09/04/2012

Fillette morte à Stains: un drame de "l'évangélisme des caves"

france,république,laïcité,évangélisme des caves,islam,églises de migrants,églises africaines,églises haïtiennes,seine saint-denisUne dépêche AFP nous l'a appris hier: à Stains (Seine Saint-Denis, France), un plancher s'est effondré sous le poids de 150 personnes lors d'un culte évangélique haïtien. Le dimanche de Pâques.

Bilan, une fillette de 6 ans décédée, plusieurs blessés graves, une église traumatisée. 

Il y a 20 ans, on parlait encore d'un "islam des caves" en région parisienne, confronté à des locaux insalubres. Depuis, beaucoup a été fait, même s'il reste encore du chemin à accomplir. Un Institut des Cultures d'Islam a même été créé par la Mairie de Paris, témoignage d'un souci d'affirmer le droit de cité des cultures musulmanes dans l'espace francilien. 


Mais quid de la présence protestante évangélique, qui a connu, en île de France, une véritable explosion au cours des 30 dernières années? Le drame de Stains nous rappelle qu'il existe aussi, depuis 30 ans, un "évangélisme des caves" (des locaux insalubres) en ile-de-France, nourri par des milliers de migrants de condition sociale modeste, confrontés à la rareté des mètres carrés... le prix exorbitant des lieux (aux normes) proposés, et, parfois, la mauvaise volonté de certains acteurs locaux

france,république,laïcité,weibert arthus,emmanuel toussaint,évangélisme des caves,islam,églises de migrants,églises africaines,églises haïtiennes,seine saint-denis

Résultat: des réunions cultuelles dans des espaces inadaptés.... jusqu'au drame.

 

NB: pour aller plus loin au sujet des églises haïtiennes en France, lire Weibert Arthus et Emmanuel Toussaint, Radiographie de la communauté protestante haïtienne de France, Paris, éditions de l'Alliance, 2008.

Commentaires

Merci pour cet article. Je trouve dommage que la réaction du CNEF (citée dans la plupart des journaux) a été de simplement de prendre la distance par rapport à ces frères et sœurs sous prétexte que l'état du bâtiment constituait un critère d'exclusion de ce regroupement au lieu ce soulever la réalité que vous évoquez !

Écrit par : Charité | 09/04/2012

"La communauté protestante déplore le manque de lieux de culte"

http://www.lepoint.fr/societe/la-communaute-protestante-deplore-le-manque-de-lieux-de-culte-09-04-2012-1449785_23.php

Écrit par : david weber | 09/04/2012

Le CNEF a pourtant publié au sujet de ce drame épouvantable un communiqué de presse que vous pouvez lire sur son site, donc certaines critiques faites ici à son encontre paraissent quand même injustifiées ou disproportionnées, d'autant que l'Église en question est indépendante et n'est par conséquent affiliée ni au CNEF (comme celui-ci le précise dans ce communiqué), ni à la FPF :

http://www.lecnef.org/

En outre, le CNEF est une confédération ne pouvant regrouper de par ses statuts que des unions déjà constituées, si je ne me trompe pas. Cette église faisait-elle déjà partie d'une fédération quelconque ? C'est la question de départ qu'il faut se poser, je pense.

Deux questions :

1° - Le CNEF est-il responsable des conséquences d'une situation qu'il dénonce lui-même par ailleurs clairement dans ce document ?
2° - La sécurité en matière de réunion publique n'est-elle pas un élément fondamental et préalable à tout lancement d'activité ?

La charité n'est pas incompatible avec la responsabilité individuelle et collective. Quant aux tenants et aux aboutissants de cette affaire, il semble quand même plus raisonnable d'attendre tous les résultats de l'enquête avant de lancer des jugements hâtifs.

Mais bien sûr ce n'est pas tout cela qui apaisera la douleur des familles touchées, j'en ai bien conscience.

Écrit par : Eric Lisbonne | 10/04/2012

c'est dommage que dans les médias, le communiqué du CNEF ait été tronqué, parce qu'en fait il fait la relation entre cette tragédie et la difficulté, pour les évangéliques, de trouver des locaux adaptés pour leurs cultes ...cette deuxième partie du communiqué est très importante !

Écrit par : Françoise | 10/04/2012

Réponse à Eric

Mon commentaire était écrit bien avant la sortie du communiqué du CNEF publié sur son site internet - il a du attendre la modération de M. Fath, qui était sûrement occupé autrement pendant le jour férié qu'était hier.

Mon commentaire se référé à la réaction du porte-parole du CNEF citée dans les diverses articles de presse apparus dimanche, selon laquelle le CNEF aurait refusé l'admission de cette église au CNEF justement à cause de la non-conformité de leurs locaux. Comme vous le faites très bien remarqué (et à moins que cela ait changé à mon insu) l'adhésion au CNEF n'est pas possible pour des églises individuelles - d'où mon commentaire que cette remarque n'était pas adaptée pour les circonstances.

Écrit par : Charité | 10/04/2012

Les médias continuent de relayer cette information, comme dans cet article paru il y a quelques minutes:
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Accident-dans-un-lieu-de-culte-evangelique-en-Seine-St-Denis-un-deuxieme-mort-_NG_-2012-04-10-789695
Je cite : "Dimanche, le Conseil national des Evangéliques de France (CNEF) avait expliqué à l'AFP avoir refusé d'intégrer cette association car son local "n'était pas du tout adapté pour recevoir plus d'une centaine de personnes".
Si cette info est fausse le CNEF devrait démentir car cela soulève plusieurs difficultés :
- Le CNEF n’accueille que des fédérations/unions d’Eglises et non des Eglises indépendantes.
- De nombreuses Eglises membres du CNEF ne sont pas aux normes de sécurité pour leurs locaux.
- Si le CNEF avait été informé de la dangerosité du lieu il aurait été souhaitable qu’il en informe les pouvoirs publics pour éviter le pire.
- Reprocher aux communes de ne pas s’occuper des lieux de culte évangéliques quand le CNEF lui-même, qui se veut les représenter, les « laisse dehors » si leurs locaux ne sont pas aux normes sonne un peu faux.

Écrit par : Guillaume | 10/04/2012

Très juste, Guillaume.
J'ajouterai que le CNEF a intégré des unions d'Eglises sans s'enquérir si les Eglises disposaient de locaux conformes aux normes.
Soit le CNEF a réellement dit cela aux médias, soit il a commis une erreur de communication. Mais dans les deux cas, il serait bien avisé de rectifier le tir, tout au moins en publiant au minimum un communiqué sur son site. Le communiqué actuel ne suffit plus.

Écrit par : Patrick B | 11/04/2012

Je suis tout à fait d'accord avec le commentaire de Guillaume et je le remercie de l'avoir fait. Je suis moi-même l'actualité au sujet de ce drame et de ce qui se dit dans les medias. Or, dés dimanche soir, France 2 relayait l'information selon laquelle le CNEF aurait refus" "d'intégrer cette communauté" au motif que leurs locaux n'étaient pas aux normes. Une émotion légitime s'est manifestée ici et là (entre autres sur certains blogs chrétiens) par rapport à cette information. Depuis, d'autres affirmations ont aussi été publiées dans les medias, faisant aussi question, ainsi que le dit Guillaume.

Il est urgent que le CNEF démente ces dires, si ce n'est pas ce que ses porte-paroles ont dit.

Écrit par : Claude Harel | 11/04/2012

L'Observatoire National des Dérives Sectaires Evangéliques (ONDSE) a publié un communiqué pour manifester son soutien aux victimes de ce drame mais aussi indirectement pour soutenir ces Eglises indépendantes, qui doivent être considérées "à priori" comme tout aussi respectables que les Eglises fédérées.

www.ondse.fr/communique-eglise-haitienne-stains.php

L'idée suivante : "Dans les fédérations, pas de dérives; Hors des fédérations, de nombreuses dérives" n'est pas juste et porte préjudice à la diversité du courant évangélique français ainsi qu'à la liberté de culte.

En effet la liberté de culte ne doit pas être conditionnée à l'appartenance à une fédération. Les fédérations, dans leur volonté de "représenter tous les évangéliques" marginalisent devant les pouvoirs publics ces Eglises indépendantes. Les pouvoirs publics et les administrations vont progressivement se demander si ces Eglises indépendantes sont bel et bien "évangéliques" puisque non reconnus/intégrés par les fédérations représentant les évangéliques.

Écrit par : Guillaume | 11/04/2012

Je conçois que le CNEF soit un organe naissant. Je conçois que les églises afro-antillaises fassent parfois désordre, voire "tache".

Mais une fois de plus, je déplore, avec Claude et Guillaume, que d'un air de ne pas y toucher, le CNEF ait prit des distances avec cette communauté haïtienne fortement ébranlée.

Il est évident que la première réaction du porte parole de CNEF à été du type "ils sont pas des nôtres". Et en aucun cas les démentis postérieurs ne sauraient effacer la faute initiale. Certes, cette église s'inscrit dans la mouvance "prospère". Certes, le pasteur Toussaint lui-même n'en connaissait pas l'existence, lui qui représente les communautés haïtiennes.

Il demeure, le CNEF, en vrai "grand frère", doit veiller à l'inclusion.

Je déplore, comme lors de l'affaire du pasteur baptiste américain Terry Jones et de son autodafé imbécile, une réaction frileuse, en tous les cas pas du tout à la hauteur des enjeux: chaque petit évènement, chaque drame doit être l'occasion de:
- rappeler les grandes positions évangéliques
- soutenir les frères et soeurs persécutés
- ramener les frères et soeurs parfois égarés dans les droite voie
- maintenir à la face du monde un témoignage cohérent.

Sans embrasser l'ensemble de ces points, la récente mise à l'eau du CNEF n'en fait qu'un énorme paquebot qui, à la façon d'un Titanic, ne cessera de se heurter en tournant sur tous les écueils qui seront sur sa route et se bornera à défendre, avec une mesquinerie de plus en plus grande, que les seuls intérêt de ses adhérents, suscitant disputes, divisions et démissions.

Je croyais naïvement que le CNEF, c'étaient NOUS, les évangéliques de France ! Eh bien NOUS, évangéliques de TOUS BORDS, visiteurs et administrateurs du site blogdei / voxdei, nous sommes SOLIDAIRES de cette église haïtienne éprouvée et nous allons très concrètement faire une levée de fonds pour aider les familles endeuillées.

Il sera toujours temps, plus tard, de parler de doctrine ou de salles à mettre aux normes, d'interpeller tous ensemble les pouvoirs publics et de mettre en prison le pasteur, le propriétaire, mais aussi le président du CNEF, pour non assistance, le maire, pour avoir manqué à ses prérogatives, le préfet de police, pour n'avoir pas fait appliquer l'arrêté du Maire, le Ministre des cultes et de l'intérieur, pour n'avoir pas donné pleins pouvoirs à son préfet, et finalement, de réclamer l'impeachment de Mr Sarkozy aux prochaines élections en guise de punition.

Plus sérieusement, je vous invite à lire ma précédente missive au CNEF qui aborde des sujets connexes (missive restée sans réponse comme est restée sans réponse le demande d'adhésion de mon portail évangélique blogdei.com comme une oeuvre chrétienne d'un genre nouveau):
http://www.blogdei.com/10551

Merci Sébastien d'avoir poursuivi ce débat !

Nicolas >

Écrit par : Nicolas Ciarapica | 11/04/2012

Je ne résiste pas à vous redonner ici la réaction d'un des commentateurs de mon site, en forme de boutade, suite au premier communiqué du CNEF: "Enfin, le CNEF s’exprime... (...) Tout le monde le sait, la première fois, soit c’est nul, soit c’est parfait … A sa lecture, le contenu du communiqué du CNEF du 9 septembre dernier me rappelle plus le communiqué d’un syndic de copropriété, que la position courageuse que devrait avoir une structure évangélique d’envergure."

Écrit par : Nicolas Ciarapica | 11/04/2012

Ne trouvez vous pas que le débat prend une drôle de tournure alors qu'il y a 2morts et beaucoup de souffrance chez nos frères et sœurs..... Faut il chercher tout de suite une multitude de coupable ou bien assumer le fait d'erreurs humaines disproportionnées sur le nombre de personne susceptible de se rassembler dans ce lieu ???

Moi j'y vois une présomption d'évaluation humaine .... C'est tout ! Ce n'est pas parce que nous sommes chrétiens que nous pouvons défier les lois de la nature qui font que trop de charge ça casse ....

Les responsables sont ceux qui on surestimés le nombre de place possible pour cette rencontre .....

Le reste du bla bla bla .... Ce n'est pas la peine de se renvoyer la balle....
ni de se justifier, ni d'accuser, et encore moins utiliser cette affaire bien triste ... Pour faire des affaires avec les pouvoirs publiques ... Ce n'est pas marcher par la foi !!!

Où est le caractère pionnier de l'évangélisation ?

C'est par la foi qu'on obtient des salles pas par des des affaires relationnelles politiques et autre, mais à vrai dire, aujourd’hui la foi n'est plus .....
Le discernement spirituel devrait être le moyen de savoir se que chacun doit faire pour servir le corps dans et sous la protection du sang de l'Agneau.

Cette affaire est une alerte de la par de notre Seigneur ..... Asseyez vous et calculez la dépense avant d'agir !!!

Écrit par : Parole | 11/04/2012

— Voilà ce qui arrive quand l'homme se mêle de bâtir l'église à la place de Jésus-Christ !
— Pourquoi vouloir rassembler des gens alors que Jésus-Christ a dit : «Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, je suis là, au milieu d'eux» ? N'est-ce pas Jésus-Christ qui rassemble ?
— Les problèmes entre les "églises fédérées" et les autres, ne sont-ils pas les conséquences de l'"interventionnisme" de l'homme dans les Affaires de Dieu ? Et ces "pasteurs" : demandons-leur de "planter"-là les 99 qui sont là et d'aller chercher la brebis perdue... celle qui a quitté "leur" église à cause de fausses doctrines insidieuses et du manque de soutien dans des moments difficiles...
— Si vous mettez des gens dans un local sans prendre garde à l'unité SPIRITUELLE, vous allez faire des clans ! Ne sommes-nous pas sous la direction d'Un Seul Seigneur ? Ne sommes-nous pas guidés par Un Seul Esprit ? Alors, pourquoi ces querelles de clocher ?
— Cherchons D'ABORD à être un EN ESPRIT : le reste viendra tout seul !
— Sincères amitiés fraternelles, au Nom du Seigneurt Jésus-Christ !

Écrit par : Hervé P | 11/04/2012

Ce que vous dites est bien vrai cher Hervé !

Écrit par : Guillaume | 11/04/2012

Pour moi qui ne suis pas croyant, je ne comprends pas grand chose à toutes ces histoires spirituelles.
Mais ce qui me frappe, c'est votre guéguerre (je parle aux commentateurs) sur des questions d'institution, de cref, de fpf, de ondse etc.

A mon avis, si jésus existe, c'est plutôt la solidarité avec les victimes qu'il aurait exprimée.

Mais bon... Merci pour les infos en tout cas, ça nous aide à situer.

Laïquement vôtre

Écrit par : Michel | 11/04/2012

Ouh, oui, les "condoléances" froides du CNEF font un peu peur.
Et il paraît que l'amour fraternel, c'est évangélique?
On ne le sens pas beaucoup ici. Si j'étais haïtien, j'hésiterai plutôt deux fois qu'une à intégrer ce truc.

Écrit par : Emile | 12/04/2012

@Michel
Je crois que la solidarité se manifeste bel et bien.
L'ONDSE avait un représentant hier soir à la veillée de prière et de recueillement organisée par cette communauté endeuillée.
Dans notre Eglise nous avons annulé notre programme habituel hier soir pour une soirée de prière pour les victimes, leurs familles, la communauté haïtienne, le pasteur, ...
Comme l'a dit Nicolas des dons seront envoyés. D'autres ont proposé une assistance juridique, ... et tant d'autres démarches de soutien que nous ignorons.
La manifestation de cette solidarité n'interdit pas un débat sur le fond relatif à toutes les questions que posent cet accident et la manière dont les uns et les autres y répondent.

Écrit par : guillaume | 12/04/2012

@ Michel
"si jésus existe, c'est plutôt la solidarité avec les victimes qu'il aurait exprimée"

Vous avez tout à fait raison. La solidarité avec les victimes prévaut. De ce côté, je n'ai pas de crainte. Certains prévoient des collectes pour un soutien financier, entre autres.
Les institutions chrétiennes ont malheureusement leurs faiblesses et leurs défauts, comme toute institution humaine. Mais les chrétiens en sont conscients, et ils se raccrochent au Christ qui reste leur référence et leur espérance ultimes.

Écrit par : Patrick B | 12/04/2012

Bonjour !
Le tragique événement de Stains m'a rappelé un récit très ancien, puisqu'il se rapporte à l'année 1563, à une époque où les huguenots de Vitré commençaient à s'assembler de façon clandestine. Il est relaté par un pasteur du XVIIe siècle. Même si la catastrophe locale a été plus limitée, elle nous ramène à des temps anciens où il était très difficile de se réunir autour de la Bible. Si la liberté nous a été accordée depuis longtemps, les contraintes matérielles sur les jeunes Églises demeurent et semblent s'aggraver, en particulier en région parisienne...

"Dans le zèle commun que tous témoignaient de proposer la Parole et d’écouter [le pasteur Mondonay de Goulaines], il ne restait plus que de trouver un lieu commode pour recueillir l'assemblée : mais il n'y avait pas presse à qui prêterait à sa maison…
Enfin, Dieu toucha le coeur d'un jeune homme qui n'était pas ignorant de la vérité… [Il] offrit sa maison pour un dimanche matin, pendant que sa mère serait occupée à ses dévotions, qui n'était pas de courte durée. À l’heure assignée, la compagnie, qui était alertée par les anciens et par les plus zélés de la ville, ne manqua pas de se trouver en cette maison et de se ranger dans une vieille salle planchéiée de bois, qui était sur le derrière, à la reculée, de peur que la voix du ministre [du culte] ne fût entendue des voisins et de ceux qui passeraient par la rue ; ce qui eût pu émouvoir quelque sédition... Comme donc on était environ la moitié du prêche, la grande attention qu’on y avait fut soudait troublée par le plancher de la salle qui s'enfonça tout d'un coup dans la cave, où tous ceux de la compagnie tombèrent les uns sur les autres, excepté le ministre, et la petite table où était la Bible devant lui, ne tenant plus qu'à deux pieds. Par un grand bonheur en ce fâcheux accident, aucun ne fut même blessé, hormis un sur la cuisse duquel tomba l'une des poutres, qui lui effleura seulement la peau, avec fort peu de douleur. L’on ne fut point si étourdi de cette chute, que, sur le champ, l’on n'y remédiât ; car des gens robustes qui se trouvèrent enveloppés dans cette chute, non seulement s’en tirèrent et tous les autres, mais aussi eurent assez d’industrie pour redresser le plancher et le remettre en son premier état, pendant que la compagnie se retirait doucement et sans confusion chacun chez soi. Mais tout cela ne se put passer avec tant de silence et de précaution, que le bruit n'en fut aussitôt répandu non seulement partout le faubourg, mais aussi par toute la ville..."
(Philippe Lenoir, sieur de Crevain, Histoire ecclésiastique de Bretagne, depuis la Réformation jusqu’à L’Edit de Nantes, édité en 1851 par B. Vaurigaud, pp. 100-101.)

Écrit par : Jean-Yves Carluer | 12/04/2012

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.