Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2016

"Notre ennemi, ce n'est pas l'Islam de France" (CNEF)

followers-192x300.jpgComme la France est une société très sécularisée, et que même dans le champ académique, on a souvent du mal à prendre la religion au sérieux, les "prêts-à-penser" réducteurs séduisent beaucoup. Certains en font commerce.

L'un des plats proposés au menu de cette malbouffe intellectuelle est l'idée d'un "choc des ignorances", ou un "choc des civilisations" entre christianisme et islam. Et plus précisément, entre évangéliques (les plus missionnaires des chrétiens) et musulmans.

La réalité, évidemment, est assez différente, et le récent édito du Conseil National des Evangéliques de France (CNEF), par la signature de son président Etienne Lhermenault, nous rappelle une fois de plus que si évangéliques et musulmans sont concurrents, ils ne sont pas nécessairement ennemis.

Dixit: "Notre ennemi, ce n'est pas l'Islam de France ou d'ailleurs mais le péché qui nous atteint tous sans exception". Lien.

Commentaires

Monsieur Lhermenault est très intelligent, mais quand il invite les musulmans à "se tourner vers Jésus-Christ", ces derniers, qui ne sont pas bêtes, comprendront vite que s'ils l'écoutent ils deviendront chrétiens. De leur côté, de bons mulsulmans se doivent d'inviter Monsieur Lhermenault à se tourner vers Mahommet.

Quand on veut faire semblant de se placer au-dessus de la mêlée des politiciens matérialistes, opportunistes et manipulateurs, il convient d'employer soi-même un langage qui tranche avec leur langue de bois habituelle, et d'adopter à l'opposite une entière liberté de le dire. Le dire quoi ? Que Jésus-Christ et Mahommet ne s'accordent pas ensemble ; qu'il ne sont pas amis mais concurrents : chacun de son côté poursuit le projet déclaré de soumettre, à terme, la terre entière à leur personne.

Jésus affirme : "Je suis, le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au père que par moi."

Mahommet jure que : "Il n'y a de Dieu que Dieu et Mahommet est son prophète."

C'est tout simplement incompatible ; en admettant que l'un des deux ait raison, il faut nécessairement que l'ensemble des peuples finissent par se soumettre au Christianisme ou à l'Islam. Ou alors ils ont tort tous les deux...

Il existe cependant une différence majeure de méthode entre les deux candidats au trône messianique. Jésus-Christ interdit toute violence ; il a demandé à Pierre de remettre son épée dans le fourreau ; lui-même a marché à la croix sans la moindre révolte physique ou verbale. Les seules armes permises au chrétien sont la parole et la prière. Quant à Mahommet il est superflu de s'étendre davantage sur sa vie, ses actes et son esprit, tant ils sont manifestes.

Monsieur Lhermenault n'a pas tort de déclarer que l'ennemi des chrétiens n'est pas l'islamisme. La réciproque reste à démontrer. Il a encore raison quand il redoute le populisme, car le sentiment populaire commence à en avoir ras la casquette de la pensée unique et des discours imbéciles. Crainte d'autant plus justifiée que l'Église en général, et les Évangéliques en particulier, constituant par définition un sous-ensemble solidaire du peuple, ils pourrait finir par être excédés par des pasteurs merveilleusement libres de le dire, et qui finalement ne disent que des banalités consensuelles.

Écrit par : Abu Afak | 09/09/2016

Déjà le dieu de l'Islam (Allah) n'est pas le même Dieu que celui du christianisme ou même du judaïsme (où là, il est le même, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob (Ancien Testament), est clairement le même que celui qui a envoyé son Fils mourir à notre place sur la croix (Nouveau Testament)). D'ailleurs seul Jésus est mort pour le rachat des péchés, le salut des âmes, personne d'autre! Mahommet n'est jamais mort pour l'humanité! Il n'y a qu'en Jésus qu'on peut obtenir la vie éternelle.

Écrit par : SamuelB | 09/09/2016

L'excellente analyse de M. Abu Afak insiste sur une sorte de "face à face" entre deux voies "concurrentes", et il n'a pas tort. Derrière les croyants de bonne composition des deux côtés, des stratèges avancent leurs pions et rêvent de "gagner".
Mais cette analyse –pertinente, avisée –, néglige, me semble-t-il une autre dimension: ceux qui "écoutent" le message chrétien ne sont pas ipso facto obligés de l'"entendre" et de se convertir. Ils peuvent, librement, rester dans l'expectative (et poser leurs objections, leurs questions, leurs réserves). C'est là une énorme différence avec une religion qui imprime sa marque identitaire dès la naissance sur la personne et ne cesse d'exercer un contrôle communautaire fort.
Il ne faudrait donc pas que les chrétiens ( et notamment ces "évangéliques" qui n'auraient pas encore compris que le "zèle" n'est pas un principe de rentabilité, mais un mouvement vers l'intérieur ("aies du zèle et repens-toi" conseille l'Esprit à l'église de Laodicée...)).
L'ouverture d'un espace entre toutes affiliations religieuses, je l'appelle "laïcité", malgré les multiples manières, aujourd'hui, d'estropier cette idée, cet idéal, que, pour ma part, je trouve au principe même de l'appel chrétien – qui est d'adhérer en toute liberté, pas de s'"affilier" et de faire de cette "appartenance" une "cause" belliqueuse plus ou moins perverse, procédant par séduction et/ou par terreur (comme les chrétiens aussi l'ont hélas fait dans l'Histoire).

Écrit par : AncheK6 | 10/09/2016

Cessez de vous chamailler et aimez-vous un peu plus.
Signé DIEU

Écrit par : Dieu | 12/09/2016

@... Imposteur

C'est une affaire excessivement grave : Il y a eu mort d'homme.
La justice divine poursuit son cours, ses arrêts tomberont sans faillir, et toi-même tu n'en sortiras pas que tu n'aies payé le dernier centime, car L’Eternel ne tiendra point pour innocent, celui qui aura pris son Nom en vain.

Écrit par : Abu Afak | 12/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.