Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2010

Jeannette Bougrab nommée à la HALDE

6a00e3981cf54d883301310fd29a91970c.pngVoici une nouvelle qui n'est pas sans conséquence pour le pacte républicain, la laïcité et la lutte contre les discriminations: Jeannette Bougrab, 36 ans, vient d'être nommée à la tête de la HALDE en remplacement de Louis Schweitzer.

 

Cette native du Berry, militante proche du gaullisme social, conseillère d'Etat, membre du Haut Conseil à l'Intégration, se trouve propulsée à un poste aussi stratégique que convoité, aux premières loges des mutations du "contrat social" à la française.


Force est de constater que si Nicolas Sarkozy vient d'essuyer une "claque" électorale relative (les barronies socialistes le sont restées lors des dernières élections régionales), il a conservé ses talents de "casteur": la nomination de Jeannette Bougrab à la HALDE paraît, à première vue, une excellente idée.

 

Parce qu'elle est jeune? Non. Parce qu'elle est une femme? Non plus.

Une fille de HARKI? Re-non. Une fille d'ouvrier? Encore non.

 

300x200_1522144_0_64b3_ill-798903-bougrab2.jpgDeux bonnes raisons, en revanche, justifient a priori qu'on se réjouisse de cette nomination.

 

D'abord parce que Jeannette Bougrab est compétente. Docteure en droit public, universitaire reconnue pour ses qualités de synthèse et d'analyse, elle maîtrise très bien les questions liées aux discriminations, auteure d'un rapport intéressant intitulé Les Discriminations dans l’accès au marché de l’emploi.

 

Ensuite, parce qu'il s'agit d'une citoyenne aux convictions républicaines et laïques.

A ce titre, elle a eu le courage de s'opposer, par exemple, aux quotas, prônés à la fois par la droite opportuniste (parce que c'est un cache-misère démagogique qui évite de dépenser plus en s'attaquant aux racines du problème) et par la gauche (néo)communautariste (qui surfe sur l'assignation identitaire et la victimisation post-coloniale).

 

"Totalement opposée aux quotas"

 

Interrogée l'an dernier (20 mars 2009) sur les quotas, Jeannette Bougrab déclarait par exemple ceci au Figaro Madame, qui l'a filmée:

 

"Moi j'y suis totalement opposée, voilà! Je pense que le système le plus juste qui soit, c'est le système qui fait de son critère de sélection les talents et les mérites, voilà! Et ça peut pas être autre chose, voilà. Moi je suis totalement opposée aux quotas".

 

Ce qui la conduit, dans le même ordre d'idée, à préférer le concept de "mobilisation positive" (contre les discriminations) plutôt que celui de "discrimination positive" (fondé sur des quotas qui pensent lutter contre la discrimination tout en se fondant sur la discrimination).

 

Qu'une experte reconnue, juriste de métier, et authentique adepte des valeurs républicaines, soit nommée à la HALDE est de bon augure:

Souhaitons à Jeannette Bougrab bon courage et plein succès dans sa tâche!

 

Commentaires

Oui, il fallait en effet parler d'"assignation identitaire" au sujet des quotas.
Le plus souvent on leur reproche d'être injustes pour ceux qui en sont exclus et/ou dévalorisants pour ceux qui en bénéficient. Je suis d'accord, mais le plus grave, à mon avis, est en amont : c'est bien l'assignation identitaire. Pour identifier les bénéficiaires potentiels, et écarter les litiges sur la légitimité de tel ou tel, il faudrait d'abord inscrire la population dans des catégories. Et ceci nominativement (il ne s'agit pas ici de faire des statistiques, mais de choisir des personnes). Ainsi chacun se verrait fiché et "assigné". Avec, sur les marges des catégories, des contestations sordides.

Écrit par : Jean Boulègue | 26/03/2010

Les commentaires sont fermés.