Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2012

Décès d'Abuna Paulos (Ethiopie), au pays des 500.000 prêtres

Abune-Paulos-Ethiopia.jpgSignalée il y a 5 jours par le service de presse de la Fédération Protestante de France, la mort le 16 août 2012 du patriarche de l'Eglise orthodoxe d'Ethiopie, Abuna Paulos, est un événement à plus d'un titre.

D'abord parce qu'il était à la tête d'une Eglise de 45 millions de fidèles, et 500.000 prêtres ordonnés (soit 35 fois plus de prêtres que l'Eglise catholique de France, qui plafonne à 14.000 en 2012).

Ensuite parce que ce patriarche s'était impliqué, avec un franc-parler de bon aloi, dans les activités du Conseil Oecuménique des Eglises (COE); enfin, il avait beaucoup plaidé la cause des réfugiés.

Lien ici (français) et là (anglais).

Commentaires

Il a fallu que je vérifie à deux fois, tant l'adjectif "orthodoxe" appliqué à une église non-chalcédonienne m'intriguait... C'est bien ainsi qu'ils se qualifient pourtant.

Écrit par : Alain Blachair | 28/08/2012

Oui effectivement, c'est un peu surprenant.
Mais en fait, chaque Eglise se pense "orthodoxe". Au sein du christianisme d'Orient et de la Corne d'Afrique, il y a pléthore de prétendants au plein titre d'orthodoxe, en l'absence de culture du magistère centralisé (propre au catholicisme).

Écrit par : SF | 28/08/2012

Les commentaires sont fermés.