnent parfois le sentiment que le monde arabo-musulman s'enlise, des dynamiques de fond travaillent lentement ces sociétés dans le sens d'une ouverture et d'une tolérance auxquels les nouvelles générations aspirent.

Au Maroc, l'installation tranquille et forte de l'institut de théologie Al Mowafaqa dans le paysage culturel et religieux en constitue un signe majeur, depuis 2012/2014. Objet d'un article dans Jeune Afrique (lien), cet institut propose de "faire de la théologie à Rabat et au Maroc", comme l'indique le visuel ci-dessous.

AFFICHE EUROPE EMAIL.jpg

 

 

15/07/2016

Le coming-out des chrétiens marocains

CM Capture 1.jpgIls sont chrétiens et se disent Marocains avant tout.

Ils revendiquent haut et fort leur foi sur la toile.

Une sortie de la clandestinité dans une société tiraillée entre permissivité et interdit.

Pour lire la suite de ce passionnant reportage signé Hicham Oulmouddane consacré au "coming out" des chrétiens marocains, cliquer ici (le DESK).

19/04/2016

SYRIE: un évangélique marocain interpelle les monarchies du Golfe

Mais au fait, que font les richissimes mornarchies du Golfe face au drame des réfugiés syriens?

C'est une des questions dérangeantes posées, sur un mode militant et polémique, par une des stars de la télévision chrétienne arabophone Al Hayat (fondée en 2003). Il s'appelle Frère Rachid, c'est un protestant évangélique marocain (d'origine musumane), il anime une émission à succès, il n'a pas sa langue dans sa poche. 

15/12/2015

Félicitations à Bernard Coyault, docteur de l'EHESS

coyault 01 psd.jpgDe retour hier du Burkina Faso, j'ai appris cette excellente nouvelle pour la recherche en sciences sociales sur les nouveaux christianismes africains: Bernard Coyault (ci-contre), par ailleurs directeur de l'Institut oecuménique Al Mowafaqa au Maroc (lien), a brillamment soutenu samedi 12 décembre 2015 au matin, à l'EHESS (Paris), sa thèse en anthropologie (sous la direction d'André Mary), sur le sujet suivant: 

«FIGURES PROPHÉTIQUES ET CHANTS RÉVÉLÉS

DANS LE RÉVEIL ÉVANGÉLIQUE DU CONGO»

Toutes nos félicitations à l'heureux docteur (et à ses proches), en attendant de très fructueux prolongements pour cette recherche pionnière.

 

08/10/2015

Malik Bentalha, génie du stand-up et Français d'aujourd'hui

malik_bentalha.jpgDans le contexte de l'éviction, justifiée, de Nadine Morano d'une liste régionale du parti des Républicains pour les prochaines élections 2016, il convient en France de rappeler non seulement que la "race blanche" est un fantasme vénéneux, pas une réalité scientifique... mais de souligner aussi qu'à rebours des discours alarmistes sur "les étrangers", "les migrants", "l'islam", "les Arabes" ou "les Noirs", des millions de citoyens français de toutes origines témoignent paisiblement, tous les jours, d'une aptitude vivante à mettre en harmonie les différences.

Lire la suite

09/03/2015

Dialogue islamo-chrétien: découvrir la pasteure Karen Smith

image_mini.jpegKaren Smith est pasteure protestante à l'Université Al Akhawayn d'Ifrane, au Maroc. Un lieu privilégié, et un poste exceptionnel sur le plan du dialogue interreligieux: créée dans le milieu des années 90 par la volonté du roi Hassan II, au cœur des montagnes du Moyen Atlas, pour former les futures élites marocaines et éviter la fuite des cerveaux, cette université a été pensée et conçue comme un campus à l’américaine, où tout est fait pour donner le meilleur aux étudiants. Spécialisée dans le dialogue islamo-chrétien, elle est invitée chaque année par le DEFAP, et se trouve actuellement en France. 

Le site du DEFAP nous en apprend beaucoup plus sur cette actrice du majeure du dialogue islamo-chrétien en milieu francophone (lien).

08/02/2015

Routes migratoires africaines et dynamiques religieuses

couv_am_2014_vol_ii_cnrsed_copie-small200.jpgDans l'imaginaire européen, la migration se perçoit souvent en termes d'impact à l'arrivée. C'est oublier les routes migratoires avec leurs haltes, leurs relais, leurs jeux d'interactions. Des routes qui tissent des "territoires circulatoires" non linéaires, des routes qui sont aussi des creusets.

C'est tout le mérite de L'Année du Maghreb de nous proposer une réflexion approfondie sur les dynamiques religieuses propres aux routes migratoires africaines. Ce dossier paru en fin d'année 2014 est conçu à partir de travaux de terrain allant du Sénégal au Liban en passant par le Maroc, la Tunisie, l’Égypte, le Soudan, et le Burkina Faso.

On y trouvera notamment une excellente analyse de l'africanisation de l'Eglise évangélique au Maroc, signée Bernard Coyault, et bien d'autres travaux de très bonne facture, disponibles en accès libre!

Lien ici. 

28/12/2014

Les "conflictualités créatives": une trouvaille épistémologique à creuser

conflictualités.pngEn ce dernier dimanche d'une année 2014 très riche en actualité religieuse et politique, où l'explosion du phénomène DAECH, que la  majorité des islamologues de service, en France, n'ont pas vu venir (ne leur jetons pas la pierre), deux écueils communs semblent ressortir, avec une régularité fatiguante, dans les réactions face à l'extrémisme religieux (en tension avec des dictatures politiques pas toujours plus reluisantes).

Ou l'angélisme (un peu de dialogue interreligieux et tout ira bien), ou l'antagonisme brut, au risque de nier l'autre comme l'autre vous nie.

Et si l'on creusait un des points forts du colloque international conduit fin septembre dernier par l'Institut Al Mowafaqa à Rabat, où sont formés des pasteurs et des théologiens chrétiens.... au coeur du Maroc?

Lire la suite

27/11/2014

Séjour de recherche au Maroc: appel à projets du centre J. Berque

37fa4092f14e2c21a8e3ee6da2b41ef9_S.jpgCette info concernera plus particulièrement ceux qui font de la recherche sur le fait religieux: un séjour résidentiel est proposé par le Centre Jacques Berque au MAROC

Lieu : Marrakech, maison de Denise Masson
durée : 4 mois maximum
Date limite candidature : 31/12/2014
 
Une superbe opportunité à saisir! Lien.
 
(merci à Bernard Coyault de m'avoir transmis l'info)

10/10/2014

Retour sur l'inauguration de l'institut Al Mowafaqa au Maroc

Al Mowafaqa.jpgEnviron trois semaines après l'inauguration de l'institut oecuménique Al Mowafaqa au Maroc, il n'est pas trop tard pour faire retour sur cet événement académique et religieux majeur en Afrique du Nord, en signalant quelques sources archivables (parmi d'autres), comme ce journal télévisé marocain du soir (Info Soir du 21 septembre 2014, lien ici), ces compte-rendus du quotidien  La Croix (lien) et de l'hebdomadaire Réforme (lien)

A l'heure où les marchands de cloisons font fortune sur les deux rives de la Méditerranée, voici un jalon d'ouverture d'autant plus méritoire qu'il est posé dans un pays qui, par ailleurs, interdit à un citoyen marocain d'être chrétien (selon des modalités analogues à ce qui se pratique aussi en Tunisie).

12/09/2014

Al Mowafaqa: penser avec l'autre la foi et les cultures

Penser avecl'autre.jpgL’Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa,déjà présenté sur ce blog, a été créé en 2012 à l’initiative des Églises catholique et protestante au Maroc, pour répondre à leurs besoins de formation. 

Après deux années de "mise en route", il prépare son inauguration officielle qui aura lieu dans moins de 10 jours à Rabat, en même temps que la rentrée des étudiants.
 
A cette occasion,  un colloque international est organisé le samedi 20 septembre 2014 toute la journée, sur le thème "Penser avec l'autre la foi et les cultures. Les conflictualités créatives". Il réunira une vingtaine d'intervenants venus d'Afrique, de France, de Suisse et du Liban.
 
Lien ici vers le programme complet (PDF).

21/07/2014

Le KAICIID: outil de dialogue interreligieux et vitrine saoudienne?

20140621.jpgOutre la réalisation majeure qu'est la bibliothèque de Casablanca (voir blognote du 17 juillet 2014), la politique scientifique du roi saoudien actuel, Abdallah Ben Abdel Aziz al Saoud s'est également orientée vers la création du Centre du roi Abdallah pour le dialogue interreligieux et interculturel (dit KAICIID). 

Fondé en 2012 avec des moyens importants (et un soutien de l'Autriche et de l'Espagne), ce centre reconnu par l'ONU est l'objet d'une présentation nuancée sur le site Lesclésdumoyenorient.com (lien), qui montre à la fois la dynamique d'ouverture, l'accent sur le dialogue, et la fonction "vitrine" jouée par un centre voué au "respect de la diversité"... Outil pour faire accepter des coutumes wahhabites peu ouvertes à l'intériorisation du pluralisme?

Lire la suite

20/07/2014

Sciences sociales au Maghreb: une bibliothèque exceptionnelle au Maroc

fondation.jpgVivier de talents et d'étudiants, le Maroc est bien autre chose qu'une destination touristique très prisée en cet été 2014. C'est aussi le siège de ce qui est sans doute devenu aujourd'hui la plus grande bibliothèque en sciences humaines d'Afrique du Nord. Œuvre d’un mécène, le roi d’Arabie Saoudite, Abdullah Ibn Abdul-Aziz, cette bibliothèque est celle de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines.

Basée à Casablanca (Maroc), cette institution de documentation et d’animation scientifique et culturelle est ouverte au public depuis le 11 juillet 1985, et connaît un essor régulier.

Lire la suite

03/05/2014

De Kinshasa à Rabat: jetée dans la rue après la prophétie d'un pasteur

CM Capture 1.jpg"Ma famille ma jetée dans la rue parce qu'un pasteur a prophétisé que j'étais une sorcière".

Chassée de chez-elle à Malaka (quartier de Kinshasa) à l'âge de 12 ans, c'est ainsi que Evelyne raconte comment elle s'est retrouvée embarquée dans un réseau d'immigration et de prostitution via le Maroc, où le journaliste Mohamed Ey'ekula l'a rencontrée. Un cas loin d'être isolé, puisque "selon un responsable de la Caritas marocaine, entre 6 et 8 mineures congolaises se présentent chaque semaine" pour raconter des histoires similaires.

Lien ici vers l'enquête, publiée sur le portail de l'agence de presse Syfia Grands Lacs

Lire aussi Jérôme Ballet et al. «Enfants sorciers à Kinshasa (RD Congo) et développement des Églises du Réveil», Mondes en développement 2/2009 (n° 146), p. 47-58

09/04/2014

Pluralité religieuse : la France devant les Etats-Unis

PF_14.02.24_ReligiousDiversity.pngLes Etats-Unis apparaissent souvent comme un exemple de diversité. Pourtant, l'enquête que vient de publier le Pew Forum on Religion and Public Life le relativise: en matière de pluralité religieuse concrète, les Etats-Unis (68e rang) se situent derrière la France (25e rang mondial).

95% de la population états-unienne est chrétienne ou non-affiliée. La France, elle, est plus diverse, ce qui ne veut pas dire qu'elle est forcément davantage pluraliste pour autant, car la pluralité concrète n'équivaut pas au pluralisme (le pluralisme, c'est la mise en musique de la pluralité).

Quant aux derniers de la liste, ce sont le Maroc et le Vatican. Lien vers l'enquête complète (lien).

22/02/2014

Al Mowafaqa (Rabat) se présente en vidéo

Bernard Coyault, Sébastien FathIl est important et nécessaire de rappeler, face aux agitateurs de peurs, que les tensions interconfessionnelles sont loin d'être la modalité majeure de relation entre les religions et aires culturelles.

La mise en place de l'institut Al Mowafaqa de RABAT (Maroc), dirigé par Bernard Coyault (ci-contre), oeuvre pionnière, illustre la force (et l'avenir) de ce paradigme de coexistence et de dialogue.

Un rapport sur le site de la FPF (lien) nous apprend que sur les 48 étudiants (23 catholiques et 25 protestants/évangéliques) déjà inscrits à l'Institut marocain, 21 suivent le premier cycle en théologie à temps plein (licence de théologie protestante ou DUET de l'Institut catholique), 27 sont à temps partiel, validant l'un ou l'autre cours à leur rythme. 62,5 % sont originaires d'Afrique subsaharienne, 35,5 % d'Europe. 41,5 % des étudiants ont moins de 30 ans et 14,5 % plus de 60 ans. Les femmes sont pour l'instant un peu moins représentées (31 %).

Une vidéo, qui vient d'être postée sur le site dédié, nous en apprend plus...

Lire la suite

21/02/2014

Une avancée pour la liberté religieuse au Maroc

maroc,christianisme,islam,liberté,liberté religieuse,telquel,mohamed el baladi,bernard coyault,al mowafaqaC'est mon collègue Bernard Coyault, fin connaisseur du terrain et directeur de l'institut Al Mowafaqa, qui me le signale:

Mohamed, un Marocain de 34 ans converti au christianisme avait été arrêté en septembre dernier près de Tatouane et condamné à 30 mois de prison pour prosélytisme (art. 211 du code pénal). Il vient d'être relaxé par la cour d'appel de Fès (jugement du 13 février 2014), sur la base de la nouvelle constitution du 1er juillet 2011 et le libre exercice du culte...

"Au cours de l’audience du 6 février, le représentant du ministère public a déclaré ne retenir aucune charge contre Mohamed El Baladi. Et de préciser que la constitution du 1er juillet 2011 garantit le libre exercice de culte à tous les citoyens marocains."

Lire la suite

26/08/2013

L'institut oecuménique Al Mowafaqa: une "première" au Maghreb

Al mowafaqa, bernard coyault, sébastien fath, marocAlors qu'une nouvelle année universitaire s'approche, et dans le contexte de tensions interconfessionnelles au Sahel, il est temps de saluer la remarquable initiative oecuménique mise en place au Maroc, où sous la direction de Bernard Coyault (par ailleurs chercheur en sciences sociales), l'institut théologique Al Mowafaqa a vu le jour en 2012 à Rabat, grâce à des synergies patiemment travaillées, en France et au niveau des autorités marocaines.

Assurant une formation universitaire en alternance, cet institut ambitieux et très intelligemment conçu est une "première" dans le monde arabo-musulman d'Afrique du Nord (lien vers le site). Si je puis me permettre cette exclamation peu laïque pour un chercheur: Hamdulillah! Et à suivre.

Voir aussi Réforme (lien), Le Monde des religions (lienet Faitreligieux (lien).

19/07/2013

Je croyais en Issa, j'ai rencontré Jésus (Jamel Attar)

jamel attar, islam, christianismeAu sein du protestantisme évangélique, le genre littéraire des récits de conversion se décline dans de nombreux registres, dont celui du passage de l'islam au christianisme.

Après Saïd Oujibou et son épouse, déjà évoqués dans ce blog (lien), c'est au tour du pasteur baptiste français (et professeur de lettres classiques) Jamel Attar  de publier, il y a quelques semaines, Je croyais en Issa, j'ai rencontré Jésus (Paris Ourania, 2013).

Le sous titre s'intitule "Quand un musulman fervent est confronté à la grâce", raccourci qui résume l'itinéraire de conversion chrétienne d'un ancien musulman marocain très pieux.

02/01/2012

Le cheikh et le calife

9782847883107.jpgAprès avoir brièvement souligné tout l'intérêt de l'étude que Samir Amghar a consacré au salafisme,  je voudrais, dans le même esprit, signaler la très belle enquête que vient de publier le politologue marocain Youssef Belal.

Elle s'intitule Le cheikh et le calife, Sociologie religieuse de l'islam politique au Maroc, Lyon, ENS Editions, 2011 (334p).

A partir d'une enquête de terrain d'une brûlante actualité, consacrée à deux des principaux mouvements islamiques marocains, l'auteur réfléchit, sous l'angle des sciences sociales, aux dynamiques actuelles de la société civile marocaine.

Lire la suite

12/06/2011

"Hamzah, 13 ans, juste un peu tué": l'hommage de Tahar Ben Jelloun

société civile,syrie,hamzah,monde arabe,tahar ben jellounOn ne présente plus l'écricain marocain Tahar Ben Jelloun, l'auteur francophone vivant le plus traduit aujourd'hui dans le monde (prix Goncourt 1987).

Voici qu'il vient de publier dans Le Monde (édition du 12 juin 2011) un texte particulièrement remarquable, en hommage à Hamzah, 13 ans, victime de la barbarie du régime syrien. Dans la continuité du thème de la précédente note (consacrée aux sociétés civiles émergentes), il faut lire et relire ce grand texte.

Article Tahar Ben Jelloun Hamza (Syrie).pdf

15/01/2011

MABROUK au peuple tunisien

gal_2455.jpgTunisiennes et Tunisiens, peuple magnifique (qui a marqué mes très très jeunes années entre 1969 et 1971 où j'ai vécu à Gabès), vient de réaliser l'impensable (en tout cas vu de Paris): réaliser la première révolution démocratique post-coloniale au Maghreb, débarrassant le pays d'un autocrate maffieux.

On attend la suite!

Tremblez, satrapes et clientèles goinfrées!

 

Lire la suite

13/03/2010

Najlae Lhimer de retour en France

575x385_1506060_0_73e7_ill-1318589-e02d-lhimer.jpgNajlae Lhimer vient de faire son retour en France! Cette jeune-femme marocaine, étudiant en France depuis 2005, avait été expulsée au Maroc le mois dernier, alors qu'elle venait de déposer plainte à la suite de violences subies de la part de son frère.

Son cas, à l'image de celui de Salima Boulazhar, en appelait aux principes élémentaires qui fondent notre République: comment expulser une lycéenne battue par son frère, et menacée de mariage forcé à son retour au Maroc?

Lire la suite

21/02/2010

Salima Boulazhar: que vaut la promesse d'un préfet?

SALIMA dans Libé 18.2.10.jpgIl y a 18 jours, le préfet du Puy de Dôme, Patrick Stéfanini, cité par le journal La Montagne, a déclaré que Salima Boulazhar, jumelle marocaine expulsée du territoire français dans des conditions particulièrement indignes, devrait pouvoir obtenir un titre de séjour "d'ici une quinzaine de jours".

 

Voici donc le temps d'une (dernière) "piqure de rappel"?

Lire la suite

07/02/2010

Affaire Boulazhar, suite: le rôle de la CIMADE

Cimade70ans.jpgL'affaire Boulazhar continue.


D'autant que le préfet Patrick Stefanini entend faire appliquer la même procédure d'expulsion ("reconduite à la frontière" est l'expression exacte et politiquement correcte) à Salma Boulazhar.

 

Salma n'est autre que la soeur jumelle de Salima, déjà expulsée depuis jeudi après avoir été précédemment arrêtée par la police et conduite, en pijama, au centre de rétention.

Lire la suite

06/02/2010

Affaire Salima Boulazhar: ça bouge

timthumb.php.jpegPlus de vingt-quatre heures après avoir écrit par courriel au cabinet de Patrick Stéfanini, préfet à l'origine de l'expulsion de Salima Boulazhar, pas encore de réponse reçue via courriel, ni accusé de réception.

 

Mais ce n'est pas grave. Car Brice Hortefeux en personne, d'après l'AFP, l'a désormais contacté dans une optique semble-t-il similaire: aboutir à un réglement conforme aux valeurs de la France.

Lire la suite

05/02/2010

Affaire Boulazhar: zoom sur Patrick Stefanini

Stephanini.jpgSalima Boulazhar, ressortissante clermontoise de 18 ans en contrat d'apprentissage, expulsée manu militari hier vers le Maroc dans des conditions indignes, doit sa situation à un homme: le préfet du département du Puy de Dôme, Patrick Stéfanini.

 

L'occasion de mieux connaître ce représentant de la République.... L'occasion aussi de lui adresser, respectueusement, nos observations.

Lire la suite

04/02/2010

Nous sommes tous Salima Boulazhar

Il y a Shame on France.jpgdes moments où les choix de mise à distance, le souci de réserve et la recherche de "neutralité scientifique" ont du mal à tenir.

 

Aujourd'hui, jeudi 4 février 2010, une infamie de plus a été commise en France au nom de la "régulation des flux d'immigration".

 

Une infamie de trop.

 

Lire la suite