Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2011

Immigration : débats tendus aux Etats-Unis aussi

latinos,etats-unis,barack obama,nicolas sarkozy,immigration,emmanuel todd,alberto delgado,diversitéLa France fait parfois figure, dans certains cercles, de repoussoir à la diversité. La Gaule d’Astérix sentirait désespérément le moisi, alors que les Etats-Unis, ce serait tellement mieux! Mwouais.

L’actualité américaine récente vient rappeler qu’outre-Atlantique aussi, l’enjeu de la diversité et de l’intégration d’une large immigration (en l’ocurrence, là-bas, hispanique) est tout sauf simple.

 Barack Obama vient d’être publiquement rappelé à l’ordre par divers responsables communautaires, dont des pasteurs hispaniques, au sujet de la situation des sans-papiers latinos.


Dans ce pays où les mariages mixtes sont infiniment plus rares qu’en France, comme l’avait souligné justement Emmanuel Todd il y a quelques années dans Le destin des immigrés, la diversité fait figure d’étendard publicitaire.

A commencer par la Maison Blanche elle-même, dont l’illustre occupant, à lui tout seul, assure mieux la promotion du mythe du melting pot qu’une campagne d’un milliard de dollars.

 

Toujours pas de réforme à l'horizon

La réalité est différente. Des millions d’immigrants illégaux, surtout latinos, vivent dans la plus grande précarité, exploités pour des salaires de misère, sans protection adéquate.

Barack Obama, nouvellement élu, avait promis une loi rapide, «juste pour tous», dans sa première année d’exercice du pouvoir. Rideau de fumée!

latinos, Etats-Unis, Barack Obama, Nicolas Sarkozy, immigration, diversitéPlus de deux ans après son arrivée au pouvoir, on ne voit toujours rien venir.

 

D’où la colère de responsables communautuaires, et l’initiative d’Obama de rencontrer… des célébrités hispaniques (dont Eva Longoria) le 28 avril 2011, afin d’engager enfin un processus de réforme.

 

latinos, Etats-Unis, Barack Obama, Nicolas Sarkozy, immigration, diversitéParmi les responsables religieux, le pasteur Alberto Delgado, de l'Eglise Alpha et Omega de Miami (ci-contre), s’est publiquement ému des retards dans la réforme, obligeant des familles à vivre une situation, dixit, de «persécution de masse», sans papier, sans statut, sans salaire décent, soumis à la chasse au faciès.

«De plus en plus, nous voyons une tendance à persécuter les immigrants sans statut migratoire légal», affirme ce dernier… soulignant la détresse de centaines de milliers de familles séparées.

11 millions d’immigrants illégaux vivraient actuellement aux Etats-Unis.

 

Pressé par la base hispanique, et inquiet d’une future déperdition de votes auprès d’une clientèle qui lui est favorable, Barack Obama s’est rendu le 12 mai dernier au National Hispanic Prayer Breakfast (petit déjeuner national de prière hispanique), soulignant notamment:  «nous avons tous besoin de prier» pour une loi de réforme de l’immigration.

On remarquera au passage que l’interpellation politique s’oriente ici en direction des leaders religieux, jugés bons représentants de la société civile, tandis qu’en France, elle s’oriente plutôt en direction de mouvements laïques subventionnés (SOS Racisme, CRAN etc.).

 

Mais dans les deux cas, la réforme est difficile, et l’enjeu de la pression migratoire reste ultrasensible, propice aux dérives démagogiques... et sans solution miracle, pas plus chez Obama, que chez Sarkozy.

 

Les commentaires sont fermés.