Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2012

Statistiques évangéliques 2012

hqdefault.jpgCombien de protestants évangéliques en 2012?

Une chose est sûre: l'évaluation donnée l'an dernier (et publiée notamment dans le magazine Diplomatie) est obsolète. 365 jours ont passé, et la réalité a changé.

Conscient de l'impact géopolitique de l'évangélisme, votre serviteur a pris la décision de proposer, tous les 21 janvier, une actualisation des statistiques mondiales de l'évangélisme.


Mais pourquoi le 21 janvier? C'est une date largement arbitraire, avouons-le. Elle a aussi des côtés pratiques, car elle se situe après la publication de la plupart des annuaires statistiques 2011.

luigi.jpegEnfin, symboliquement, elle renvoie à deux événements qu'on peut rapprocher de l'identité des protestants évangéliques (qui représentent les 2/3 du protestantisme mondial, soit environ 550 millions de chrétiens début 2012).

 

1/ Le 21 janvier 1793 est la date de la décapitation du roi de France Louis XVI, signe de la fin d'un modèle d'autorité monarchique et sacré où l'autorité "vient d'en haut".

L'évangélisme n'a évidemment rien à voir avec la fin du roi Louis XVI (qui n'était d'ailleurs pas un si mauvais roi, et qui avait même réparé, au moins en partie, la calamiteuse abrogation de l'Edit de Nantes, en 1685, perpétrée par Louis XIV).

Mais il n'en est pas moins vrai qu'il s'est construit tout entier contre ce modèle monarchique et ce modèle d'autorité sacrée "par le haut", au nom de la suprématie (pas toujours effective cependant) de la communauté locale des fidèles, l'association des convertis.


conrad-grebel.jpg2/ Le 21 janvier 1525 est aussi la date des premiers baptêmes de convertis (adultes) dans l'histoire moderne de l'Occident chrétien, avec les anabaptistes de Zürich rassemblés autour de Conrad Grebel (ci-contre), au grand dam des autorités locales, furieuses. Ce second événement ouvrait la voie au sillage ultérieur de l'évangélisme protestant, précisément fondé sur la préséance de la conversion personnelle sur le rite (baptême).

Pour ces différentes raisons, le 21 janvier n'est pas une si mauvaise date pour proposer, chaque année, un bilan actualisé des statistiques mondiales du protestantisme évangélique. Début 2012, ce protestantisme peut être évalué à 550 millions de chrétiens (plus d'un chrétien sur quatre dans le monde est évangélique).

A noter qu'on n'intègre pas, dans ces statistiques, les églises syncrétistes ou néoprophétiques de type kimbanguiste ou Christianisme céleste, ni toutes les variétés charismatiques (certains néocharismatismes ne se rattachent pas, ou plus, au protestantisme).

Pour en savoir plus, on peut cliquer ici pour obtenir la synthèse PDF de ces statistiques.

Statistiques évangéliques 2012.pdf

On peut, sinon, visionner la vidéo ci-dessous.

Géopolitique religieuse: le poids démographique de l'évangélisme en 2012 (S.Fath, CNRS)

Commentaires

Ce n'est pas très chic de "célébrer" ainsi la mort de Louis XVI comme étant une victoire du protestantisme évangélique.

D'une part, ce roi avait accordé aux protestants un édit de tolérance qui réparait la faute de son ancêtre Louis XIV envers ses sujets réformés, et d'autre part, j'ai personnellement entendu des pasteurs (évangéliques, réformés et luthériens), qui déploraient cette exécution, symbole d'une Terreur barbare et antichrétienne qui allait s'abattre sur le reste du pays.

Écrit par : Jova | 22/01/2012

Cher "Jova",

Il n'y a aucune "célébration" dans le choix du 21 janvier.
Et Louis XVI, en effet, n'était pas un si mauvais bougre (j'ai d'ailleurs un tout petit peu développé ma note, suite à votre remarque).

En revanche, on peut parler, à la rigueur, de commémoration.

C'est dans l'espace ouvert par la démocratisation et la pluralisation des sociétés (dont le symbole est la fin de la Monarchie absolue), et dans l'horizon dégagé par la promotion du choix du converti (dont le symbole est le baptême à l'âge de raison) que s'est déployé l'évangélisme.

Écrit par : SF | 22/01/2012

Cher SF,

Merci pour ces précisions ; rassurez-vous, je ne suis pas un royaliste vexé, mais on a tellement dénigré Louis XVI...

J'en profite pour vous féliciter pour vos différents ouvrages sur l'évangélisme, que je lis depuis que j'ai terminé le lycée, et qui ont permis à l'indécrottable catholique romain que je suis de mieux comprendre ce courant du protestantisme.
Bravo également pour votre blog.

Écrit par : Jova | 23/01/2012

Voilà une bonne idée, à renouveler effectivement car tout cela évolue assez vite et sans repères, on peut avoir le vertige.

Écrit par : Jean F. | 23/01/2012

Vous écrivez : "Ce second événement ouvrait la voie au sillage ultérieur de l'évangélisme protestant, précisément fondé sur la préséance de la conversion personnelle sur le rite (baptême)."

Il faut faire remarquer me semble-t-il que, pour les anabaptistes zürichois du XVIe siècle, la question ne se posait pas exactement en ces termes : conversion contre rite ; mais plutôt baptême d'enfants dans une logique d'Eglise d'état ou baptême d'adultes dans une logique d'Eglise de professants. Leur adhésion au Christ les poussait justement au baptême de croyants adultes (avec le lien ecclésial qu'ils allaient thématiser ensuite), alors même qu'il aurait été moins risqué de ne pas se faire (re)baptiser. En ce sens, l'adhésion personnelle au Christ conduit au rite.

Cela dit, merci d'évoquer cette date du 21 janvier 1525, fondatrice pour le courant anabaptiste pacifique, mennonite et du coup pour l'évangélisme ultérieur qui peut y trouver des racines historiques et une cohérence théologique globale.

Écrit par : Michel Sommer | 24/01/2012

Merci à Michel Sommer pour cette remarque justifiée.

Mon propos était un peu rapide, vous faites bien de préciser les choses.

Cela dit, en plaçant la conversion AVANT le rite, c'était bien, me semble-t-il, faire primer la première sur le second, à l'inverse des Eglises d'Etat qui faisaient primer le second sur la première.

Écrit par : SF | 25/01/2012

je suis content de vous faire part que je suis pasteur et statitien de formation ,J'en profite pour vous féliciter pour vos différents ouvrages sur l'évangélisme, que je lis depuis que je suis en contact de votre publication
Pasteut Sébastien Ngolu

Écrit par : NGOLU SEBASTIEN | 21/03/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.