Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2019

La France noire (depuis le XVIIIe siècle), mag L'Histoire

Vincent Bollenot, Joël Cornette, Jean Barthélemi Debost, François Héran, Pap Ndiaye, Sylvain Pattieu, Sue Peabody, Isolde Pludermacher, Frédéric Régent, Christelle Taraud, france, noirs, république, l'histoireLa présence noire en France a une histoire : si elle recoupe largement celles des traites et de la colonisation, et donc les débats qui leur sont liés, elle ne se confond pas totalement avec elles.

Au XVIIIe siècle, plusieurs milliers de Noirs séjournent en France, dont le sol garantit la liberté. La logique coloniale remet ce principe en cause mais n'empêche pas l'installation de plusieurs milliers de Noirs. La république universaliste leur fait une place dès 1793. Et avec l'abolition de l'esclavage en 1848, 250 000 nouveaux libres deviennent citoyens de plein droit.

Malgré la violence des discriminations, la France entretient avec sa part noire depuis deux cents ans une relation que seule explique une histoire longue.

 

Un très beau dossier du mensuel L'Histoire (mars 2019).

Lien.

22/04/2018

FUGA MUNDI? Les ZAD et la tradition monastique

Lookout_tower_at_NDDL_ZAD.jpgEn dépit d’une grande diversité, la plupart des «zadistes» se retrouvent dans une commune hostilité au mode de production capitaliste et à la société de consommation, alimentée par les traditions socialistes, communistes, anarchistes ou écologistes du XXe siècle.

Quelques-uns remontent également aux sources vives du socialisme utopique du XIXe siècle et à sa prolifique inventivité en matière de sociétés alternatives.

Mais de manière plus étonnante et certainement déconcertante pour ses protagonistes, on peut aussi en partie inscrire ce mouvement dans la très longue durée des phénomènes de «rejet du monde» dont le monachisme, apparu dans l’Antiquité tardive et qui connut son apogée au cours du Moyen Âge, constitue la référence ultime.

Très bonne analyse du médiéviste Florian Mazel (Rennes II), à lire ici (lien).