Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2015

Jean Lacouture (1921-2015)

portrait-de-jean-lacouture-chez-lui-a-roussillon-le_591227_516x343.jpgC'est avec une vive émotion que j'ai appris comme beaucoup, hier, le décès de Jean Lacouture

Cet écrivain, journaliste, baroudeur et travailleur acharné, grand biographe des jésuites (dont il fut un élève), n'avait rien de protestant. Est-ce abuser si l'on discernera malgré tout, chez cet homme, un zeste d'esprit protestant? Je m'égare sans doute. Quoique?

Epris de liberté, volontiers anticonformiste (notamment sur les questions coloniales), soucieux du rôle de l'individu (il est de ceux qui a réhabilité le genre biographique dans les années 1980, avec son magistral de Gaulle en 3 tomes, que j'avais dévoré, jeune étudiant), armé d'un salubre recul devant les institutions et les titres, girondin plus que jacobin..., cet homme attachant, intègre et si talentueux nous manquera. 


Auteur d'une oeuvre foisonnante à la croisée du journalisme d'investigation et de l'Histoire, chroniqueur lucide, pénétrant et jamais cynique d'un siècle en fusion, cet ancien maquisard reconverti en intellectuel de haut vol n'a pas tout réussi.

Comme beaucoup de grands esprits, il écrivait vite, trop confiant parfois dans les qualités, par ailleurs exceptionnelles, de sa plume. Son Montaigne à cheval, par exemple, traîne un peu la papatte... Mais quel plaisir néanmoins d'y découvrir l'auteur des Essais sous un jour neuf: un chantre précoce, mais aussi trucculent et terre-à-terre, de cette tolérance qu'on appellerait aujourd'hui "vivre ensemble".

41JZD21YTKL._SL160_.jpgPas une notion, une pratique! Tolérant, Jean Lacouture l'était, mais ce grand voyageur pratiquait la tolérance et l'ouverture sans passivité, sans conformisme, sans paresse, en prise avec le réel, et avec une pédagogie inlassable.

Travailleur exceptionnel, aussi rigoureux dans le geste de l'historien que le toréador face à la bête, il nous laisse environ 70 ouvrages dont de nombreux chef-d'oeuvres maintes fois réédités (tel son Mendès France) et un montant incalculable d'articles. Qui dit mieux?

Jean Lacouture a fait l'objet de multiples hommages. On retiendra en particulier le beau survol signé Luc Cédelle, dans le quotidien Le Monde

Lien.

Les commentaires sont fermés.