Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2018

Les colporteurs de la Société Evangélique de Genève (JY.Carluer)

Capture d’écran 2018-02-02 à 11.07.31.pngLes journées révolutionnaires des Trois Glorieuses à Paris avaient ouvert les plus grands espoirs pour la diffusion évangélique dans les pays francophones. On voit apparaître, à quelques mois de distance, les premières tentatives à Paris, Genève, mais aussi Nîmes, Lyon et Toulouse ou Lausanne.

    Le premier rapport de la Société Évangélique de Genève (SEG) fait le bilan, à la fin du printemps 1832, des efforts alors en cours en Suisse romande, et de la profonde mutation qui se prépare. Un comité du colportage a été créé au sein de la SEG par un petit noyau de militants, à la fois jeunes et remplis d’enthousiasme.

Pour lire la suite de cette remarquable plongée dans les débuts de la relance du colportage francophone protestant dans le premier tiers du XIXe siècle, cliquer ici (blog de l'historien Jean-Yves Carluer)

29/08/2017

Histoire du colportage protestant en France au XIXe siècle

CM Capture 1.jpgQui s'en souvient ? Bien avant internet, Google et Amazon, la grande fenêtre sur le vaste monde qui s'ouvrait pour les populations de France, c'était via le colportage.

En matière d'histoire du christianisme, le colportage protestant a connu ses heures de gloire; il a été relancé au tout début du XIXe siècle, et a favorisé la réimplantation du protestantisme dans l'hexagone.

L'historien Jean-Yves Carluer, l'un des contributeurs de l'exposition 500 ans du protestantisme/500 ans du Havre (lien), nous propose à ce sujet une passionnante série sur son blog, dont voici le premier volet (lien).

19/09/2016

Relire la Bible en pays huguenot: un défi, pas une évidence (XIXe s)

Saint-Hippolyte350.jpgComme l’expliquent les historiens Daniel Robert et André Encrevé, en pays huguenot d’aussi forte tradition (que le Gard), la foi était d’abord identitaire (au début du XIXe siècle). Descendants de galériens et de camisards, nés auprès des temples, globalement respectueux des usages réformés et de l’assistance aux cultes, ils considéraient avec étonnement le fait que Dieu leur demanderait en plus de lire et de s’approprier la Bible.

Relancer la distribution et la pratique de la lecture de la Bible en pays huguenot ne sera donc pas aussi facile qu'il n'y paraît au cours de la première moitié du XIXe siècle. C'est ce que nous raconte avec clarté, précision et gourmandise l'historien Jean-Yves Carluer, dans une passionnante série (lien).

14/04/2016

Dans les Cévennes avec des Bibles (Réforme)

fetch-uid-1.pngAu XIXe siècle, les habitants des Cévennes sont bien en peine d’imiter leurs ancêtres lors des cultes de famille, tant bibles et nouveaux testaments sont réduits à la portion congrue...

Mais le colportage biblique, qui connaît son âge d'or au XIXe siècle, est là pour remédier à ces carences.

A lire, dans l'hebdomadaire Réforme, l'excellente série sur le colportage proposée par l'historien Jean-Yves Carluer, avec  dans le n°3652 l'épisode "Dans les Cévennes avec des Bibles" (lien).