09/06/2010

Christine Boutin: en "mission" pour 9.500 Euros net par mois

christine-boutin-1179862214.jpgLu dans les colonnes du Monde, aujourd'hui, sur la base de données confirmées par l'entourage immédiat de Christine Boutin: cette dernière toucherait 9.500 Euros NET par mois pour une mission sur la mondialisation.

 

En additionnant avec ses autres revenus (dont sa copieuse retraite de députée), on arrive à 18.000 Euros NET par mois.


Pour mémoire, un(e) professeur de collège en début de carrière, confronté tous les jours aux conséquences sociales de la mondialisation (avec son cortège de délocalisations, de nouvelles normes culturelles -tyrannie des marques- et de brassage) touche 10% de ce que reçoit au total Christine Boutin.

 

Pour mémoire aussi, avec le salaire net de Christine Boutin versé pour sa "Mission", qui n'a pas de compétence professionnelle en rapport avec l'analyse de la mondialisation, et qui ne parle pas anglais, on pourrait rémunérer entre 4 et 5 chercheurs CNRS formés, à plein temps (et qui, eux, ne touchent pas, en-dehors du salaire de la "Mission", 7.500 Euros mensuels de revenus complémentaires, financés par l'argent du contribuable).

 

Christine Boutin pense se justifier en soulignant que ces revenus sont fixés par le secrétariat général du gouvernement, sur la base de la rémunération d'un conseiller d'Etat. Certes..., sauf qu'il n'est pas incongru, lorsqu'on touche déjà une rémunération très confortable, de ne pas accepter, pour une "Mission" temporaire, un tel revenu supplémentaire. Se souvenant que cet argent (à l'inverse du séjour à l'Hotel des Bleus brocardé par Rama Yade) provient des impôts des citoyens.

 

Christine Boutin s'est toujours présentée comme une catholique sociale, chrétienne convaincue.

Son "livre-confession" qu'elle a publié fin 2006 s'intitule: "Je ne suis pas celle que vous croyez".

 

Sans commentaire.


(mais Merci au Canard Enchaîné d'avoir révélé ses chiffres)

Commentaires

En effet, "je ne suis pas celle que vous croyez".... "je suis celle que vous payez"

Écrit par : Baptiste | 09/06/2010

Cher Sébastien,
Citez-vous le cas de Mme Boutin parce qu'elle se déclare chrétienne ou pour une autre raison ? Car les anciens ministres qui cumulent pensions de ministre, salaires, indemnités diverses et avantages en nature sont légion.
Quand vous dites que les frais d'hôtel des footballeurs français ne coûteront pas un centime au contribuable, c'est sans doute vrai. Par contre, les contribuables devront bien payer au moins en partie les constructions ou rénovations de stades en vue de l'Euro 2016 !
Et que dire des nombreux "puissants" de France qui résident à Monaco, en Suisse ou dans d'autres paradis fiscaux et ne paient pas d'impôts en France ? Car je présume que Mme Boutin les paie et c'est un juste retour des choses.

Écrit par : Patrick B | 09/06/2010

Réponse à Patrick

Je réponds OUI et OUI.

-OUI je cite en partie ce cas car C.Boutin fait grand cas de ses valeurs chrétiennes et de son souci de justice (ce qui invite à évaluer sa cohérence avec les critères de justice qu'elle revendique elle-même)

-OUI il y a une autre raison, c'est que le salaire de C.Boutin dépasse largement la moyenne de ce qui se pratique la plupart du temps dans des situations similaires, surtout si l'on prend en compte le fait que C.B. touche déjà un revenu mensuel très confortable de 7500 Euros...

On est vraiment dans l'outrance et le "grand n'importe quoi", à l'heure où toute la France est invitée à se serrer la ceinture. Je rappelle que pour des missions du même type, les ministres ou ex-ministres Yves Jégo et Luc Ferry, par exemple, ont effectué tout le travail bénévolement (sachant qu'ils étaient bien rémunérés par ailleurs, comme l'est aussi C.Boutin).

Je ne dis pas que ces missions devraient toutes être bénévoles (le travail mérite salaire, surtout si on n'a pas d'autre revenu confortable à attendre), je ne dis pas non plus que C.Boutin est la seule à profiter du système.
Ce que je voudrais souligner, c'est qu'on est dans un cas particulièrement outrancier (même par rapport aux excès constatés ailleurs), de la part de quelqu'un habituée par ailleurs à donner des leçons de morale à droite et à gauche.

Jusqu'à présent, je n'avais jamais "hurlé avec les loups" concernant tel ou tel reproche à faire à Christine Boutin, en particulier parce que je n'aime pas beaucoup accompagner les acharnements médiatiques.

Mais là, même en essayant de rester pondéré et nuancé, même en résistant au cri du loup qui dort peut-être en moi :), il me semble qu'elle a vraiment poussé le bouchon trop, trop loin....

Dame Christine nourrit la colère de millions de Français qui eux aussi font un "vrai travail" et sont "bosseurs", pour reprendre les expressions d'auto-justification de Christine Boutin.

Écrit par : SF | 09/06/2010

Peut-être comptait-elle reverser cet argent à des œuvres charitables.... Allez, on peut toujours rêver.

Écrit par : Frédéric | 09/06/2010

En fait, pourquoi Christine Boutin bénéficie-t-elle de la rémunération d'un Conseiller d'Etat? Elle n'est pas Conseiller d'Etat. Elle n'a pas d'autre choix que de renoncer à cette rémunération.

Écrit par : Emmanuel | 10/06/2010

C'est une rémunération EQUIVALENTE à celle d'un conseiller d'Etat.
Visiblement, il n'y a pas besoin d'être conseiller d'Etat pour prétendre toucher cela....
Mais si l'on en croit René Dozière, on n'en reste pas moins dans la plus haute tranche de salaires possible pour un fonctionnaire.... tout ceci cumulé avec 7500 Euros de revenus déjà perçus (retraite, indemnité).

N'oublions pas, en outre, qu'elle n'a aucun titre professionnel particulier pour s'ériger experte ès mondialisation.

Je pense comme vous qu'après sa défense bec et ongle aujourd'hui, elle risque de devoir en rabattre.
Et pourquoi pas renoncer en effet à cette rémunération. A suivre.

Écrit par : SF | 10/06/2010

A noter également que Ch. Boutin touchera ce salaire jusqu'en novembre 2011! On a estimé que cette mission, pour laquelle elle n'a absolument aucune compétence comme vous le rappelez, coutera plus de 100 000 euros au contribuable! Sans compter les avantages en nature, ni le traitement de ses collaborateurs (4 en tout) qui s'élèveraient à 22 000 euros par mois!

Décidément, les temps sont durs seulement pour ceux qui ne sont pas dans les organes du pouvoir!

Je viens de dépenser 160 euros pour ne pas dormir sous un pond à Tours, parce que missionné par un rectorat pour faire passer des oraux dans un centre d'examen se situant à plus de 300 km de mon établissement d'exercice. Le coût élevé pour une nuit est dû au fait que la CFDT tient son congrès dans la ville en question; ce qui fait grimper les prix des hôtels. A coller aux procédures administratives, je risque de perdre 110 euros dans cette affaire! Ce serait tout bonnement scandaleux! Je veillerai à ne rien perdre, soyez-en sûr!

On m'avait appelé "en catastrophe" pour la mission: lundi après-midi pour mardi matin! En bon petit soldat (il y en a encore qui croit dans le fonctionnariat, n'est-ce pas?) j'ai pris la route à 18h00 pour arriver à 21h30 à Tours. J'aurais pu refuser la mission. Si je l'avais fait, 32 candidats au BTS Communication et Industrie Graphique n'auraient pas pu passer l'épreuve d'anglais. Impossible d'appeler le professeur d'anglais du coin (sauf si on fonctionne sur des principes de mission type celle de Ch. Boutin) car il s'agit d'un diplôme particulier (programme, attentes, etc.) pour lequel il ne suffit pas d'être professeur d'anglais.

Dans cette histoire de "missions", la mienne vs celle de Ch. Boutin, on peut se poser la question de savoir si ceux qui essaient de juguler les conséquences de la mondialisation en étant au plus près, en prenant part à la formation des futures générations, doivent en sus du manque de reconnaissance, payer, étant aussi contribuables, pour les missions "bidons" résultants d'arrangements parce qu'il faut à tout prix "caser" un ami, un pion politique, etc.?

Écrit par : CCharles | 10/06/2010

ça y est: le gouvernement a entendu la colère des Français, et a fait pression sur C.B., qui vient ce soir de renoncer à sa rémunération.

Voici le lien: http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/06/10/christine-boutin-renonce-a-son-salaire-de-chargee-de-mission_1370991_823448.html#ens_id=1369970

Trois enseignements sont à retirer:

1/ Sans la médiatisation de ces revenus mirobolants, C.B. aurait continué comme si de rien n'était: le contrepouvoir de vrais médias indépendants comme le Canard Enchaîné, et le rôle désormais joué par Internet, nourrissent ici le débat démocratique

2/ La réaction rapide du gouvernement, et son souci de réglementer désormais les "Missions", témoigne d'une certaine capacité d'écoute des Français, d'une volonté de cohérence et d'une conscience de la gravité de la situation sociale... mais à géométrie variable tout de même (les réactions des membres du gouvernement ne sont pas toutes allées dans le même sens)

3/ Le recul de Mme Boutin, après ses très vigoureuses auto-justifications, apparaît moins spontané que calculé et contraint; il n'en est pas moins à noter.

Écrit par : SF | 10/06/2010

A l'heure ou l'on parle beaucoup des retraites...
Quelqu'un sait-il sur quelle base est comptée une retraite de député? (6 000 € c'est pas mal!!!)

Écrit par : Yannick | 11/06/2010

Une dernière précision: j'ai acheté le fameux numéro du Canard Enchaîné et le dossier Boutin est encore plus accablant que ce qu'on pouvait penser.

Sa mission avait été rémunérée à l'origine 1300 Euros par mois (ce qui, là, est un tarif acceptable). C'est suite à des démarches et une "manip" au haut niveau de l'Etat que la missionnaire a été placée en avril 2010, plusieurs mois après le début de la mission, sous la responsabilité du cabinet d'E.Woerth, avec salaire soudainement multiplié par sept!!!!

Ces pratiques sont tout à fait inhabituelles. Quand on commence une mission avec un salaire donné, on la finit avec le salaire prévu. Multiplier le salaire par sept en cours de mission, suite à un jeu d'écriture (changement de rattachement) est très...... surprenant.

Ces faits, prouvés, sont de nature à ruiner complètement les autojustifications de C.Boutin qui laissent croire que son salaire mirobolant était une procédure normale et courante, à laquelle elle ne pouvait rien.

Écrit par : SF | 14/06/2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.